vendredi 22 janvier 2021

(VOSTFR) L'Unité et la Guérison des USA, 21/01/2021

PRESIDENCE TRUMP : LE BILAN

L'historien Edouard Husson dresse le bilan de la présidence de Donald Trump. 

Charles Gave - "On essaye de faire taire la moitié de la population américaine"

Sébastien Cochard, ancien diplomate : "Ce qui s'est passé au Capitole ressemble plus à un coup monté qu'à un coup d'état"

Après le clap de fin du mandat de Donald Trump, Sébastien Cochard, ancien diplomate en poste aux États-Unis, conseiller d’eurodéputés sur les affaires économiques et de relations internationales, dresse le bilan de sa présidence et du récit qui en est tiré pour le Désordre mondial.

Pour en savoir plus :
Les néo-nazis ukrainiens ont-ils été impliqués dans la planification et l'exécution de "l’insurrection" du Capitole? : LIEN
Coup d'Etat au CAPITOLE : Les images de l'assaut du parlement! (accompagné d’un policier tranquille) : LIEN
Un militant de Black Lives Matter filmé à l'intérieur du Capitole affirme qu'il "documentait les émeutes" : LIEN

I-Média n°332 – Covid-19. Censure, manipulations… le débat impossible ?

Alexis Cossette-Trudel : 30 jours

Selon Alexis Cossette-Trudel, il faut attendre encore 30 jours pour voir enfin apparaître le kraken...

PS : Les analyses exposées dans cette vidéo ne sont pas les miennes, comme je l'ai déjà dit, je les partage sur ce blogue pour l'information de mes lecteurs et pour défendre la liberté d'expression sur le net. - Bertrand Riviere

mercredi 20 janvier 2021

Passation de pouvoir à Washington [MISSION IMPOSSIBLE COVER]

Les néo-nazis ukrainiens ont-ils été impliqués dans la planification et l'exécution de "l’insurrection" du Capitole?

A gauche, Sergeï Dybynyne montrant fièrement sa médaille de combattant du bataillon néo-nazi ukrainien Azov et à droite, le même faisant un selfie avec Jake Angeli lors de l'invasion du Capitole de Washington DC, le 6 Janvier 2021


La photo ci-dessus est la preuve qu'au moins un leader neo-nazi ukrainien lié au coup d'Etat de 2014 à Kiev se trouvait à l'intérieur du Capitole parmi les meneurs de l'envahissement du 6 janvier dont les Démocrates et les médias de grand chemin se servent abondamment pour discréditer et salir le Président Trump et ses supporters.

Sergei Dybynyne de Pravy Sektor était à l'avant des groupes violents du Capitole criant «Plus vite! Plus rapide!" en russe. Au début, les médias ont commencé à essayer de dépeindre Dybynyn comme un propagandiste et provocateur russe. Mais le fait que Dybynyne ait reçu une médaille de l'ancien président ukrainien Petro Porochenko a rendu cette histoire peu crédible et les grands médias l'ont abandonnée. En raison de son travail pour Porochenko, il est poursuivi dans la République populaire de Lougansk (Donbass) pour soutien au terrorisme.

Jusqu'en août 2020, des dizaines de fascistes ukrainiens ont obtenu l'asile aux États-Unis parmi des dizaines de milliers d'autres ukrainiens de fin 2016 à 2020, une politique initiée d'abord par l'administration Obama sous la direction de John Brennan, directeur de la CIA jusqu'en 2017 et qui s'est poursuivie par la suite.  Lorsque le FBI a compris que des groupes ukrainiens violents s'installaient aux États-Unis par ce biais, ils l'ont arrêté. Plus de 17 000 nationalistes ukrainiens ont émigré pendant cette période.



Selon cet article du Washington Post, «une nationalité improbable en est venue à représenter une part disproportionnée des réfugiés qui sont entrés aux États-Unis ces dernières années: les Ukrainiens.

L'année dernière, les États-Unis ont réinstallé plus de ressortissants d'Ukraine, un pays qui s'enregistre à peine dans les évaluations des Nations Unies sur la crise mondiale des réfugiés, que presque toutes les autres nationalités ... De nombreux Ukrainiens nouvellement arrivés se sont retrouvés ici dans l'État de Washington, près de Seattle… »

Grâce à une série d'articles, nous avons pu découvrir que de grands groupes de nationalistes ukrainiens sont venus aux États-Unis dans le but de renforcer les émeutes contre Donald Trump dès leur début en juin 2020. 

Sergei Dybynyn s'identifie comme un membre de Pravy Sektor (secteur droit) sur la photo du milieu. La menorah de sang et de terre (rouge et noire) est ce que les membres juifs portent pour montrer leur affiliation.




Le bataillon Azov sur lequel je vais me concentrer est un avatar militaire de Pravy Sektor et le financement de l'aide américaine passe par les mains du chef de Pravy Sektor, Dmitro Yarosh.

Selon cet article de Time Magazine du 7 janvier :

«En dehors de l'Ukraine, Azov occupe un rôle central dans un réseau de groupes extrémistes s'étendant de la Californie à travers l'Europe à la Nouvelle-Zélande, selon les responsables de l'application des lois sur trois continents.

«Azov recrute, radicalise et forme des citoyens américains depuis des années», indique la lettre. Christopher Wray, le directeur du FBI, a confirmé plus tard dans son témoignage au Sénat américain que les suprémacistes blancs américains «voyagent en fait à l'étranger pour s'entraîner».

