mercredi 22 janvier 2020

La France au bord de l’implosion sociale ? [Emmanuel TODD]



Depuis plus d'un an, la France connaît un regain spectaculaire de conflits sociaux, incarné notamment par les Gilets jaunes et plus récemment par les mouvements contre la réforme des retraites. Sommes-nous entrés dans un nouveau chapitre conflictuel de notre histoire sociale ? C’est la théorie qu’avance l’historien et démographe Emmanuel Todd dans son nouvel ouvrage "Les luttes de classes en France au XXIe siècle".



L'Invité des Matins de Guillaume Erner - émission du 22 janvier 2020

Arnaud Montebourg : "La souveraineté, c'est le droit de décider pour soi-même, c'est ça la France"

Le témoignage d'un journaliste agressé par les antifas

"Bank run" à Beyrouth ! - Le Zoom - Pierre Jovanovic - TVL

Climat de tension quasi inégalé en France : mais pourquoi ? [Didier MAÏSTO]

samedi 18 janvier 2020

Emmanuel Macron reconnait que les éoliennes terrestres n'ont plus d'avenir en France



Le Président de la République a "exprimé son scepticisme sur le développement de l'éolien terrestre en France" lors d'une table ronde sur l'écologie à Pau. Le chef de l'État a précisé que : "le consensus sur l’éolien est en train de nettement s’affaiblir dans notre pays » et estimé qu’on « ne peut pas imposer l’éolien d’en haut."

Acte 62 : les Gilets jaunes manifestent de nouveau à Paris

mardi 14 janvier 2020

Retrogaming LREM, Pierre-Alain le malin & Marlène la mathématicienne !

800 scientifiques signent une lettre à l'ONU contre la panique climatique et créent la polémique au Canada



DES DÉCRYPTEURS DÉCRYPTÉS

Extrait du blog de Reynald Duberger "L’émission de Radio-Canada « Les Décrypteurs » se donne comme mission   de « traquer les fausses informations qui se propagent sur les réseaux sociaux, de combattre la désinformation et mettre en lumière les recoins les plus sombres du web ». Dans la dernière édition, on a tenté de discréditer les signataires de la Déclaration mondiale sur le climat ainsi que de répondre à leur argumentaire."

Stu-Dio

VOIR AUSSI :

USA : Le parc national des Glaciers supprime discrètement ses panneaux «disparus d'ici 2020» : LIEN

François Gervais - L'urgence climatique est un leurre : LIEN

C'EST CASH ! - A quoi s'attendre pour 2020 ?

dimanche 12 janvier 2020

Le théatre Trump-Rouhani

Libye : cessez-le-feu entre le GNA et l'Armée nationale libyenne après un appel russo-turc

Charles Gave : "Le vrai problème de Macron est qu'il est idiot"

Quelques réflexions personnelles sur les rumeurs à propos du crash du Boeing près de Téhéran


Certains affirment aujourd'hui sur les réseaux sociaux que les américains auraient provoqué, à l'aide d'une cyber-attaque, l'erreur iranienne qui a causé la mort des 176 passagers du vol ukrainien, pour ensuite laisser Téhéran s'embourber dans le déni et sortir eux-mêmes au bout d'un certain temps les preuves en leur possession publiquement. Le régime se serait ainsi discrédité auprès de sa population à cause de ses propres mensonges. Un plan extrêmement cynique et redoutable, de toute évidence.

Selon les adeptes de cette théorie, le pouvoir iranien aurait habilement déjoué le plan machiavélique des yankees, en reconnaissant "l'erreur" de tir après quelques jours de déni seulement, désamorçant ainsi in-extremis la vague de manifestations préparées en amont par les occidentaux (sur le modèle bien connu des "révolutions colorées") devant dénoncer "le régime qui ment à sa population". Effectivement, les manifestations d'hier soir, lancées après l'aveu des autorités ne rassemblaient que quelques centaines de personnes, majoritairement des étudiants.

