dimanche 14 juillet 2024

Tentative d'assassinat de Donald Trump : L'inexplicable absence de réaction de la police (MàJ 7h30 heure Française)

 


4 mois avant une élection présidentielle sous très haute tension, le Président Trump visé par un tireur posté sur un toit durant un meeting, touché à l'oreille droite, échappe de justesse à une tentative d'assassinat en Pennsylvanie.

- un spectateur tué

- deux autres grièvement blessés

- le tireur abattu par les services secrets

Un témoin oculaire a déclaré à la BBC qu'il avait informé la police et les services secrets qu'un homme suspect se trouvait sur un toit avec un fusil.

Il a été mystérieusement ignoré.


(MàJ 7h30) Voici une vidéo d'un deuxième témoin qui a également vu le tireur, est allé le dire aux policiers, puis s'est rendu à un autre point d'observation, pouvait encore voir le tireur, est retourné vers les policiers pour les amener là où ils pourraient aussi peut-être voir le tireur… et puis les coups de feu retentirent.

(Trad. Resilients.tv)

Où en sommes nous à cette heure, selon le Professeur Chris Martenson :

1 - "Au moins" deux citoyens ordinaires ont vu le tireur ramper sur le toit avec une arme longue et ont alerté de manière audible les agents des forces de l'ordre et les services secrets à proximité, mais tous les agents des forces de l'ordre et les membres des services secrets formés ont, pour une raison à déterminer, manqué le tireur.

2 - Le tireur a été repéré et signalé par ces citoyens *au moins deux minutes avant le début de la fusillade*... ce qui laisse largement le temps aux agents de police de signaler au moins par radio la présence d'une menace sur ce toit (même s'ils se sont contentés de vérifier sur place).

3 - Au moins deux tireurs d'élite formés par les forces de l'ordre surveillaient ce même toit avant le début de la fusillade, mais n'ont pas tiré pour une raison ou une autre.

4 - Ce n'est qu'après que des coups de feu ont été tirés que des tirs de riposte ont eu lieu.

5 - pour une raison quelconque, ce toit n'était pas occupé par des policiers ou des agents de sécurité, comme cela aurait été le cas dans n'importe quelle autre circonstance. De plus, aucun drone n'était apparemment en opération."

Le tireur présumé se nommerait Thomas Matthew Crooks, un jeune homme de 20 ans originaire de Pennsylvanie.

La photo du tireur posté sur un toit à 80 mètres du podium où se trouvait le président Trump 
(Image TMZ)


>

(A suivre...)



(trad. : "J'ai neuf vies, enfoirés.")


dimanche 7 juillet 2024

Kamala devra-t-elle gérer l'effondrement de l'Ukraine ?

Viktor Orban : « Les gouvernements européens sont dans la frénésie de la guerre »

 


Le Premier ministre hongrois Viktor Orban :

" Nous n'avons rien à gagner contre la Russie, mais tout à perdre. La Hongrie restera strictement en dehors de la confrontation qui se profile. "

« L’Europe se prépare à la guerre. Chaque jour, ils annoncent l'ouverture de la prochaine étape sur le chemin de l'enfer. Nous sommes bombardés de cela chaque jour : des centaines de milliards d’euros pour l’Ukraine, le placement d’armes nucléaires au milieu de l’Europe, le recrutement de nos fils dans des armées étrangères, la mission de l’OTAN en Ukraine, l’envoi d’unités militaires européennes en Ukraine. Mes amis, c'est comme si le train militaire n'avait plus de freins et que le conducteur était devenu fou. Nous devons appuyer sur le frein d’urgence pour qu’au moins ceux qui le souhaitent puissent descendre du train et ne pas participer à la guerre. 

Vous savez, les guerres se terminent toujours différemment de ce qui était initialement prévu. C’est pourquoi des millions de jeunes Européens reposent aujourd’hui dans des fosses communes. C’est pour cela qu’il n’y a pas assez d’Européens, il n’y a pas assez d’enfants en Europe. La guerre tue. L'un meurt avec une arme à la main, un autre meurt en s'évadant, certains meurent à cause des bombardements, certains dans les prisons ennemies, d'autres encore à cause d'une épidémie ou de la faim. Certains risquent la torture, d’autres le viol, certains sont kidnappés et réduits en esclavage. Les tombes s'alignent sur d'innombrables rangées. Les mères pleurent pour leurs fils. Les femmes pleurent pour leur mari. Tant de vies perdues ! Nous savons une chose : là où la guerre éclate, il n’y a pas d’issue. La guerre nous rattrapera. Vous ne pouvez pas l’éviter, vous ne pouvez pas vous en cacher.

