jeudi 23 mai 2019

La liste des journalistes convoqués par la DGSI s'allonge


Une journaliste de "Quotidien" a révélé mercredi avoir été convoquée en février par les policiers de la Sécurité intérieure pour une enquête sur les ventes d'armes françaises à l'Arabie saoudite, après l'annonce des convocations prochaines d'un collaborateur du site Disclose sur ce même dossier et d'une grand reporter du Monde sur l'affaire Benalla, qui suscitent de nombreuses réactions d'indignation.

Le président du directoire du «Monde» convoqué par la DGSI comme Ariane Chemin

Liberté de la presse.

Le président du directoire du journal le Monde, Louis Dreyfus, a également été convoqué le 29 mai par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), dans les mêmes circonstances qu'Ariane Chemin grand reporter au quotidien, a annoncé jeudi l'intéressé à l'AFP. Le journal avait révélé mercredi qu'Ariane Chemin était convoquée pour des articles sur les affaires d'Alexandre Benalla, et notamment «sur le profil d'un sous-officier de l'armée de l'air, Chokri Wakrim, compagnon de l'ex-cheffe de la sécurité de Matignon, Marie-Élodie Poitout».

Tout comme Ariane Chemin, Louis Dreyfus a été convoqué en vue d'une audition libre dans les locaux de la DGSI, et ce dans le cadre d'une enquête ouverte pour «révélation de l'identité d'un membre des unités des forces spéciales». Selon des sources concordantes, cette enquête fait suite à une plainte déposée mi-avril par Chokri Wakrim. La convocation de la journaliste à la DGSI, qui fait suite à celle de plusieurs autres journalistes du site Disclose, de Radio France et de l'émission Quotidien de TMC, ayant enquêté sur l'utilisation d'armes françaises au Yémen, a soulevé une vague de protestations de journalistes et de personnalités politiques, qui y voient une atteinte à la liberté de la presse et au droit d'informer.

Brexit contre Eurocrature...

Elections européennes : la France en soins palliatifs



La vraie actu (S02E15) Michel Drac

Angèle Lieby : "Une larme m'a sauvée"



En 2009, Angèle Lieby est hospitalisée pour une migraine persistante. Plongée dans un coma artificiel, elle se réveille consciente mais incapable de bouger. Quatre jours après un médecin lâche : « il faut songer à débrancher ». Elle entend qu'il conseille à son mari de « préparer » les obsèques. Sur le point d'être euthanasiée elle est sauvée par une larme qui alerte sa fille.

mercredi 22 mai 2019

Brexit : Vers un nouvel échec de Theresa May ?



Entretien du 22/5/2019 avec Philippe Murer, économiste. Invité de L’info avec Stéphanie De Muru, il s’exprime au sujet de la proposition de «nouvel accord sur le Brexit» de Theresa May faite aux députés britanniques.

UE : VOYAGE AU CŒUR DE LA MACHINE


Les 24 et 25 avril derniers, le Fil d'Actu était invité  à la Commission européenne pour un "voyage d'étude pour influenceurs", destiné à "défaire nos idées reçues sur l'UE". Nous  y avons vu des choses effrayantes. Et comme on avait nos caméras, aujourd'hui, on vous montre tout. Bienvenue au cœur de la machine...

Trump a rendu l'Amérique moins raciste

Donald Trump monte à bord de l'Air Force One
 à l'aéroport international Louis Armstrong de la Nouvelle-Orléans

Les préjugés anti-noirs et anti-hispaniques ont diminué depuis 2016, révèle une nouvelle étude

L'élection de Donald Trump a, bien sûr, déchaîné le raciste latent qui se cache parmi des millions d'Américains. Nous le savons parce que l'opinion éclairée ne cesse de nous le dire. 
Le New Yorker, par exemple, a publié un article en novembre 2016 déclarant que la haine était à la hausse depuis l'élection de Trump et citant une liste d'incidents rassemblés par le Southern Poverty Law Center, notamment l'expérience d'une jeune fille vivant dans le Colorado à qui un homme blanc aurait dit: 'Maintenant que Trump est président, je vais vous abattre avec tous les Noirs que je peux trouver'. 
Le magazine TIME a également publié un article le même mois annonçant que «les incidents racistes ont augmenté depuis l'élection de Donald Trump». En mars 2017, The Nation affirmait "L'ascension de Donald Trump a coïncidé avec une explosion des groupes haineux", affirmant que 100 organisations racistes avaient été fondées depuis le début de sa campagne présidentielle.

Et ainsi de suite. 
Tout comme le vote britannique pour le Brexit, le langage strident de Trump et sa focalisation sur des questions telles que la migration sont supposés promouvoir un discours politique grossier - légitimant les opinions racistes et xénophobes chez des personnes qui auraient autrement été amenées à garder le silence. Grâce à ce récit, même les discours, les affiches et les campagnes des politiciens un tout petit peu immodérés apparaissent comme sinistres du point de vue de l'opinion publique. Un discours sur les migrations, selon cette théorie, peut très bien provoquer une discussion de comptoir et se terminer par des coups de pieds dans la tête d'un homme musulman ou d'un Noir.