Cette théorie peut sembler séduisante, mais je voudrais faire remarquer à ses partisans, généralement très anti-Trumps sur les réseaux sociaux, que c'est Trump LUI-MÊME qui a averti Téhéran du danger quand il a fait état, le premier avant Trudeau et Zelensky, lors d'une conférence de presse, des indices et présomptions en sa possession qu'il y avait eu un tir iranien probablement involontaire sur le Boeing 737.

S'il était complice de ce plan, pourquoi Trump l'aurait-il sabordé ainsi au bout de trois jours à peine ?
C'est complètement illogique. Il aurait du, tout comme ses présumés complices, garder soigneusement le silence, ne surtout pas faire état de ces soupçons et laisser le pouvoir iranien s'enferrer dans le mensonge comme prévu par le plan avant de sortir les preuves irréfutables en grandes pompes comme on sort un carré d'As au poker.

Mais ce n'est pas ce qu'il a fait, il a prévenu les iraniens.

Conclusion : j'ignore si ce plan a réellement existé, mais si c'est le cas, IL A ÉTÉ DÉJOUÉ PAR TRUMP.

vendredi 10 janvier 2020

Carlos Ghosn au Liban & Sac plastiques dans 20 ans !

La révolte contre les éoliennes [TVL]

Ricky Gervais passe Hollywood au lance-flammes aux Golden Globes 2020

Hillary Clinton : Si je suis présidente, nous attaquerons l'Iran [2008]



Les Démocrates manifestent dans les grandes villes US contre la politique de Trump (alors qu'il prône l'apaisement et la désescalade) et votent des résolutions à la Chambre des représentants pour soit-disant "l'empêcher d'attaquer l'Iran".
Hypocrisie sans limite quand on se souvient d'Hillary qui déclarait en avril 2008 son intention d'attaquer l'Iran et avoir la capacité de "totalement oblitérer" les iraniens.

Comment se faire passer pour les pacifistes avant les élections quand on est le parti de la guerre, totalement sous contrôle de la faction néo-conservatrice et de l'état profond ?
Demandez aux Démocrates américains.

Alexandre Langlois : L'ordre et le chaos

mercredi 8 janvier 2020

Bill Clinton pose avec la "maquerelle" d'Epstein Ghislaine Maxwell et une esclave sexuelle à bord du jet privé 'Lolita Express'


Bill Clinton et Ghislaine Maxwell posent à la porte du jet privé d'Epstein (à dr.) et Dans l'autre image, il a son bras autour de la masseuse personnelle et esclave sexuelle d' Epstein Chauntae Davies.
D'autres images inédites montrent Clinton voyageant sur le tristement célèbre Boeing 727 tout en jouant aux cartes et en grignotant un cigare...

Source : The Sun

Trump veut retirer les troupes US d'Irak et souhaite que l'OTAN remplace les américains dans la région



Dans son discours télévisé de la Maison Blanche mercredi, Trump n'a pas annoncé que les États-Unis répliqueraient après les frappes de missiles balistiques iraniens, qui, selon le ministre iranien des Affaires étrangères, ont constitué la réponse de l'Iran à l'assassinat américain du général  Soleimani, le chef de la Force Al Quds de la Garde révolutionnaire iranienne.

Trump a affirmé qu'il n'y a eu ni mort ni blessé et que les dégâts matériels ont été minimes lors des frappes de missiles iraniens de la nuit dernière.

La désescalade est en route comme je l'avais anticipé dans l'article précédent : LIEN

Le président US a déclaré que les États-Unis étaient le premier producteur de pétrole et de gaz, et n'avaient besoin d'aucune source d'énergie au Moyen-Orient et qu'il demanderait à l'OTAN de s'impliquer davantage dans la région. Cela peut être interprété comme une volonté de Trump de réduire la présence militaire américaine dans la région, ce qu'il a promis de faire.

Trump a également appelé à un nouvel accord nucléaire avec l'Iran et a déclaré que les alliés européens des États-Unis devraient se retirer de l'accord existant.

«Les États-Unis imposeront de nouvelles sanctions punitives au régime iranien et elles le resteront jusqu'à ce que l'Iran change de comportement», a déclaré Trump. «La campagne iranienne de chaos et de meurtre ne sera pas tolérée.»