Dans leur lettre au Département d'État en 2019, les législateurs américains ont noté que «le lien entre Azov et les actes de terreur en Amérique est clair». Les autorités ukrainiennes en ont également pris note. »


L'ancien président ukrainien Petro Porochenko soutient le groupe Pravy Sektor et son émanation militaire Azov depuis 2014, date à laquelle ils l'ont propulsé au pouvoir; en contrepartie ils le soutiennent à leur tour. Porochenko a travaillé sans relâche pour renverser Donald Trump depuis l'élection de 2016.

Le député ukrainien Andrey Derkach a publié des conversations enregistrées entre Porochenko et le vice-président Joe Biden, détaillant explicitement comment Porochenko a fabriqué des allégations sur Paul Manafort dans le but de faire dérailler la campagne Trump.

L'enquête de CD Media avait pour titre «BREAKING: l'eurodéputé ukrainien publie d'autres bandes Biden… JOE CONSPIRE AVEC UN GOUVERNEMENT ÉTRANGER CONTRE TRUMP .» Les médias ont affirmé qu'il ne s'agissait que d'une tentative d'interférer avec la campagne de Joe Biden, même si la preuve était claire que Biden était partie à l'ingérence électorale en 2016 . De 2016 jusqu'au vote de destitution en 2021, Porochenko et les démocrates ont concentré les outils, méthodes et actifs des opérations d'information que l' administration Obama-Biden a mis en place en Ukraine sur la présidence Trump. 


Traduction : Si les dirigeants ukrainiens ne font pas d'erreur et que nous utilisons la fenêtre d'opportunités, j'insiste sur le fait qu'en 2021 après l'inauguration [De Joe Biden - NdT], l'Ukraine recevra des armes, des fonds, un nouveau paquet de sanctions [Contre la Russie -NdT], et Poutine n'aimera pas ça.

Quel genre d'opportunités l'Ukraine recherche-t-elle? 
Le tweet suivant de Porochenko après le siège du Capitole accuse Donald Trump "d'irresponsabilité politique" et de "rhétorique violente" :



Le 11 Janvier, le Trésor américain a sanctionné les Ukrainiens qui ont exposé Porochenko et l'effort de Joe Biden contre Trump ainsi que des liens avec Burisma. Le député Andrey Derkach a également exposé les détails du scandale Biden-Burisma au même moment. Exposer l'ingérence électorale de Biden-Ukraine 2016 est le même que le récit d'ingérence électorale russe en 2020.



Porochenko a donc bien pris avantage de chaque fenêtre d'opportunité pour s'assurer que Biden serait bien le Président élu le 6 Janvier dernier.

Ce que vous vous apprêtez à lire me pose de sérieuses questions. Y a-t-il trop de coïncidences? Quand de telles coïncidences deviennent-elles une conspiration? 
Voici Maxim Yarosh (Макс Ярош). Selon ses propres déclarations, son travail à Azov est l'infiltration et l'agitation des foules. Yarosh est un membre de Pravy Sektor et est très actif dans la violence en Ukraine depuis Maidan jusqu'à maintenant. Comme vous pouvez le voir sur la photo, Porochenko lui a décerné des médailles pour son service. Sa réputation de voyou parle d'elle-même

Maxim Yarosh avec ses médailles
.
Sur la photo ci-dessous, il est au premier rang, deuxième en partant de la gauche, et à droite, l'ancien ambassadeur américain Geoff Pyatt. Les soldats ukrainiens n'ont pas été autorisés à prendre des photos avec Pyatt à moins d'avoir une position suffisamment élevée auprès de Petro Porochenko. Porochenko et Yarosh se connaissaient bien depuis le début du mandat de Pyatt.



Entre le 9 et le 11 Janvier, Yarosh a posté sur sa page Facebook qu'il était à Quito, en Equateur pour un pèlerinage religieux (selon ses mots). Le moment lui-même soulève un sourcil et les deux photos qu'il a posté sur Facebook le montrent à l'aéroport et celle-ci le plaçant à l'extérieur du séminaire de San Jose torse nu et arborant ses tatouages ​​néo-nazis.

 

Même si nous savons qu'un membre de Pravy Sektor, Sergei Dybynyn, a été filmé en train de prendre part au siège du Capitole, jusqu'à présent, rien ne prouve la présence de Yarosh. Mais si Yarosh était là, alors les choses changent complètement.

Dans le même temps, Petro Porochenko, aurait selon ses propres déclarations voyagé avec sa famille (femme et enfants) en Equateur. Selon lui, il aurait volé sous un faux nom (avec des faux passeports), loué un yacht, et fait le tour des îles Galapagos pendant deux semaines à partir de la fin de Décembre jusqu'au 11 ou 12 janvier.

Maxim Yarosh a tenu à être vu avec Petro Porochenko sur le vol du retour pour Amsterdam et à nouveau après leur atterrissage.

À la lumière des événements du 6 Janvier , cela ressemble à une tentative grossière d'établir un alibi pour Maxim Yarosh. La vidéo suivante n'est pas éditée et de mauvaise qualité. À moins que vous ne parliez russe, je vous suggère d'éteindre le volume et de vous concentrer sur ce qui ne va pas dans cette vidéo : LIEN

Petro Porochenko a été président de l'Ukraine jusqu'en 2019. Les ex-présidents ont des gardes du corps à vie fournis par l'État. Si vous recherchez sur Google "Porochenko bodyguard", vous comprendrez pourquoi Porochenko ne voyage nulle part sans garde du corps.

Or, Il n'y avait pas de garde du corps visible dans l'avion. Il n'y en avait pas à l'aéroport pour accueillir Porochenko. L'ex-président a étrangement l'air de jouer un rôle.