Le seul antidote à la guerre est la paix. Éloignez-vous de la guerre et laissez la Hongrie être une île de paix. C'est notre mission. Si nous ne voulons pas que la guerre nous rattrape, nous devons l’arrêter. »

source

L'UE et l'OTAN furieux : Orban à Moscou pour parler paix

mardi 2 juillet 2024

COMMENT DÉGAGER DÉFINITIVEMENT MACRON ET ÉVITER LA 3e GUERRE MONDIALE ?

USA : QUI PILOTE L’AVION ?

 


Dire que Joe Biden est gravement sénile n’est plus un tabou. Le débat de la semaine dernière qui fut un choc pour tous ne laisse aucune place au doute. C’était déjà le cas en 2020. Mais l’establishment démocrate a tout fait pour le cacher. C’est pourquoi le vieux Joe n’a fait que de rares apparitions en public.

On peut désormais écrire qu’il n’a jamais dirigé le pays sans craindre l’accusation facile de complotiste.

Alors il y a cette double question récurrente et obsédante : qui a bien pu installer aux commandes de la première puissance économique et militaire un homme faible et gâteux ?

Réponse : tout un système composé d’oligarques richissimes et de hauts fonctionnaires, tous ivres de pouvoir, d’argent, tirant grassement parti de la situation et rêvant de diriger clandestinement le pays pour imposer une idéologie néo-marxiste et progressiste derrière une marionnette contrôlable car corrompue.

Oui mais voilà, la marionnette en question est usée jusqu’à la corde et la mascarade est désormais exposée au grand jour. De fait, c’est la panique chez les démocrates et chez certains républicains compromis.

Dès lors, que faire pour sauver les meubles ? Car comprenez bien que pour ces gens-là, il n’est pas question de laisser revenir Donald Trump à Washington. Ce serait du suicide. Leur agenda malsain serait aussitôt interrompu et surtout, l’idée de devoir rendre des comptes à la Justice les rend totalement fous. 

Une majorité d’américains le découvrent peu à peu, comprenant qu’ils ont été trompés par cette élite qui leur est de moins en moins sympathique. 

Celle-ci va donc devoir agir très rapidement pour remplacer le vieux pantin par un candidat plus frais, plus présentable (mais tout aussi contrôlable évidemment). 

Un candidat avec une bonne tête pour que les résultats du scrutin ne paraissent pas trop suspects. Car gardez bien à l’esprit que les démocrates sont passés maîtres et experts dans l’ingénierie électorale. Le vote régulier, c’est-à-dire en personne, ne pèse plus que 30% des voix comptées. Désormais, tout se joue dans les six états-pivots avec les bulletins par correspondance qui ne font l’objet d’aucune vérification et qui peuvent être librement déposés dans des urnes de rue. Les rapports édités par les cellules d’enquête sur le terrain sont formels : on en produira autant que nécessaire pour faire barrage à l’homme de Mar-a-Lago. 

Seulement l’américain moyen est de moins en moins dupe. Souvenez-vous qu’en 2016, malgré toute l’infâme propagande des médias, il ne s’en est pas laissé compter. Il a repoussé Hilary Clinton qu’on tentait de lui imposer au bénéfice de son opposant, hors système, qu’on présentait comme un guignol ou encore un agent russe.

Acceptera-t-il une nouvelle fois qu’on lui vole son droit le plus fondamental ? Supportera-t-il qu’on lui mente encore et encore comme on lui a fait croire durant quatre ans que l’actuel président était un homme sain d’esprit ?

Pas sûr du tout. 

Français, observez bien ce qui se passera outre-Atlantique durant les prochains mois. Attendez-vous à des temps très agités qui ne seront pas sans conséquence sur le reste du monde.

Marc Amblard – 02.07.2024