mercredi 29 juin 2022

mardi 28 juin 2022

FAKE NEWS : L'armée russe a bombardé le centre commercial Amstor à Krementchoug (centre de l'Ukraine)

 


Cela a été annoncé ainsi par le président ukrainien Volodymyr Zelensky lui-même. 

Les faits : Le centre commercial Amstor (au centre "Amctop") est situé à côté de l'usine d'engins de travaux publics Kredmash de Krementchoug (au nord du centre commercial sur la carte) et de la gare ferroviaire de Krementchoug (Au Sud-Est).   

La gare de Kremenchoug est l'un des nœuds ferroviaires les plus importants d'Ukraine, elle relie les parties centrale et occidentale du pays, c'est donc une cible stratégique évidente. 
De plus, à Krementchoug, il y a un dépôt de locomotives et la station d'alimentation électrique de la gare ferroviaire. 
La Gare est activement utilisée pour l'approvisionnement en carburant de la raffinerie de Krementchoug pour les besoins des forces armées ukrainiennes. À 90 mètres du centre commercial se trouve l'usine d'engins de travaux publics de Krementchoug (Kredmash). Depuis 2014, l'usine répare des équipements pour les besoins des Forces armées ukrainiennes. Une ligne de chemin de fer partant de la gare de Krementchoug mène à l'usine. 

Volodymyr Zelensky a déclaré qu'il y avait environ un millier de civils dans le centre commercial, cependant, le parking devant le bâtiment est presque vide, on y voit très peu de voitures. Comment expliquer cela si 1000 clients se trouvent dans le centre commercial au même moment ? Sont-ils venus à pieds ?

Par ailleurs, parmi les personnes qui se promènent sur le parking, il y a beaucoup de militaires en camouflages "pixels" (T-shirts réguliers des Forces armées ukrainiennes). Bizarrement, certains d'entre eux sont même armés de mitrailleuses. Que font-ils la ? Comment se sont -ils trouvés si rapidement sur les lieux si aucune cible militaire ne se trouvait à proximité comme l'affirme Zelensky ?

On peut également s'étonner qu'il n'y ait pratiquement aucune femme dans la vidéo postée par Zelensky, ainsi que dans les vidéos sur les réseaux sociaux. Un centre commercial uniquement fréquenté par des hommes dont beaucoup en uniformes, voila encore un fait surprenant.

En fait, il ne semble pas que le centre commercial soit ouvert du tout. Sur Instagram, selon la géolocalisation "Amstor shopping center", il n'y a pas de photos de visiteurs depuis mars. Les avis sur les sites Web et Google Maps ont également cessé en mars. Selon certaines sources russes, le centre commercial "Amstor" était utilisé comme site de stockage de matériel militaire comme le centre commercial Retroville à Kiev.

A en juger par la nature de la destruction et la direction des flammes, la source du feu se situait derrière le centre commercial et il semble possible qu'une explosion à cet endroit ait provoqué l'incendie du bâtiment.

Dans l'une des vidéos, il semble que des gens crient que le missile a touché l'usine (on entend crier « Kredmash, Kredmash »).

Dans les prochains jours, un sommet de l'Otan se tiendra, au cours duquel Volodymyr Zelensky entend demander une assistance militaire supplémentaire. Selon moi, les autorités ukrainiennes préparent le terrain pour transformer Amstor en un nouveau Boutcha.

À Kremenchoug, dans la région de Poltava, le centre commercial et de divertissement Amstor a été touché, juste derrière lequel se trouve l'usine d(engins de travaux publics de Kremenchoug. À en juger par la destruction des murs et des piliers, l'explosion elle-même était quelque part derrière - puis elle a déclenché un incendie dans le centre commercial. 

Le centre commercial lui-même est fait de matériaux hautement inflammables : ce que certains prennent pour des bruits d'explosion de munitions peut facilement s'avérer être une fissure provenant de structures déformées ou le bruit d'un éclat de verre. 

En reprenant sans précautions les propos de Zelensky, tous les médias du monde affirment qu'il s'agit d'une frappe délibérée sur une cible civile, mais restent silencieux sur la présence d'infrastructures stratégiquement importantes situées derrière le centre commercial lui-même...