Les milliardaires ukrainiens comme Porochenko qui volent à l'autre bout du monde pour louer un yacht pendant quelques semaines ne voyagent pas en classe affaires sur des avions de ligne commerciaux. En regardant la disposition des sièges, il aurait aussi bien pu opter pour la classe économique. Sa femme s'agenouille dans l'allée à côté de son siège pour prendre part à la conversation. On se demande s'il a déménagé sur ce siège juste pour la vidéo.

 

Petro Porochenko et sa femme sont les deux seules personnes à ne pas porter de masques COVID sur le vol, ce qui en fait les deux seules personnes identifiables à 100% sur la vidéo.

A l'aéroport, pendant quelques secondes, Porochenko recule de quelques pas en discutant avec ce qui semblerait être un nationaliste ukrainien. Encore une fois, il n'y a aucun garde du corps présidentiel en vue.

Voici le problème. Yarosh a le motif, la méthode, le temps et l'opportunité d'avoir participé au siège du Capitole.

Yarosh est le parfait profil pour le poste de chef provocateur, il a les compétences et l'expérience nécessaires et, surtout, se trouve dans l'entourage proche de Porochenko, un homme clairement intéressé par l'arrivée de Biden et des Démocrates au pouvoir aux USA pour espérer reprendre le pouvoir dans son pays.

Si quelqu'un a des capacités de reconnaissance faciale, c'est une personne clé à rechercher au Capitole.

_______

Message de Bertrand : Je tiens à remercier tous mes lecteurs qui m'ont apporté leur précieux soutien en 2020 et tous les fidèles du blogue, en cette période difficile pour moi (comme pour la plupart des blogueurs "dissidents"), grâce à vous, je peux continuer ce travail malgré la censure de facebook qui m'a privé d'une grosse part de mes revenus publicitaires. Mais cela ne fait que m'inciter à continuer le combat plus que jamais pour 2021 !
Bonne et heureuse année à tous !

Pour soutenir mon travail via Paypal ou en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur le bouton ci-dessous :




MERCI ENCORE A TOUS POUR VOTRE FIDÉLITÉ ET VOTRE SOUTIEN !


lundi 18 janvier 2021

Coup d'Etat au CAPITOLE : Les images de l'assaut du parlement! (accompagné d’un policier tranquille)

_______

Message de Bertrand : Je tiens à remercier tous mes lecteurs qui m'ont apporté leur précieux soutien en 2020 et tous les fidèles du blogue, en cette période difficile pour moi (comme pour la plupart des blogueurs "dissidents"), grâce à vous, je peux continuer ce travail malgré la censure de facebook qui m'a privé d'une grosse part de mes revenus publicitaires. Mais cela ne fait que m'inciter à continuer le combat plus que jamais pour 2021 !
Bonne et heureuse année à tous !

Pour soutenir mon travail via Paypal ou en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur le bouton ci-dessous :




MERCI ENCORE A TOUS POUR VOTRE FIDÉLITÉ ET VOTRE SOUTIEN !


L’incroyable Fake news contre le Pr RAOULT ! Décryptage de F. Philippot

samedi 16 janvier 2021

Revue de vidéos : A. Henrion-Caude dit tout sur le Covid - Assaut sur le Capitole : à qui profite le crime ? - Menace complotiste au Québec...etc...

Les USA en plein délire totalitaire : Une adolescente dénonce sa famille pour avoir participé à "l'insurrection" du Capitole

 


Une histoire édifiante, digne de George Orwell, Aldous Huxley et Joseph Staline réunis, malheureusement c'est bien la réalité de 2021... Et en plus, ça peut rapporter gros ($40k sur Gofundme, c'est magique) - Bertrand Riviere

SOUTHBRIDGE, Massachusetts - Une jeune fille de 18 ans a dénoncé sa propre mère, son oncle et sa tante pour avoir participé à l'envahissement du Capitole de Washington la semaine dernière.

Helena Duke a publié sur Twitter des images de sa mère, Thérèse, à l'intérieur du Capitole le 6 janvier.
"Salut maman, souviens-toi de la fois où tu m'as dit que je ne devais pas aller aux manifestations BLM car ils pourraient devenir violents ... c'est toi?" a-t-elle tweeté.


Dans une vidéo sur l'un des tweets de sa fille, Therese Duke a pu être vue en train de se disputer avec un policier.



Un autre tweet présentait des photos des trois membres de sa famille à l'intérieur du Capitole avec leurs noms.



Parce qu'elle a peu d'aide financière de sa famille, Duke a ouvert un compte GoFundMe qui a déjà permis de collecter plus de 40 000 $.

"Pour le moment, je n'ai aucune idée de la façon dont je vais payer mes études universitaires car je n'ai que peu de soutien financier. Je rêve de devenir un jour avocate mais j'ai besoin d'aide pour y arriver. J'espère aller à l'université et ensuite Corps de la Paix." a-t-elle écrit sur la page des dons.

Source : FOX13

vendredi 15 janvier 2021

(VOSTFR) Caméra Cachée. Project Veritas piège le directeur de la chaîne publique PBS : "Nous mettrons les enfants des supporters de Trump dans des camps de rééducation..."

Christian Perronne au Défi de la vérité, le retour

Impeachment contre Biden?

FLASHBACK: Des émeutes ont éclaté à Washington DC le 20 janvier 2017 pour tenter d'arrêter une transition pacifique du pouvoir lors de l'inauguration de Trump.