Cela semble vaguement plausible, mais est-ce vrai? 
Pas selon un nouvel article de deux sociologues de l’Université de Pennsylvanie. Daniel J. Hopkins et Samantha Washington ont entrepris de mesurer l'effet de l'élection de Trump sur les préjugés anti-noirs et anti-hispaniques, en utilisant un panel de 2 500 Américains choisis au hasard et dont les changements d'opinions ont été étudiées depuis 2008. 
Les universitaires s'attendaient à mesurer la hausse des opinions racistes et écrivaient: "La normalisation des préjugés ou du leadership d'opinion nous amènent tous deux à penser que l'expression des préjugés a peut-être augmenté au cours de cette période, en particulier parmi les républicains ou les partisans de Trump". Ils avaient été amenés à s'y attendre, disent-ils, à travers une lecture approfondie de la littérature récente en sciences sociales qui, disent-ils, soutient la notion selon laquelle les attitudes racistes sont latentes chez de nombreuses personnes et attendent d’être déclenchées par certains événements, dont l’élection de Donald Trump. Après tout, il ne pourrait guère y avoir de discours plus apte à réveiller un raciste naissant que le président qualifiant les Mexicains de violeurs.

Pourtant, l'étude a révélé exactement le contraire. Les Américains, affirment Hopkins et Washington, sont en fait devenus moins enclins à exprimer des opinions racistes depuis l’élection de Donald Trump. Les préjugés anti-noirs, ont-ils constaté, ont décliné de manière statistiquement insignifiante entre 2012 et 2016, lorsque Trump a été élu. Mais ensuite, après 2016, ils ont connus une forte plongée statistiquement significative. De plus, contrairement à leurs attentes, la chute était aussi nette chez les électeurs républicains que chez les démocrates. Il y avait aussi une baisse générale des préjugés anti-hispaniques, bien que cela soit plus évident chez les électeurs démocrates.

C'est une histoire similaire à celle de la Grande-Bretagne, où la tentative d'établir un lien entre le Brexit et la xénophobie croissante a été quelque peu démentie. Le meurtre d'un Polonais dans la ville de Harlow en août 2016 était largement attribué au Brexit - mais a finalement été déclaré par la police comme n'étant pas du tout un crime motivé par la haine. De même, une fenêtre brisée dans un restaurant espagnol du sud de Londres le soir du vote au Brexit était initialement largement considérée comme une expression d'euphorie de la part des xénophobes - mais s'est révélée plus tard être une tentative de cambriolage.

Trump a-t-il donc été une bonne chose pour les relations interraciales aux États-Unis, et si oui, pourquoi? 
L’étude de l’Université de Pennsylvanie est un peu timide sur ce point, mais avance la théorie selon laquelle les déclarations de Trump sur les migrants, les Mexicains, etc., sont si répréhensibles qu’elles les ont incitées à réfléchir à leurs propres attitudes. Il est possible, écrivent-ils que «la rhétorique de Trump clarifiait les normes antiracistes…. Étant donné que les baisses de préjugés apparaissent concentrées dans la période qui a suivi l'élection de Trump, il semble tout à fait plausible qu'il ne s'agisse pas uniquement de la rhétorique de Trump, mais de son accession à la présidence qui a poussé l'opinion publique dans la direction opposée ».

Peut-être. On pourrait ajouter que l'élection de Barack Obama a également surpris l'opinion libérale. On se souviendra que cet événement était censé être la percée qui a conduit à une Amérique plus gentille et plus douce. Au lieu de cela, il a semblé être suivi par une période plus agitée dans les relations interraciales, qui a abouti à des émeutes raciales à Ferguson, au Missouri, en 2014. Peut-être que les sciences sociales l'ont mal compris: c'était la vision d'un homme métis à la Maison Blanche qui a fait ressortir le sentiment raciste chez les Américains qui sont enclins à ressentir ces sentiments, tandis que la vue rassurante d'un homme blanc dans le bureau ovale les a calmés.

Ross Clark (trad. B.R.)

mardi 14 mai 2019

« Super Jam Bros » : le jeu vidéo où Nathalie Loiseau affronte Jean-Luc Mélenchon et... Donald Trump.


Les Jeunes avec Macron (JAM) ont lancé un jeu vidéo intitulé Super Jam Bros, inspiré de Mario Bros, dont la tête de liste LREM aux élections européennes est l’héroïne. Le leader de la France insoumise est l’un des personnages, avec Marine Le Pen et Donald Trump (on se demande ce qu'il fait la), représentés sous forme de gros insecte que la candidate affronte à chaque fin de niveau. Il est surnommé Melanrus (Mais rien à voir avec une allusion à la Russie, c'est un hasard complet, puisqu'on vous le dit).
PS : On me glisse à l'oreille que le jeu a été conçu en ALLEMAGNE (ça ne s'invente pas)

Selon le site Strategika51, l'opération militaire au Burkina Faso était américano-française et visait à libérer des agents US.


