dimanche 14 juillet 2024

Tentative d'assassinat de Donald Trump : L'inexplicable absence de réaction de la police (MàJ 7h30 heure Française)

 


4 mois avant une élection présidentielle sous très haute tension, le Président Trump visé par un tireur posté sur un toit durant un meeting, touché à l'oreille droite, échappe de justesse à une tentative d'assassinat en Pennsylvanie.

- un spectateur tué

- deux autres grièvement blessés

- le tireur abattu par les services secrets

Un témoin oculaire a déclaré à la BBC qu'il avait informé la police et les services secrets qu'un homme suspect se trouvait sur un toit avec un fusil.

Il a été mystérieusement ignoré.


(MàJ 7h30) Voici une vidéo d'un deuxième témoin qui a également vu le tireur, est allé le dire aux policiers, puis s'est rendu à un autre point d'observation, pouvait encore voir le tireur, est retourné vers les policiers pour les amener là où ils pourraient aussi peut-être voir le tireur… et puis les coups de feu retentirent.

(Trad. Resilients.tv)

Où en sommes nous à cette heure, selon le Professeur Chris Martenson :

1 - "Au moins" deux citoyens ordinaires ont vu le tireur ramper sur le toit avec une arme longue et ont alerté de manière audible les agents des forces de l'ordre et les services secrets à proximité, mais tous les agents des forces de l'ordre et les membres des services secrets formés ont, pour une raison à déterminer, manqué le tireur.

2 - Le tireur a été repéré et signalé par ces citoyens *au moins deux minutes avant le début de la fusillade*... ce qui laisse largement le temps aux agents de police de signaler au moins par radio la présence d'une menace sur ce toit (même s'ils se sont contentés de vérifier sur place).

3 - Au moins deux tireurs d'élite formés par les forces de l'ordre surveillaient ce même toit avant le début de la fusillade, mais n'ont pas tiré pour une raison ou une autre.

4 - Ce n'est qu'après que des coups de feu ont été tirés que des tirs de riposte ont eu lieu.

5 - pour une raison quelconque, ce toit n'était pas occupé par des policiers ou des agents de sécurité, comme cela aurait été le cas dans n'importe quelle autre circonstance. De plus, aucun drone n'était apparemment en opération."

Le tireur présumé se nommerait Thomas Matthew Crooks, un jeune homme de 20 ans originaire de Pennsylvanie.

La photo du tireur posté sur un toit à 80 mètres du podium où se trouvait le président Trump 
(Image TMZ)


>

(A suivre...)



(trad. : "J'ai neuf vies, enfoirés.")


dimanche 7 juillet 2024

Kamala devra-t-elle gérer l'effondrement de l'Ukraine ?

Viktor Orban : « Les gouvernements européens sont dans la frénésie de la guerre »

 


Le Premier ministre hongrois Viktor Orban :

" Nous n'avons rien à gagner contre la Russie, mais tout à perdre. La Hongrie restera strictement en dehors de la confrontation qui se profile. "

« L’Europe se prépare à la guerre. Chaque jour, ils annoncent l'ouverture de la prochaine étape sur le chemin de l'enfer. Nous sommes bombardés de cela chaque jour : des centaines de milliards d’euros pour l’Ukraine, le placement d’armes nucléaires au milieu de l’Europe, le recrutement de nos fils dans des armées étrangères, la mission de l’OTAN en Ukraine, l’envoi d’unités militaires européennes en Ukraine. Mes amis, c'est comme si le train militaire n'avait plus de freins et que le conducteur était devenu fou. Nous devons appuyer sur le frein d’urgence pour qu’au moins ceux qui le souhaitent puissent descendre du train et ne pas participer à la guerre. 