La police et les manifestants s'affrontent dans le centre-ville de Washington, DC après qu'une limousine a été incendiée après l'investiture du président Donald Trump le 20 janvier 2017 . Spencer Platt / Getty Images

Petit rappel de la façon dont s'est déroulée l'inauguration du Président Trump le 20 Janvier 2017 et de l'animation festive qu'ont assurés les "gentils Démocrates" qui s'y connaissent en terme de "transition pacifique du pouvoir". 
A noter que l'article est traduit de NBC News, un média franchement favorable aux Démocrates. - Bertrand Riviere

WASHINGTON - La journée d'inauguration du président Donald Trump a été marquée par des manifestations bruyantes, des bousculades et des affrontements sporadiques avec des policiers qui ont procédé à plus de 200 arrestations.

Trois mille membres des forces de l'ordre locales, étatiques et fédérales - soutenus par 5000 membres de la Garde nationale et des policiers venus d'aussi loin que le New Jersey - ont patrouillé dans les rues alors que les festivités de la soirée commençaient et que les légions de manifestants bouillonnaient de colère suite à la victoire inattendue du magnat de Manhattan . 

Le chef de la police par intérim, Peter Newsham, a déclaré que vers 18 h 30 que les choses s'étaient calmées, mais les autorités surveillaient toujours plusieurs groupes.

Dans le même temps, la police se prépare pour la Marche des femmes à Washington prévue samedi, qui devrait attirer 200 000 manifestants - un chiffre qui, selon l'historien inaugural Jim Bendat, pourrait battre des records.

La police tient un groupe de manifestants derrière la ligne de police pic.twitter.com/kWoJMzv3Bq

- Phil McCausland (@PhilMcCausland) 20 janvier 2017
Les pires fracas de vendredi ont éclaté à Franklin Square, à environ un mile et demi de Capitol Hill, juste avant le début de la cérémonie d'assermentation de Trump, a déclaré la police.

Six policiers ont été légèrement blessés lorsque des manifestants ont jeté des briques, des poubelles et d'autres objets et ont allumé de petits incendies, a déclaré Newsham. [Admirez la minimisation signée NBC News (média pro-Démocrate) - Bertrand]

Quatre entreprises ont été vandalisées et ont subi "des dommages importants", a-t-il déclaré. En outre, des manifestants ont incendié une limousine, a déclaré la police sur les lieux.

Toutes les 217 personnes arrêtées vendredi ont été accusées d'émeutes, a déclaré Newsham. Et dans certains cas, les policiers ont utilisé des grenades flash-bang et du gaz poivré pour les empêcher de se rapprocher de l'itinéraire du défilé.

Des témoins ont rapporté que les manifestants - certains d'entre eux se décrivant eux-mêmes comme des «anarchistes» vêtus de noir et portant des masques - se moquaient des policiers pour tenter de les faire monter.

Chris Cox, leader de Bikers for Trump, affirme que les motards offriront aux jeunes noirs une "expérience positive autour d'un homme blanc" #Inauguration pic.twitter.com/7fS5b3z601

- Phil McCausland (@PhilMcCausland) 20 janvier 2017
"J'ai vu un gars, il était comme pousser un flic, en quelque sorte le contrarier, et le flic avec le bouclier anti-émeute le frappait", a déclaré à NBC News Johnny Silvercloud, journaliste indépendant qui photographiait des manifestants.

Un homme a été accidentellement renversé par des manifestants, a déclaré un agent des forces de l'ordre à NBC News. Il saignait de l'arrière de la tête alors que les ambulanciers l'aidaient à monter sur une civière.

Les violences de vendredi sont survenues après une nuit d'affrontements chaotiques entre la police et les manifestants anti-Trump. Et ce n'était pas seulement limité au centre-ville de DC

NBC News (Traduction Bertrand Riviere)

Émeutes anti-Trump à Washington lors de l'inauguration du 20/01/2017 [Utiliser un proxy (VPN) pour contourner la limitation d'âge de Youtube (images violentes) ]

mercredi 13 janvier 2021

Les réseaux sociaux en panique [Revue de vidéos et dessins]



Le dessinateur Ben Garrison vient d’être banni de twhitler qui n'est pas Charlie, apparemment








Twhitler banni indéfiniment le Président Trump


L’homme ayant fouillé l’ordinateur de Nancy Pelosi au Capitole a été retrouvé mort par balles (MàJ : il s'agirait d'un suicide)



Christopher Stanton Georgia, sympathisant de Donald Trump qui a pris une photo du bureau de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi et a fouillé son ordinateur portable pendant les évènements du Capitole, a été retrouvé mort dans le sous-sol de sa maison.

Christopher Stanton Georgia, 53 ans, a été découvert mort dans le sous-sol de sa maison quelques jours après avoir été arrêté pour sa participation aux émeutes au Capitole, rapporte le Sun.

Il avait pénétré dans le 
bureau de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, publié une photo de son bureau et fouillé son ordinateur portable.


Son corps a été retrouvé samedi matin par sa femme dans le sous-sol de leur maison d’Alpharetta, en Géorgie. Elle a appelé le 911 pour informer que son «mari est mort» et qu’il y avait «du sang partout».

Le bureau du médecin légiste a déclaré à la filiale 11Alive de NBC que l’homme était décédé des suites d’une blessure par balle à la poitrine.

Deux fusils semi-automatiques ont été découverts dans la maison.
La cause de la mort n’a pas encore été confirmée.

Accusé d’avoir pénétré dans le Capitole
Mercredi soir, la victime avait été inculpée pour avoir «pénétré illégalement dans le territoire du Capitole des États-Unis contre la volonté de sa police» et d’avoir violé le couvre-feu instauré à Washington.