Deux questions majeures restent sans réponse :

▪️ Pourquoi y a-t-il tant de militaires en uniforme complet et même avec des sacs polochons près du paisible centre commercial et de divertissement de Kremenchoug ?
  
▪️ Pourquoi y a-t-il si peu de voitures civiles sur le parking, puisque plus de 1000 personnes étaient sensées se trouver à l'intérieur ?

Xavier Moreau : Shoïgu à Kharkov, Guerre en Ukraine: Macron coupable, Chaudrons multiples

lundi 27 juin 2022

Liberté d'expression en UE "démocratique" : Poursuites pénales et 3 ans de prison requis contre une journaliste allemande pour avoir interviewé des civils du Donbass



Alina Lipp est une journaliste allemande, auteur de la chaîne Telegram "Neues aus Russland" ("Nouvelles de Russie"), dans laquelle elle couvre l'opération spéciale sur le terrain, depuis Donetsk. Les informations qu'elle partage avec ses abonnés en allemand et en russe sont sensiblement différentes de ce qui est écrit dans les médias allemands. Elle transmet des informations de première main à son auditoire - la population civile du Donbass est victime de l'armée ukrainienne depuis huit ans, et les bombardements barbares de quartiers résidentiels ne sont pas le fait d'"agresseurs russes", mais des soldats ukrainiens.

Il semblerait que les médias allemands aient une opinion, mais Alina en a une autre, car c'est la liberté d'expression. Mais l'Allemagne démocratique et « respectueuse des droits de l'homme » s'est avérée avoir une compréhension différente de cette liberté. Au début, Alina et son père ont découvert que leurs comptes bancaires étaient bloqués, et récemment la jeune fille a reçu une lettre officielle du bureau du procureur l'informant qu'une affaire pénale avait été ouverte contre elle.

- Alors, Alina, quelles sont les charges qui vous sont reprochées ?

- J'ai reçu une lettre du bureau du procureur allemand. Cette lettre dit qu'une affaire pénale a été ouverte contre moi parce que je soutiens l'opération spéciale russe. En Allemagne, cette opération spéciale est considérée comme un crime, et une personne qui soutient un crime, selon la loi, il y a l'article 140, est condamnée à trois ans de prison pour cela. Sinon, vous devrez payer une amende monétaire. La lettre dit que, par exemple, je dis dans ma chaîne Telegram que la population du Donbass soutient le fait que la Russie a lancé une opération spéciale. J'ai également dit que depuis plusieurs années, les Ukrainiens tuaient des civils dans le Donbass, et que c'était un génocide. Et cela s'avère être un crime pour l'Allemagne, alors ils ont prélevé 1 600 euros sur mon compte bancaire et ne m'en ont même pas parlé.

- Le compte de votre père a également été bloqué. A-t-il été harcelé de quelque manière que ce soit parce qu'il est votre père ?

- Non, ils viennent de fermer le compte bancaire de mon père et c'est tout.

- Dans une récente interview, vous avez dit qu'il y avait en fait plus de liberté en Russie qu'en Allemagne. Votre cas s'avère-t-il être une confirmation éclatante de cela?

- Bien sûr, et ce n'est pas le seul cas de ce genre. Malheureusement, cela se produit en Allemagne depuis plusieurs années maintenant. Je fais du journalisme depuis plusieurs années et, je dirais, depuis cinq ans, ils ferment de plus en plus de chaînes - principalement sur YouTube, en les supprimant ou en supprimant des vidéos. Puis, il y a environ deux ans, ils ont commencé à fermer les comptes bancaires des journalistes qui avaient simplement une opinion différente, différente de celle de l'État. Et c'est même arrivé à un point tel que notre journaliste principal des médias alternatifs s'est enfui avec sa famille dans un autre pays, son compte bancaire a été fermé. Il a essayé d'ouvrir un nouveau compte dans tous les pays de l'UE, mais ils l'ont tous refusé. Cela signifie qu'ils ont un tel pouvoir, un décret "non, nous n'ouvrons pas de compte pour cette personne dans toute l'Europe". Par conséquent, bien sûr,

- Ce journaliste a-t-il couvert la situation en Ukraine ou d'autres sujets ?