Vous savez, les guerres se terminent toujours différemment de ce qui était initialement prévu. C’est pourquoi des millions de jeunes Européens reposent aujourd’hui dans des fosses communes. C’est pour cela qu’il n’y a pas assez d’Européens, il n’y a pas assez d’enfants en Europe. La guerre tue. L'un meurt avec une arme à la main, un autre meurt en s'évadant, certains meurent à cause des bombardements, certains dans les prisons ennemies, d'autres encore à cause d'une épidémie ou de la faim. Certains risquent la torture, d’autres le viol, certains sont kidnappés et réduits en esclavage. Les tombes s'alignent sur d'innombrables rangées. Les mères pleurent pour leurs fils. Les femmes pleurent pour leur mari. Tant de vies perdues ! Nous savons une chose : là où la guerre éclate, il n’y a pas d’issue. La guerre nous rattrapera. Vous ne pouvez pas l’éviter, vous ne pouvez pas vous en cacher.

Le seul antidote à la guerre est la paix. Éloignez-vous de la guerre et laissez la Hongrie être une île de paix. C'est notre mission. Si nous ne voulons pas que la guerre nous rattrape, nous devons l’arrêter. »

source

L'UE et l'OTAN furieux : Orban à Moscou pour parler paix

mardi 2 juillet 2024

COMMENT DÉGAGER DÉFINITIVEMENT MACRON ET ÉVITER LA 3e GUERRE MONDIALE ?

USA : QUI PILOTE L’AVION ?

 


Dire que Joe Biden est gravement sénile n’est plus un tabou. Le débat de la semaine dernière qui fut un choc pour tous ne laisse aucune place au doute. C’était déjà le cas en 2020. Mais l’establishment démocrate a tout fait pour le cacher. C’est pourquoi le vieux Joe n’a fait que de rares apparitions en public.

On peut désormais écrire qu’il n’a jamais dirigé le pays sans craindre l’accusation facile de complotiste.

Alors il y a cette double question récurrente et obsédante : qui a bien pu installer aux commandes de la première puissance économique et militaire un homme faible et gâteux ?

Réponse : tout un système composé d’oligarques richissimes et de hauts fonctionnaires, tous ivres de pouvoir, d’argent, tirant grassement parti de la situation et rêvant de diriger clandestinement le pays pour imposer une idéologie néo-marxiste et progressiste derrière une marionnette contrôlable car corrompue.

Oui mais voilà, la marionnette en question est usée jusqu’à la corde et la mascarade est désormais exposée au grand jour. De fait, c’est la panique chez les démocrates et chez certains républicains compromis.

Dès lors, que faire pour sauver les meubles ? Car comprenez bien que pour ces gens-là, il n’est pas question de laisser revenir Donald Trump à Washington. Ce serait du suicide. Leur agenda malsain serait aussitôt interrompu et surtout, l’idée de devoir rendre des comptes à la Justice les rend totalement fous. 

Une majorité d’américains le découvrent peu à peu, comprenant qu’ils ont été trompés par cette élite qui leur est de moins en moins sympathique. 

Celle-ci va donc devoir agir très rapidement pour remplacer le vieux pantin par un candidat plus frais, plus présentable (mais tout aussi contrôlable évidemment). 

Un candidat avec une bonne tête pour que les résultats du scrutin ne paraissent pas trop suspects. Car gardez bien à l’esprit que les démocrates sont passés maîtres et experts dans l’ingénierie électorale. Le vote régulier, c’est-à-dire en personne, ne pèse plus que 30% des voix comptées. Désormais, tout se joue dans les six états-pivots avec les bulletins par correspondance qui ne font l’objet d’aucune vérification et qui peuvent être librement déposés dans des urnes de rue. Les rapports édités par les cellules d’enquête sur le terrain sont formels : on en produira autant que nécessaire pour faire barrage à l’homme de Mar-a-Lago. 

Seulement l’américain moyen est de moins en moins dupe. Souvenez-vous qu’en 2016, malgré toute l’infâme propagande des médias, il ne s’en est pas laissé compter. Il a repoussé Hilary Clinton qu’on tentait de lui imposer au bénéfice de son opposant, hors système, qu’on présentait comme un guignol ou encore un agent russe.

Acceptera-t-il une nouvelle fois qu’on lui vole son droit le plus fondamental ? Supportera-t-il qu’on lui mente encore et encore comme on lui a fait croire durant quatre ans que l’actuel président était un homme sain d’esprit ?

Pas sûr du tout. 

Français, observez bien ce qui se passera outre-Atlantique durant les prochains mois. Attendez-vous à des temps très agités qui ne seront pas sans conséquence sur le reste du monde.