L’homme encourait une peine maximale de 180 jours de prison et/ou une amende de 1.000 dollars. Il avait plaidé non coupable devant la Cour supérieure de Washington jeudi 7 janvier.

Donald Trump: "Big Tech a fait une terrible erreur"

Le président Donald Trump a averti mardi que les efforts des grandes entreprises de la technologie pour le censurer, lui et ses partisans, étaient une «grosse erreur» qui ne ferait qu'irriter davantage d'Américains.



«Je pense que les Big Techs font une chose horrible pour notre pays, et je pense que ce sera une erreur catastrophique pour eux», a déclaré Trump.

Le président s'est entretenu avec des journalistes avant de quitter Joint Base Andrews à bord d'Air Force One pour visiter le mur construit sur la frontière sud à Alamo, au Texas.

Trump a déclaré qu'il avait mis en garde contre le pouvoir et l'influence massifs exercés par la Big Tech tout au long de sa présidence, ajoutant que la décision qu'ils prenaient aurait des répercussions dans le monde entier.

«Ils se divisent et divisent, et ils montrent quelque chose que je prédis depuis longtemps», dit-il. «Les gens n'ont pas agi en conséquence, mais je pense que la grande technologie a commis une terrible erreur, et très très mauvaise pour notre pays, et cela conduit d'autres à faire la même chose.»

Il a spécifiquement exprimé sa préoccupation quant à ce que les sociétés de Silicon Valley lui avaient fait, ainsi qu'à ses partisans, quelques jours après la prise de Capitol Hill la semaine dernière. «Cela cause beaucoup de problèmes et de dangers. Grosse erreur », dit-il. «Ils ne devraient pas le faire.»

Facebook et Twitter ont définitivement interdit les comptes de médias sociaux du président. Google , Apple et Amazon ont agi simultanément pour interdire Parler, un concurrent de Twitter, de toutes leurs plates-formes et services d'hébergement Web.

Trump a mis en garde contre la colère qui montait après les actions de Big Tech contre les conservateurs et les partisans de Trump.

«Il y a un contre-mouvement quand ils font cela», dit-il. "Je n'ai jamais vu une telle colère que je vois en ce moment, et c'est une chose terrible et il faut toujours éviter la violence."

Trump a également contesté les affirmations selon lesquelles son discours de rassemblement devant la Maison Blanche la semaine dernière a inspiré la violence de la foule qui a eu lieu à Capitol Hill.

«Les gens pensent que ce que j'ai dit était tout à fait approprié», a-t-il dit.

Il a comparé sa propre rhétorique aux dirigeants politiques démocrates qui parlaient et ne condamnaient pas la violence pendant les émeutes de Black Lives Matter pendant l'été: «Si vous regardez ce que d'autres personnes ont dit, des politiciens de haut niveau, à propos des émeutes de l'été. Les horribles émeutes à Portland et Seattle et dans divers autres endroits, c'était un vrai problème."

Il a également souligné son appel aux manifestants de l'élection à le faire «pacifiquement» sur Capitol Hill, même si cela est rapidement devenu violent.

«Tout le monde pensait que c'était tout à fait approprié», a-t-il dit, faisant référence à son discours.

Breitbart (Trad. BR)

mardi 12 janvier 2021

LIVE Trump en visite à la frontière (Alamo, TX)

Les purges commencent [Revue de vidéos du jour]

Un militant de Black Lives Matter filmé à l'intérieur du Capitole affirme qu'il "documentait les émeutes"

John Sullivan, le fondateur anti-Trump d'Insurgence USA basé dans l'Utah, a déclaré qu'il était entré mercredi dans le Capitole aux côtés d'une foule de manifestants pro-Trump, mais il a déclaré qu'il était juste là pour "documenter". 

Un activiste anti-Trump qui a dit un jour qu'il voulait "déchirer" le président de ses fonctions est entré mercredi dans le Capitole aux côtés d'une foule de manifestants pro-Trump , mais il a dit qu'il était juste là pour le "documenter".

«Il y a ce récit qui circule en ce moment qu'Antifa était les gens qui causaient les émeutes, provoquaient la tension, ils étaient les seuls à pénétrer par effraction dans le Capitole, et je voulais pouvoir raconter une partie de l'histoire et montrer que ce n'était pas le cas » , a déclaré jeudi à Fox News John Sullivan, le fondateur d' Insurgence USA , basé dans l' Utah .

Insurgence USA se décrit comme « la révolution ». Il a commencé à protester contre "l'injustice raciale dans la police" l'année dernière après la mort de George Floyd en garde à vue à Minneapolis.

En août 2020, lors d'une déclaration à une petite foule à une intersection de Washington, DC, Sullivan a pointé du doigt la Maison Blanche voisine et a déclenché un torrent de rhétorique violente. «Nous ... sur le point de brûler ça,» dit-il. "Nous devons ... arracher Trump de ce bureau juste là", a-t-il poursuivi, ajoutant: "Nous ne sommes pas sur le point ... d'attendre les prochaines élections." Il a ensuite conduit la foule dans un chant de «Il est temps pour la révolution». 

John Sullivan prêt à "déchirer" le président Trump


Sullivan a déclaré à Fox News qu'il n'avait pas remarqué d'autres militants de gauche à l'intérieur du bâtiment. Mais il a ajouté qu'il ne pouvait pas le savoir avec certitude sans parler à chacun individuellement.

"Pour ce qui est de comprendre qui est dans la foule, en me basant sur le fait d'être souvent présent dans les manifestations ... je n'ai vu aucune personne qui participait à l'origine aux manifestations du BLM", a-t-il déclaré.