Réplique prudente de l'Iran, le point de la situation : toujours pas de Guerre Mondiale en vue !


Comme je m'y attendais, l'Iran a choisi une réplique prudente et proportionnée, calibrée avec soin pour ne pas entraîner d'escalade. Beaucoup d'iraniens sont très en colère contre l'assassinat du Général très médiatique Soleimani. Le pouvoir iranien était dans l'obligation de répliquer pour calmer cette partie très conservatrice de la population.
Tous les iraniens ne le pleurent pas, cependant, car il était aussi considéré comme l'organisateur d'une féroce répression contre les manifestations anti-régime ces dernières années, quand il dirigeait les "Gardiens de la Révolution". Les médias iraniens avaient depuis fait de lui un héros quasi-mythique, le "vainqueur de Daech" ce qui est un peu exagéré car Daech a surtout été écrasé par l'Armée Arabe Syrienne de Bachar El Assad et par l'aviation russe, même si la force Al Qods que dirigeait Soleimani y a effectivement pris sa part.

Le président Trump a tweeté dans la nuit :


Clairement, Trump n'a pas du tout l'intention de se laisser entraîner par les néocons et autres bellicistes du parti Républicain dans un conflit qui serait suicidaire pour sa réélection.
Les Mollahs, de leur coté, savent bien qu'un conflit ouvert avec une puissance telle que les USA est totalement ingagnable et entraînerait la destruction d'une grande partie du pays et la chute probable du régime, ils ne sont pas fous.
Le régime a aussitôt fait savoir qu'il ne cherchait pas l'escalade du conflit, ce qui prouve qu'il souhaite avant tout donner une image de responsabilité et de pondération à la sacro-sainte "communauté internationale".

Le tragique crash du Boeing ukrainien semble accidentel et n'aurait rien à voir avec les missiles iraniens qui avaient déja été tirés depuis plusieurs heures au moment de l'accident.

Que va-t-il se passer maintenant ?

Je prévois une désescalade, le probable abandon des accords signés par Obama et le début de nouvelles négociations sur le nucléaire entre l'administration Trump et les Iraniens, ce qui selon moi était la véritable raison de tout ce cirque. Trump voulait déchirer ces accords qu'il a toujours jugé catastrophiques. Les mollahs iraniens, quant à eux, ne voyaient peut-être pas d'un si mauvais œil d’être débarrassés de cette façon d'un Général un peu trop extrémiste et remuant et surtout un peu trop médiatique*. Je pense que leur objectif est avant tout le retour autour de la table pour obtenir l'arrêt des sanctions économiques qui frappent durement la population, et surtout pas se lancer dans un conflit suicidaire contre la première puissance militaire mondiale.

La face est désormais sauvée pour les deux camps. Personne ne sera humilié, ni les américains suite à l'attaque de leur ambassade, ni les iraniens, l'honneur de chacun est sauf, donc on peut passer à la suite, la désescalade est maintenant possible.
/BR

*Comment expliquer qu'un personnage qui dirige une force qui mène des actions secrètes à l'étranger se promène ainsi ouvertement à Bagdad, à peine à 2 km de la "Green zone" où se trouvent les forces américaines ? 
Faire d'un tel personnage une figure médiatique, c'est le désigner comme cible et rendre son élimination quasiment inévitable. C'est d'une imprudence qui n'est pas dans les habitudes du régime iranien qui n'agit jamais de façon inconsidérée. Cela me semble cacher quelque chose.

mercredi 1 janvier 2020

The Turning Point


Bonne année et bonne décennie à tous, mes chers amis.
On se retrouve tous pour faire la fête en 2030 quand les derniers mondialistes seront jetés au cachot et les eurocrates de Bruxelles aux oubliettes !

Ah, la la... Quelle catastrophe pour les anglais, ce Brexit !
_____________

Pour me soutenir dans mon travail :
DONS : https://paypal.me/Gaideclin
Merci à tous !

#ByeBye2019