Marc Amblard – 02.07.2024

vendredi 28 juin 2024

Veille Stratégique n°31

QUE PENSER DU DÉBAT BIDEN VS TRUMP ?

 


Un extrait de quelques secondes qui vaut toutes les analyses : 

- Biden : bredouillages incohérents sur son échec à sécuriser la frontière sud...

- Trump : "je n'ai rien compris à sa phrase et je ne pense pas qu'il l'ait lui-même comprise"

En bref, un échange de 90 mn sans grand intérêt à part celui de montrer que l'actuel président est un homme sénile, très affaibli et inapte à la fonction présidentielle. 

Sa prestation confirme l'idée qu'il ne sera probablement pas le candidat démocrate en novembre prochain.

M. Amblard

______________

Si vous souhaitez m'aider pour me permettre de continuer ce travail, vous pouvez faire un don mensuel ou unique sur ma page TIPEEEhttps://fr.tipeee.com/bertrand-riviere , ou en utilisant le lien PAYPAL : https://www.paypal.com/donate/?hosted_button_id=EB5MACQTJL83G

MERCI D'AVANCE POUR VOTRE SOUTIEN ET VOTRE FIDÉLITÉ !

mardi 25 juin 2024

JULIAN ASSANGE EST LIBRE


Communiqué de Wikileaks

Julian Assange est libre. Il a quitté la prison de haute sécurité de Belmarsh le matin du 24 juin, après y avoir passé 1 901 jours. Il a été libéré sous caution par la Haute Cour de Londres et a été libéré à l'aéroport de Stansted dans l'après-midi, où il est monté à bord d'un avion et a quitté le Royaume-Uni.

C’est le résultat d’une campagne mondiale qui a réuni des organisateurs locaux, des défenseurs de la liberté de la presse, des législateurs et des dirigeants de tout le spectre politique, jusqu’aux Nations Unies. Cela a ouvert la voie à une longue période de négociations avec le ministère américain de la Justice, qui a abouti à un accord qui n'a pas encore été formellement finalisé. Nous vous fournirons plus d’informations dès que possible.

Après plus de cinq ans dans une cellule de 2x3 mètres, isolé 23 heures sur 23, il retrouvera bientôt son épouse Stella Assange, et leurs enfants, qui n'ont connu leur père que derrière les barreaux.

WikiLeaks a publié des articles sans précédent sur la corruption du gouvernement et les violations des droits de l'homme, tenant les puissants pour responsables de leurs actes. En tant que rédacteur en chef, Julian a payé cher pour ces principes et pour le droit du peuple à savoir.

À son retour en Australie, nous remercions tous ceux qui nous ont soutenus, se sont battus pour nous et sont restés totalement engagés dans la lutte pour sa liberté.

La liberté de Julian est notre liberté.

[Plus de détails à suivre]

Attaque en Crimée : vers une guerre USA-Russie ?

dimanche 9 juin 2024

Tulsi Gabbard : "Vont-ils essayer de tuer Donald Trump ?"

(utiliser la traduction automatique des sous-titres disponible en bas à droite de la vidéo)

Selon Tulsi Gabbard, les démocrates préparent l'assassinat de Donald Trump 
Tulsi Gabbard est vétéran de la guerre en Irak, ancienne membre du Congrès et ancienne candidate à la présidentielle US.

vendredi 7 juin 2024

Jacques Baud - Ukraine : Garder la tête froide

De Gaulle sur le conflit Israël / Palestine

 

« Je voudrais que les Français, dans cette affaire, voient leur intérêt national avant tout. Quand nous avons prôné la modération, les Arabes nous ont écoutés. Pas les Israéliens, que nous avions pourtant prévenus contre les succès militaires initiaux que leur assuraient leur armement, leur expérience, leur cohésion et leur situation sur le terrain. J'avais mis en garde Abba Eban avec la plus grande netteté dans notre entretien du 24 mai.