Sullivan dit qu'il se tenait près du vétéran de l'armée de l'air Ashli ​​Babbitt lorsqu'elle a été abattue dans le Capitole, et une vidéo semble le montrer sur les lieux.


«Nous devons… nous devons brûler ça», dit John Sullivan dans une vidéo maintenant supprimée (ci-dessus). «Nous devons faire brûler cette merde.» Sullivan marchait dans le bâtiment du Capitole après avoir grimpé illégalement à travers une fenêtre cassée pour y accéder.

Après le rassemblement de Trump, une foule de manifestants a pénétré dans le Capitole, saccagé les bureaux du Congrès et pris d'assaut le parquet du Sénat, provoquant un chœur de condamnations de la part de membres des deux principaux partis. La violation a interrompu une session conjointe du Congrès visant à valider Joe Biden en tant que président élu. Le Congrès s'est réuni à nouveau plus tard dans la soirée et a terminé le processus.

Sullivan a tweeté plusieurs vidéos prises à l'intérieur du Capitole mercredi. L'un contenait une vue rapprochée de la fusillade mortelle de 
Babbitt , un vétéran de l'armée de l'air, à une porte barricadée du Capitole. La police a déclaré plus tard qu'elle avait été abattue par un policier.


Le procureur américain par intérim du district de Columbia, Michael Sherwin, a annoncé une série d'accusations liées au chaos jeudi, notamment pour possession d'armes, agression et vol, et a déclaré que d'autres viendraient.

L'arrestation de Sullivan dans l'Utah était liée à une manifestation où un autre manifestant aurait tiré sur un automobiliste qui passait lors d'une confrontation, selon le Deseret News.

Sam Dorman de Fox News (Trad. BR)

John Sullivan haranguant la foule lors d'un rassemblement BLM

VOIR AUSSI : 
Vidéo: Les partisans de Trump empêchent un provocateur "antifa" de casser des fenêtres au Capitole [MàJ : Donald Trump concède la défaite et assure d'une "transition ordonnée"] : LIEN
_______

Message de Bertrand : Je tiens à remercier tous mes lecteurs qui m'ont apporté leur précieux soutien en 2020 et tous les fidèles du blogue, en cette période difficile pour moi (comme pour la plupart des blogueurs "dissidents"), grâce à vous, je peux continuer ce travail malgré la censure de facebook qui m'a privé d'une grosse part de mes revenus publicitaires. Mais cela ne fait que m'inciter à continuer le combat plus que jamais pour 2021 !
Bonne et heureuse année à tous !

Pour soutenir mon travail via Paypal ou en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur le bouton ci-dessous :




MERCI ENCORE A TOUS POUR VOTRE FIDÉLITÉ ET VOTRE SOUTIEN !


lundi 11 janvier 2021

Florian Philippot : "Non, l'esprit gaulois n'est pas mort!"

Vu de l'extérieur - «Les démocrates ont du mal à monter une accusation solide contre Donald Trump»

Variant anglais et vaccin

Sondage: 71% des électeurs de Trump s'attendent à une "guerre civile", nouveau record


La propagande des médias et des donneurs de leçon de la gauche après les élections et les manifestations et émeutes de mercredi au Capitole n'ont rien fait pour calmer l'indignation des électeurs de Trump.

Selon une nouvelle enquête, un record de 71% des partisans du président Trump estiment que le pays se dirige vers la guerre civile.

De plus, 40% des partisans du président élu Joe Biden sont d'accord.

Trump a tenu à répondre à la frustration des électeurs républicains, en tweetant qu'il envisage de rester dans le combat après avoir quitté ses fonctions (Avant que son compte ne soit scandaleusement banni par Tweeter).

Le sondage de The Frontier Center's Ear to the Ground, en partie secret, est le dernier à montrer la profonde division du pays et le soutien probable de Trump.Guerre civile graph.png



Selon Anne Sorock Segal, du Centre : «La controverse sur le résultat contesté des élections cristallise l'idée qu'une nouvelle guerre civile est à venir. Les partisans de Trump ne considèrent pas les élections comme un point final, maintenant, mais comme une ligne de phase dans une guerre qui a déjà commencé.

Elle a offert d'autres détails sur les résultats.

Lorsqu'on a demandé: «Qui a remporté l'élection techniquement?» les réponses étaient:

Pour ceux qui pensent que la guerre civile arrive: 17% Biden a gagné, 81% Trump a gagné, 3% incertain
Pour ceux qui pensent qu'aucune guerre civile n'est à venir: 55% Biden, 25% Trump, 14% incertain
Pour ceux qui son incertain sur la guerre civile à venir: 40% Biden, 48% Trump, 12% incertain

Plusieurs autres sondages tout au long de l'élection ont montré une inquiétude croissante quant à une éventuelle guerre civile. Les manifestations et les émeutes de cette semaine à Capitol Hill et dans d'autres capitales d'État suggèrent que le sondage est assez précis. (source)

Mon opinion : 

Il y a deux choses qui aideraient à résoudre ce problème : une réforme du vote semblable à ce qui a été fait en Floride après 2000, et la fin du mépris ouvert pour la moitié de la nation de la part des dirigeants politiques et des médias. 

Ni l'un ni l'autre, hélas, n'est probable.

/Bertrand Riviere

_______

Message de Bertrand : Je tiens  remercier tous mes lecteurs qui m'ont apporté leur précieux soutien en 2020 et tous les fidèles du blogue, en cette période difficile pour moi (comme pour la plupart des blogueurs "dissidents"), grâce à vous, je peux continuer ce travail malgré la censure de facebook qui m'a privé d'une grosse part de mes revenus publicitaires. Mais cela ne fait que m'inciter à continuer le combat plus que jamais pour 2021 !
Bonne et heureuse année à tous !