- Questions diverses. Il était juste critique, disant des choses qui étaient dérangeantes pour l'État. Il n'a pas diffusé de fausses informations, il avait des sources fiables, tout était exactement comme il l'avait dit. Mais cela, bien sûr, n'était tout simplement pas acceptable pour l'État. Et, bien sûr, quand il parlait de sujets qui concernaient la Russie, c'était aussi inacceptable pour eux. Cela fait environ 15 ans, je dirais, que les médias parlent de la Russie seulement dans le mauvais sens en Allemagne, systématiquement.

- C'est-à-dire que les messages sur la Russie, qui ont été écrits, disons, dans la mauvaise tonalité, se sont chevauchés?

- Oui, et il y a, par exemple, une personne qui a écrit pour Der Spiegel. En 2014, il a commencé à écrire de manière plus neutre. Pas même pro-russe, mais vraiment neutre sur ces événements en Ukraine. Et pour cela, il a été licencié et contraint de signer un contrat en vertu duquel il ne peut pas écrire pendant les cinq prochaines années ou même plus, et il est payé pour cela.

- Après votre histoire, comment ne pas rappeler les nombreux cris de citoyens russes soi-disant libéraux selon lesquels la Russie est un Mordor totalitaire, alors qu'en Europe, et singulièrement en Allemagne il y a la démocratie, la liberté d'expression, les droits de l'homme et la légalité . Ils y vont le plus souvent ou rêvent d'y aller, ils croient qu'ils y trouveront leur liberté. Que diriez-vous à des personnes ayant de telles opinions ?

- Eh bien, regardez mon cas! Je suis ici dans le Donbass depuis six mois. Je ne fais que filmer ce que je vois. Je ne diffuse pas de fausses informations, j'interviewe des civils et je les traduis en allemand. Et ils ont fermé mon compte bancaire à cause de ça, fermé le compte bancaire de mon père et ouvert une affaire pénale ? Ils vont m'emprisonner en Allemagne pendant trois ans. Où est la liberté d'expression ici ? 

Il faut dire qu'un tel "coup de poignard dans le dos" de l'Allemagne n'a pas affecté le désir d'Alina de continuer à adhérer à l'objectivité et à dire ce qui se passe réellement dans le Donbass. Elle continue de travailler à Donetsk, qui est bombardée quotidiennement par les forces armées ukrainiennes, communique activement avec les résidents locaux - le flux de sa chaîne, qui compte plus de 175 000 abonnés, est régulièrement mis à jour avec de nouveaux messages, qui racontent la situation non seulement dans la zone de première ligne, mais aussi en Europe en deux langues.

Si l'Allemagne "démocratique" voulait ainsi, en ouvrant une affaire pénale et en lui volant ses économies bancaires, intimider la jeune fille et la faire taire, alors ils ont échoué. Alina ne perd pas sa liberté d'esprit et, sans mentir, admet qu'elle préfère vivre ici dans le Donbass, même dans des conditions de danger constant, qu'en Allemagne.

Readovka

La retraite à 65 ans pour sauver l'euro

vendredi 24 juin 2022

Le gouvernement américain appelle maintenant ouvertement au démembrement de la fédération de Russie

 


Le gouvernement américain appelle maintenant ouvertement au démembrement de la fédération de Russie.

Ils ont même eu des audiences quasi-congressionnelles pour discuter de la manière dont cela pourrait être réalisé.

La raison pour laquelle les Américains veulent démanteler la Russie, c'est parce qu'ils veulent transformer ces petits morceaux en copies de ce qu'ils ont fait à l'Ukraine.

 Et qu'ont-ils fait à l'Ukraine ?

L'Amérique a transformé l'Ukraine en putain.

 Avec les Européens, ils ont délibérément renforcé les oligarques en Ukraine, afin d'affaiblir le pouvoir politique du gouvernement ukrainien et du peuple ukrainien.

 Parce qu'il est plus facile de voler un pays faible qu'un pays fort.