Aujourd'hui, le fait de leur victoire est là. Mais nous ne pouvons admettre d'entériner des conquêtes territoriales. Les Israéliens ne voudront lâcher ni Gaza, ni Charm-el-Cheikh, ni les étendues du Sinaï, ni les rives du Jourdain, ni les hauteurs du Golan. Or les Arabes ne peuvent accepter ces conquêtes. Il y a donc un armistice, mais pas la paix.

Le spectacle des réfugiés arabes mourant de soif et sans recours est tragique. Il y a un vrai ghetto arabe à Gaza. Les conséquences morales et politiques du drame pèseront lourd.

Quant à la suite, nous n'avons aucune raison de prendre parti, quels que soient les sentiments. On ne recouvrera pas la paix avant très longtemps, car ce n'est pas avant très longtemps que les États en cause se rapprocheront. Les Israéliens n'ont rien à nous demander et nous n'avons rien à leur donner. Nous nous efforcerons en revanche, dans la mesure convenable, de secourir les Arabes moralement et de garder leur confiance péniblement recouvrée.

Alors, il y a l'opinion française ! Elle ne nous encourage pas ! Ce n'est pas nouveau. Quand une question de politique internationale grave est en cause, jamais les Français n'ont vu juste pour commencer. Mais on ne fait pas une politique en suivant l'opinion publique. L'opinion finit toujours par se rallier à une politique, à condition qu'elle soit bonne. »

Alain Peyrefitte, C'était de Gaulle, tome III. 27 juin 1967.


Veste d'officier d'un des deux bataillons ukrainiens qui défendaient le secteur de Gold beach contre le débarquement allié le 6 juin 1944

 


Les troupes supplétives de l'Allemagne qui occupaient la Bretagne et la Normandie étaient souvent composées d'Ukrainiens et de géorgiens qui n'ont pas laissé un très bon souvenir dans ces régions.

Quant aux ukrainiens qui combattaient dans l'armée rouge sur le front de l'est, et qu'on nous ressort aujourd'hui pour justifier la présence de Zelensky aux commémorations du "D-day", ils étaient massivement originaires des régions du Donbass et de Novorossyia aujourdhui considérées comme "pro-russes" dans les médias.

80ans du Débarquement - Avec Zelensky, Macron insulte l’Histoire et la France

Vladimir Poutine : « Quelqu'un a imaginé que la Russie voulait attaquer l'OTAN. Êtes-vous devenus complètement fous ? Qui a inventé cette absurdité, cette connerie ? »

«Etes-vous devenus complètement fous?» : à l’aube d’une escalade majeure du conflit, Poutine fait passer des messages aux Occidentaux

En marge du forum de Saint-Petersbourg, le président russe a organisé une discussion avec les agences de presse internationales, espérant faire entendre la position de Moscou au delà de l'épais brouillard de propagande. Les points clés:

• Sur les discours alarmistes des Occidentaux quant à un attaque russe contre l’OTAN:

«Qui a inventé cette connerie ? Ce serait absurde s'il n'y avait pas derrière l'idée de tromper leur propre population.»

«A quoi cela sert-il vraiment ? A maintenir leur propre position impériale.»

• Sur les causes du conflit:

«Personne en Occident ne veut se rappeler comment cette tragédie a commencé. Cela a commencé par un coup d’Etat en Ukraine.»

«Pourquoi [la France et l'Allemagne] ont-ils négligé leurs obligations de garants des accords entre l’opposition et le gouvernement en vigueur à l’époque?»

«Ils sont donc responsables de ce qui s'est passé. A égalité avec les forces américaines qui ont provoqué la prise du pouvoir par des moyens anticonstitutionnels.»

• Sur les intentions de Washington:

«Personne aux Etats-Unis ne s'intéresse à l'Ukraine, ils s'intéressent à la grandeur des Etats-Unis, qui ne se battent pas pour l'Ukraine ni pour le peuple ukrainien, mais pour sa grandeur et son leadership dans le monde.»

• Sur les frappes en territoire russe avec des armes occidentales:

«Alors pourquoi n'avons-nous pas le droit fournir nos armes de la même classe aux régions du monde où des frappes seront menées sur des cibles sensibles?»

• Sur l'utilisation de l'arme nucléaire:

«Si les actions de quelqu'un menacent notre souveraineté et notre intégrité territoriale, nous considérons qu'il est possible d'utiliser tous les moyens à notre disposition.»