Pour soutenir mon travail via Paypal ou en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur le bouton ci-dessous :




MERCI ENCORE A TOUS POUR VOTRE FIDÉLITÉ ET VOTRE SOUTIEN !


dimanche 10 janvier 2021

Conservateurs: tous censurés? Capitole: démission du chef de la police

Des responsables du Pentagone affirment que Pelosi leur a demandé d'organiser un coup d'État militaire contre le président Trump

La présidente Nancy Pelosi a déclaré qu'elle s'était entretenue avec le général Mark A. Milley, le président de l'état-major interarmées, pour savoir s'il était possible d'empêcher «un président dérangé» d'utiliser les codes de lancement nucléaire.Crédit...Anna Moneymaker pour le New York Times

Pelosi a fait pression sur le Pentagone sur des garanties pour empêcher Trump d'ordonner une action militaire

Mais à moins que le cabinet n'invoque le 25e amendement ou destitue et condamne le président, il serait inconstitutionnel de défier les ordres légaux du commandant en chef, notent les experts.

Par David E. Sanger et Eric Schmitt (pour LE NEW YORK TIMES)

8 janvier 2021

La représentante de la Californie, Nancy Pelosi, a pris vendredi la décision sans précédent de demander au président de l'état-major interarmées les «précautions disponibles» pour empêcher le président Trump de lancer une action militaire à l'étranger ou d'utiliser sa seule autorité pour lancer des armes nucléaires dans les derniers jours de son mandat.

Lors d'un appel téléphonique à la présindente [du congrès], le général Mark A. Milley, Mme Pelosi semblait chercher à ce que les dirigeants du Pentagone retirent essentiellement M. Trump de ses autorités en tant que commandant en chef. Cela pourrait être accompli en ignorant les ordres du président ou en les ralentissant en se demandant s'ils ont été émis légalement.

Mais le général Milley semble n'avoir pris aucun engagement. À moins que le cabinet n'invoque le 25e amendement ou ne révoque M. Trump par destitution à la Chambre et qu'une condamnation soit prononcée au Sénat, il est inconstitutionnel de défier les ordres juridiques du commandant en chef.

La demande de Mme Pelosi, qu'elle a annoncée au caucus démocrate comme un effort pour empêcher «un président dérangé» d'utiliser les codes nucléaires, a été enveloppée dans la politique de recherche d'une deuxième destitution de M. Trump.

Le colonel Dave Butler, un porte-parole du général Milley, a confirmé que l'appel téléphonique avec l'oratrice Pelosi avait eu lieu mais l'a décrit comme informatif. «Il a répondu à ses questions concernant le processus d'autorité de commandement nucléaire», a-t-il déclaré.

Mais certains responsables du ministère de la Défense ont clairement regretté qu'on leur demande d'agir en dehors de l'autorité légale du 25e amendement et l'ont vu comme une preuve supplémentaire d'un système politique brisé. Ils ont dit que certains dirigeants politiques essayaient de faire en sorte que le Pentagone fasse le travail du Congrès et des secrétaires de cabinet, qui ont des options légales pour destituer un président.

M. Trump, ont-ils noté, est toujours le commandant en chef; à moins qu'il ne soit renvoyé, les militaires sont tenus de suivre ses ordres légitimes. Alors que les responsables militaires peuvent refuser d'exécuter des ordres qu'ils considèrent comme illégaux - ou ralentir le processus en envoyant ces ordres pour un examen juridique minutieux - ils ne peuvent pas retirer le président de la chaîne de commandement. Cela équivaudrait à un coup d'État militaire, ont déclaré les responsables.

Mais deux anciens responsables de l'administration ayant des liens étroits avec l'establishment de sécurité nationale ont déclaré qu'ils avaient vu des signes indiquant que les assistants de M. Trump étaient, selon les mots de l'un, «détournant la route» du président en ne soulevant pas de problèmes qui pourraient le pousser à se tourner vers l'action armée. 

Le problème qui a le plus inquiété les responsables est l'annonce par l'Iran qu'il a commencé à enrichir de l'uranium à 20% de pureté - près de la qualité pour fabriquer une bombe. En décembre, M. Trump a demandé des options militaires qui pourraient être prises en réponse à l'escalade de la production iranienne de combustible nucléaire, mais il en a été écarté par un certain nombre de hauts responsables, dont le général Milley et le secrétaire d'État Mike Pompeo.

Dans une note adressée à sa majorité démocrate, Mme Pelosi a déclaré qu'elle avait interrogé le général Milley sur «les précautions disponibles pour empêcher un président instable de lancer des hostilités militaires ou d'accéder aux codes de lancement et d'ordonner une frappe nucléaire. La situation de ce président déséquilibré ne pourrait être plus dangereuse, et nous devons faire tout ce que nous pouvons pour protéger le peuple américain contre son assaut déséquilibré contre notre pays et notre démocratie."

D'autres démocrates ont repris le thème. «Le président devrait être démis de ses fonctions», a déclaré le sénateur Patrick J. Leahy du Vermont. «Je déteste penser qu'il est là-bas, ayant accès aux armes nucléaires et tout ça.» (...)

The New York Times (Trad. Bertrand Riviere) (Les parties en gras sont soulignées par moi-même)

samedi 9 janvier 2021

Allons-nous vers le modèle chinois ?

Trump banni de Twitter : un véritable coup d’État !