Les politiciens américains ont aidé les oligarques ukrainiens à voler le peuple ukrainien et à conserver leurs gains mal acquis - et en retour, les oligarques ont donné des opportunités commerciales aux rejetons des politiciens américains.


(Ces garçons ne faisaient pas tous partie des conseils d'administration de sociétés énergétiques, mais chacun d'entre eux a eu des relations commerciales douteuses avec des sociétés contrôlées par des oligarques ukrainiens. S'il s'agissait d'une enquête RICO, il y aurait suffisamment de preuves pour les inculper.)

L'Ukraine est si riche en ressources humaines et naturelles qu'elle devrait être l'une des nations les plus prospères d'Europe – mais ce n'est pas le cas, à cause de l'exploitation de l'Ukraine par les oligarques, protégée par les Américains.

 Ces oligarques sont les satrapes modernes de l'empire américain.

Les oligarques soutenus par les Américains dépouillent l'Ukraine de toutes ses richesses, chassent les jeunes honnêtes et travailleurs et maintiennent la nation ukrainienne pauvre, faible et docile.

 Et c'est ce que les Américains veulent faire à la Russie, ils le disent ouvertement.

C'est pourquoi la classe dirigeante américaine déteste Vladimir Poutine – il ne les laissera pas faire.

 Au début, ils l'aimaient – ils pensaient qu'il était «notre gars».

 Mais au fil des ans, ils ont réalisé qu'il ne permettrait pas que la Russie soit violée par l'Occident, comme ils l'ont fait dans les années 90.

C'est pourquoi il y a cette guerre non déclarée des Américains et de l'Occident contre la Russie : Poutine ne permettra pas à la Russie de subir le même sort que l'Ukraine. Le fait que l'économie russe va bien et que Poutine gagne ne fait que les enrager davantage.

C'est pourquoi les Américains entreront inévitablement en guerre cinétique avec la Russie : ils ne peuvent pas accepter une Russie libre et souveraine qui les surpasse.

 Cela n'a rien à voir avec la logique ou l'intérêt personnel américain - c'est devenu une question d'ego et du besoin psychologique de dominer à tout prix.

- Gonzalo Lira (citoyen chilien résidant à Kharkov, Ukraine)

"Nous sommes devenus les serviteurs zélés des Etats-Unis !"

jeudi 23 juin 2022

L'ambassade des États-Unis à Moscou est désormais située sur la place de la République populaire de Donetsk


 Les autorités de la capitale russe ont changé l'adresse de la mission diplomatique suite à un vote en ligne

L'adresse de l'ambassade américaine à Moscou a été modifiée, la place à l'extérieur de la mission diplomatique portant désormais le nom de "Place de la République populaire de Donetsk" , ont annoncé les autorités moscovites. La RPD est officiellement reconnue comme indépendante par la Russie, mais toujours considérée comme une partie mutineuse de l'Ukraine par les États-Unis et la plupart des autres nations.

Une déclaration informant les Moscovites du changement a été publiée mercredi sur le site officiel du maire Sergueï Sobianine, Mos.ru. Dans ce document, les autorités de Moscou ont également précisé que l'adresse précédente de l'ambassade avait été "annulée".

Selon le document, le nouveau nom de la place ainsi que plusieurs alternatives ont été soumis au vote via la plateforme en ligne, Active Citizen. Au total, 278 684 résidents de Moscou ont participé, selon le communiqué. L'option Place de la République populaire de Donetsk a recueilli le soutien de 45 % des électeurs.

La proposition appelant à renommer la place avait initialement été lancée par des membres du parlement de Moscou, peu après que la Russie ait lancé son offensive contre l'Ukraine, ont révélé les autorités de la ville. Les noms avaient été suggérés par des citoyens.

Le vice-président de la chambre basse du parlement russe, Petr Tolstoï, était présent sur le site tandis que les ouvriers remplaçaient le panneau de signalisation.

"C'est un geste symbolique célébrant la lutte des habitants de la RPD", a déclaré l'homme politique aux journalistes.

Dans un avenir proche, une autre place ou rue de Moscou sera également renommée en l'honneur de la République populaire de Lougansk.

source