«Vous ne pouvez pas prendre cela à la légère.» 

Vladimir Poutine sur la participation de l'Ukraine à l'anniversaire du Débarquement en Normandie : on ne peut pas célébrer un rendez-vous aussi sérieux avec ceux qui mettent les néo-nazis sur un piédestal

jeudi 6 juin 2024

DONALD TRUMP PEUT-IL ÊTRE CONDAMNÉ À UNE PEINE DE PRISON ?

 


Rappelons qu’il y a quelques jours, la Cour de New York a reconnu l’ancien président coupable d’enregistrement comptables prétendument frauduleux après que son avocat ait versé en 2017 une somme d’argent à une ancienne actrice X qui le faisait chanter.

Une peine de prison a même été évoquée par certains commentateurs très enthousiastes. Mais est-ce sérieusement envisageable ?  Non, pour les raisons qui suivent.

1. D. Trump a fait appel et cela lui sera certainement favorable. Sa condamnation a toutes les chances d’être annulée pour des questions de droit sur lesquelles je reviendrai dans un prochain post. En bref, ce procès en premier ressort est une succession de fautes commises par le Juge Merchan et par le procureur Bragg qui ont largement prouvé leur fanatisme.

2. L’ancien président des Etats-Unis bénéficie d’une protection à vie assurée par les Services secrets. Le juge pourrait-il l’obliger à y renoncer ? Non, parce qu’il n’a pas le pouvoir de le faire. Par conséquent, en envoyant Trump en prison, il condamne également les agents du Secret service à séjourner dans un établissement pénitentiaire. Cela créerait une crise constitutionnelle que la Cour suprême devrait immédiatement régler.

3. Donald Trump aura 78 ans dans 8 jours. Les Etats-Unis ont toujours préféré aménager les peines pour les personnes âgées en préférant l’assignation à résidence à l’incarcération. Qui plus est, lorsque le prévenu dispose d'un casier judiciaire vierge.

4. Enfin, candidat aux prochaines présidentielles, il bénéficie d’un soutien très important de la population américaine. Son taux d’approbation réel a franchi la barre des 50%. L’envoyer derrière les barreaux risquerait d’engendrer un chaos sans précédent avec des conséquences qu’il est très difficile d’anticiper, notamment dans un pays où la population est lourdement armée.

Pour ces quatre bonnes raisons, ses opposants politiques n’auront probablement jamais le plaisir de voir le 45ème président enfiler une combinaison orange.

Marc Amblard – 06.06.2024

vendredi 31 mai 2024

POUTINE : « La poursuite de l'escalade peut entrainer de graves retombées »

Condamnation de Trump : Les Démocrates transforment définitivement les USA en république bananière


Petite mise au point de notre ami  Marc Amblard, avocat aus Etats-Unis sur le verdict :

1. De quoi Trump a-t-il été reconnu coupable ?

Falsification de dossiers commerciaux dans le cadre d’une transaction visant à calmer les ardeurs d’une ancienne actrice X qui le faisait chanter.

2. Quand la condamnation sera-t-elle annoncée ?

En juillet prochain.

3. Pourra-t-il faire appel ?

OUI. Il aura 30 jours à compter du verdict de New York pour déposer un avis d'appel et 6 mois pour constituer le dossier d’appel complet. 

4. Une condamnation pourrait-elle l’empêcher de se présenter à la présidence ?

NON. La Constitution dispose qu'un candidat doit être âgé d'au moins 35 ans, être un citoyen américain de naissance et résider dans le pays depuis au moins 14 ans. Il n’y a rien de noté sur les accusations criminelles. 

5. Pourrait-il s’amnistier s’il était élu en janvier prochain ?

Non. Parce qu’il s’agit d’une condamnation d’État. Les présidents n'ont compétence que sur les condamnations fédérales.

6. D’un point de vue purement légal, Trump pourrait-il exercer la fonction de président s’il purgeait une peine de prison ?