Trump a été banni de twitter alors qu'un sombre politicien islamiste malaisien qui avait appelé à "tuer des millions de français" est toujours actif et peut continuer a appeler au meurtre en toute impunité...
Et dire que l'on trouve partout des français assez imbéciles pour justifier cela...

Confier aux GAFA la liberté d'expression sur internet est cent fois plus dangereux pour la démocratie que tous les tweets de Trump

Publiée par Bertrand Riviere sur Vendredi 8 janvier 2021

vendredi 8 janvier 2021

USA : Qui sont les casseurs?

NTD News

Biden compare le Capitole avec Black Lives Matter



"Merci au CO2", les vérités du physicien François Gervais sur les causes du réchauffement climatique

Anthony Lacoudre : présidentielle américaine, "le coup parfait" ? [AUDIO]

Alexis Cossette-Trudel : "L'administration Trump doit être comprise sous l'angle de la sécurité nationale et de la raison d'État. Compris sous cet angle, l'échec est impossible."

 

"Ces images montrent les scènes horrifiantes qui se sont déroulées à l'extérieur du Capitole, le 6 janvier.
Vraiment honteux.
Oh pardon, je me trompe. Ce sont en fait les "manifestations" Black Lives Matter de l'été d
ernier."

Comme je l'ai expliqué dès le 8 novembre, je pense que nous aurons une administration démocrate illégitime, impopulaire, boiteuse et impotente pendant les 4 ans qui viennent, même si étant donné son état pitoyable, il est probable que Biden ne dure pas aussi longtemps à la présidence et serait alors remplacé par Kamala Harris (au secours). 

J'ai publié ici les toutes premières vidéos d'Alexis quand il n'avait encore que quelques centaines d'abonnés, que ses vidéos ne faisaient que quelques milliers de vues, qu'il n'avait pas encore créé Radio-Québec et publiait sur sa chaine Youtube personnelle.

A l'époque, son travail exceptionnel de décryptage sur le personnage de Trump et sa stratégie m'a beaucoup appris et je lui en suis très reconnaissant. Par la suite, j'ai été moins convaincu par son adhésion aux thèses de Qanon et par ses analyses de la crise du coronavirus. 

Ses prédictions sur la réélection de Trump restent néanmoins possibles et je ne les excluent pas d'un revers de main même si je ne les partagent pas forcément comme je l'ai déjà dit dans des articles précédents.

Je continue donc à publier ici ses analyses (même si les miennes sont un peu différentes) parce qu'elles sont vivifiantes pour le débat, par fidélité à son travail et pour soutenir la liberté d'expression sur internet.

/Bertrand.

Radio Québec - Trump: l'échec impossible (8/01/2021) :

Mylène Demongeot témoigne : "Didier Raoult est mon sauveur"

jeudi 7 janvier 2021

I-Média n°330 – Insurrection à Washington, pédocriminalité à Paris

TRUMP VS BIDEN : LES DESSOUS D'UN HOLD-UP

 
L'analyse d'Edouard Husson sur le scénario-cauchemar du 6 janvier 2021 à Washington DC 

La police a-t-elle sciemment ouvert les barrières du Capitole aux manifestants infiltrés par les antifas ?

Vidéo: Les partisans de Trump empêchent un provocateur "antifa" de casser des fenêtres au Capitole [MàJ : Donald Trump concède la défaite et assure d'une "transition ordonnée"]



Des vidéos de partisans de Trump rassemblés sur le front ouest du Capitole lors de la manifestation de mercredi montrent qu'ils ont arrêté une personne qu'ils suspectaient d’être un provocateur Antifa qui tentait de briser des fenêtres du Capitole. Dans l'une des vidéos, on peut entendre les partisans de Trump crier: «Ne cassez pas la fenêtre!» «Pas d'antifa! Pas d'antifa! » alors que plusieurs partisans de Trump sont intervenus et ont arrêté l'attaque d'une personne habillée de noir et agissant comme le font traditionnellement les casseurs antifas mais avec un autocollant Trump à l'arrière de son casque.

 

Une deuxième vidéo prise de plus près montre le casseur 'Antifa' frappant à nouveau à la fenêtre avec une matraque, affaiblissant le verre, alors que les partisans de Trump huent et crient: «Antifa! Antifa! ». Un partisan de Trump portant un chapeau rouge MAGA attrape le provocateur et le pousse de force loin de la fenêtre alors que la foule applaudit.

«Violence par Antifa du côté sud où les partisans de Trump ont été invités à marcher. Les supporters ont arrêté la casse mais il a recommencé plus tard. MSM n'arrête pas de dire que ce sont les supporters de Trump. ce n'est pas le cas. »
«Arrêtez d'écouter les mensonges de MSM. J'étais là-bas à DC. Antifa a commencé à casser des fenêtres mais en ont été stoppé par les partisans de Trump (MàJ : Tweets désormais supprimés par la censure de TwHitler)
Voir aussi :

Une femme non armée abattue par la police du Capitole identifiée - Elle était Vétéran de l'US Air Force (VIDÉO)


Le message d'apaisement publié par le Président Trump qui lui a valu d'etre banni de twitter :


MàJ : Donald Trump concède la défaite après la certification de la "victoire" de Biden par le congrès, et assure d'une "transition ordonnée" : 



Une manifestante pro-Trump pacifique décède suite à un tir des services de sécurité du Capitole

La jeune femme pro-Trump qui manifestait pacifiquement, et sur qui le service de sécurité du Capitole a tiré, est décédée des suites de ses blessures ce soir, rapporte Michael Coudrey du mouvement "stop the steal"