OUI. Il pourrait toujours légalement exercer les fonctions de président derrière les barreaux. Cependant, le 25e amendement à la Constitution stipule que le vice-président peut assumer temporairement ses responsabilités lorsque le président est dans l’incapacité de le faire. 

7. Si les procès engagés contre Trump ne peuvent pas l’empêcher d’être candidat, pourquoi les démocrates sont si véhéments ?

Parce qu’ils veulent qu’il se présente avec l'étiquette d'un condamné plutôt que celle d'un ancien président. Je ne dis pas qu'il s'agit forcément d'une stratégie gagnante, je dis simplement que c'est le but que recherchent ses opposants politiques. On ne connait pas encore le réel impact sur les électeurs américains. Il faudra attendre la semaine prochaine, le temps qu'ils digèrent l'information.

Marc Amblard - 31.05.2024

- L'avis de Tulsi Gabbard, ex-militaire, ancienne membre du Congrès et ancienne candidate à la présidentielle US :

(utiliser la traduction automatique des sous-titres disponible en bas à droite de la vidéo)

- L'avis de Nigel Farage :

(utiliser la traduction automatique des sous-titres disponible en bas à droite de la vidéo)

Caroline Galactéros : pourquoi l'OTAN joue-t-elle à la roulette russe ?

mercredi 29 mai 2024

USA : L'EHPAD D'Hollywood vole au secours de papy Joe !

 


Hier, 28 mai, Robert De Niro, affublé d'un masque, s'est rendu avec l'équipe de Joe Biden, devant le palais de justice de New York pour bafouiller péniblement un discours pathétique et larmoyant sur Trump alors jugé dans des conditions notoirement politiques.

On se sent gêné pour celui qui fut naguère un grand acteur et se retrouve, grabataire, à faire la retape pour un autre grabataire au service de la clique néocon du marécage washingtonien.


Procès de Donald Trump : "C'est une farce politique !" - Nicolas Conquer

Vers une catastrophe climatique ? François Gervais

jeudi 16 mai 2024

«Enorme hypocrisie»: la Hongrie remet les Occidentaux et leurs leçons de morale sur la Russie à leur place


«Qui a été le premier fournisseur d'uranium des Etats-Unis l'année dernière ? La Russie», rappelle Peter Szijjarto lors d'un débat avec le think tank britannique Chatham House.

«Et ils font pression sur nous pour que nous n'achetions pas de combustible à la Russie.»

Rappelant au passage que fermer les centrales reviendrait à se priver du tiers de la production d’électricité, le chef de la diplomatie hongroise sourit des critiques faîtes à l'égard de son pays pour avoir confié à Rosatom la construction d'une centrale nucléaire: 

«Si je vous emmène sur le site demain, vous verrez des sous-traitants américains, allemands et français... payés par les Russes pour y travailler.»

Et de conclure en beauté sur le pétrole russe, dont les Européens se vantent bruyamment de s’être passés… alors qu’ils l’achètent simplement via l’Inde. Plus cher.

«Je comprends que la politique est une question de perceptions, d'idéologies. Mais si l'on examine les faits, on découvre quelques surprises.»

mercredi 15 mai 2024

L'Europe : dindon de la farce énergétique entre les USA et la Russie

Scott Ritter explique le changement à la tête du ministère de la défense russe



 Scott Ritter fut inspecteur en désarmement des Nations Unies en Irak de 1991 à 1998. Il déclara dès mars 2003, que l'Irak ne possédait plus d'armes de destruction massive.

MÊME CNN ADMET QUE LA CAMPAGNE DE JOE BIDEN EST UN DÉSASTRE


 En effet, les derniers sondages placent très largement D. Trump en tête dans les 6 états-clés (Georgie, Michigan, Wisconsin, Pennsylvanie, Arizona, Nevada). 

Les démocrates (et tout le système politico-institutionnel qui va avec) n'ayant absolument pas l'intention de laisser l'ancien président revenir à la Maison blanche, il n'auront d'autre choix que de se trouver un autre candidat plus présentable.

Les jours du vieux Joe sont comptés...

Marc Amblard

Quand les Etats-Unis bombardaient la Serbie : histoire d'une manipulation...

lundi 13 mai 2024

USA - ÇA S'EST PASSÉ HIER À WILDWOOD DANS LE NEW JERSEY ET ÇA NE PLAÎT PAS À TOUT LE MONDE !

 Dans le cadre d'un procès (très politique) qui se déroule à New York, l'ancien président Donald Trump, à l'obligation d'assister aux audiences quotidiennes, l'empêchant ainsi de faire campagne dans les autres états.

Qu'à cela ne tienne, il a décidé de tenir un meeting hier, dimanche 12 mai 2024 dans la région, historiquement acquise à la cause des démocrates. Ce n'était donc pas gagné et le pari était risqué.

Le résultat fut au-delà de toute espérance pour l'ennemi juré de l'actuelle administration : 100.000 personnes se sont déplacées pour assister à l'allocution de Donald Trump, faisant ainsi littéralement exploser les records d'audience. Du jamais vu. 

Clou du spectacle, la légende du football américain, Lawrence Taylor, a rejoint Trump sur scène pour le soutenir publiquement. Il a alors juré que toute sa famille ne votera plus jamais démocrate.

Un cataclysme que bizarrement les médias mainstream se garderont bien de relayer...

Marc Amblard - 13.05.2024

samedi 11 mai 2024

Maria Zakharova donne une leçon d'histoire à Emmanuel Macron

Nous avons commenté à plusieurs reprises la rhétorique irresponsable et provocatrice du dirigeant français . Il est caractéristique que Macron lui-même explique cette rhétorique par le désir de créer une sorte d’« incertitude stratégique » pour la Russie. Nous sommes obligés de le décevoir. Pour nous, la situation semble plus que certaine. Si les Français apparaissent dans la zone de conflit, ils deviendront inévitablement des cibles pour les forces armées russes.
(trad. TARKOV)

mardi 30 avril 2024

Ukraine : les Américains relancent le conflit ! - Eric Denécé

Pascal Boniface: « J’ai passé la semaine dernière à New-York, avec des proches de Biden: aucun ne croit en une victoire de l’Ukraine »

dimanche 21 avril 2024

Russie: «Les relations avec la France n'ont jamais été aussi mauvaises» - Alexandre Orlov

Les tensions grandissent entre Paris et Moscou. Le dernier épisode s'est joué il y a quelques jours, après un échange entre les ministres français et russes de la Défense, au sujet de l'attentat meurtrier dans une salle de concert de Moscou, et ce communiqué russe disant espérer que les services français n'étaient pas impliqués. Dans la foulée, le chef de la diplomatie française, Stéphane Séjourné, a déclaré que la France n'avait plus d'intérêt à discuter avec les responsables russes. Entretien avec Alexandre Orlov, ambassadeur de Russie en France de 2008 à 2017.

mardi 9 avril 2024

Emmanuel Todd invité de la NAR pour son livre " La défaite de l'Occident"

Invité régulier des Mercredis de la NAR, Emmanuel Todd prolonge de livre en livre ses analyses et ses prévisions, qu’il fonde sur une vaste anthropologie des structures familiales, sur les évolutions démographiques et sur l’histoire des religions.

La défaite de l’Occident (titre de son dernier ouvrage, chez Gallimard), part d’une analyse originale du conflit russo-ukrainien que l’auteur inscrit dans la perspective historique d’un “nihilisme occidental” qui caractériserait les Etats-Unis, profondément affectés par la disparition du protestantisme et l’Europe occidentale marquée elle aussi par l’effondrement des traditions religieuses anglicane et catholique. Ce n’est pas la fin de l'Histoire mais l’amorce d’un vaste et violent remaniement des rapports entre les puissances.

Hogard : "Macron trahit l'armée dont il est le chef"

Le colonel Hogard, qui a participé à l'opération Turquoise, au Rwanda en 1994, s'insurge contre les propos du chef des armées Emmanuel Macron, qui incrimine son propre pays dans un génocide organisé par les Anglo-Sacons pour étendre leur sphère de domination.

Réponse du général Lafourcade, ancien commandant de l'opération Turquoise au Rwanda, aux propos du président Macron : LIEN

Emmanuel Macron rappelé à l'ordre par Anthony Blinken ? - Eric Denécé