L’opération militaire américano-française du 10 mai 2019 au nord du Bukina Faso ne visait pas à libérer les deux otages français kidnappés neuf jours auparavant au Bénin mais à récupérer deux agents de la CIA ayant un statut prioritaire. L’opération aurait très mal tournée. Paris a reconnu la mort de deux Commando marine et quatre présumés ravisseurs. Selon des informations émanant de professionnels, il s’agit d’un bilan très partiel, établi selon les règles de diffusion de l’information militaire relatives aux pertes au combat adoptés par les unités militaires US en Irak entre 2004 et 2009.

2. Le groupe armé qui a été visé est totalement inconnu et fait plus étrange, aucun groupe terroriste activant au Sahel n’a commenté ou revendiqué le rapt de quatre ressortissants étrangers ou l’opération militaire du 10 mai.

3. Le jour même de l’opération, les individus armés ont pu s’extraire du lieu de l’attaque en tuant une douzaine de militaires d’un pays africain qui assuraient le bouclage de la zone.

4. Le ministère français de la défense a annoncé la mort de quatre présumés ravisseurs mais selon des sources locales il s’agit de civils vivant à proximité de l’objectif. Aucun chef opérationnel ou membre du groupe armé n’ont été capturés ou neutralisés.

5. Les commandos marine francais ont essuyé dés le début de l’opération des tirs nourris de Kalashnikov RPK dévastateurs. Il a fallu l’intervention d’hélicoptères d’attaque Tigre et des hélicoptères de combat relevant d’une unité d’élite héliportée américaine pour les désengager. Du matériel et des armes ont du être abandonnés sur les lieux.

5. Nos sources tiennent à souligner que cette opération est l’un des premiers engagements massifs des forces conjointes américano-françaises au Burkina Faso.

Source : Strategika51.org

dimanche 12 mai 2019

Union Européenne, pour ou contre ?


Coralie Delaume
Thinkerview

Deux soldats morts en sauvant des touristes au Sahel


Aldo, le bon sens près de chez vous...

Nigel Farage, un homme intelligent



Ce qui frappe lorsqu’on examine la biographie de Nigel Farage, c’est qu’il est tout sauf le petit trublion de la politique anglaise que certains tentent de faire de lui : courtier, puis banquier d’affaires, il a une longue expérience de l’entreprise privée, et au niveau bancaire et financier qui plus est, en plus de son parcours politique.

Ce qui frappe aussi, c’est sa solidité politique : cofondateur de l’UKIP (le Parti pour l’Indépendance du Royaume-Uni) en 1993, il a été constamment réélu au parlement européen, en 1999, 2004, 2009 et 2014. Elu à la tête de l’UKIP en 2006 avec 44 % des voix, il promet d’en faire un véritable parti d’opposition. S’il en quitte la présidence en 2009, il la retrouve en 2010, où il est réélu avec 60,5 % des voix. Aux élections européennes de 2014, il réussit l’exploit de ravir aux autres partis britanniques la première place au parlement européen, avec 24 des 67 sièges nationaux. Bien que n’ayant jamais réussi (après six tentatives) à se faire élire comme député au parlement britannique, il a cependant gagné suffisamment d’influence pour obtenir l’organisation du référendum que l’on connaît, et qui a confirmé ses volontés.

La troisième chose qui frappe, c’est son habileté, son talent et sa méthode : chaque fois qu’il se met en retrait (de la présidence de son parti en 2009, puis en 2016), c’est pour laisser les autres faire le « sale boulot », et pour revenir ensuite plus fort.

Marginalisé (relativement) sur la scène britannique, il réussit à chaque fois, grâce à son influence, gagnée sur la scène européenne par son rôle de véritable opposant, à jouer le « coup politique » qui lui permet de revenir en force. Il le montre encore aujourd’hui où, après avoir quitté, cette fois définitivement, l’UKIP en décembre 2018, il crée à nouveau la surprise avec son nouveau parti, le Brexit Party, où il est, une nouvelle fois, en tête des sondages pour les prochaines élections. Une manœuvre certainement préparée de longue main, et exécutée magistralement, au meilleur moment.

Il profite ainsi des déboires de Theresa May, mais aussi du spectacle désastreux que donne la classe politique anglaise dans son ensemble, dont on se demande si elle cherche le bien du peuple britannique (auquel cas elle aurait dû, tous partis confondus, s’atteler à trouver avec Bruxelles un accord convenable), ou bien les chicailleries internes pour mieux discréditer la Première et prendre sa place. On se demande même si « l’agonie politique » qu’est cette négociation interminable n’a pas pour but caché de dégoûter l’opinion britannique, et de la faire changer d’avis, pour ouvrir la voie à un deuxième référendum pouvant annuler le premier. Tout cela, Nigel Farage l’a senti. Dans le vide et la cacophonie politique installés, il mène tout à coup un « blitzkrieg » qui promet d’être réussi.

Vainqueur attendu, il sera ainsi en position de force pour dicter ses conditions pour une sortie définitive. Il ne fait en effet aucun doute que des issues pourront être trouvées, avant ou après la sortie, tant la différence entre « Brexit dur » et « Brexit doux » est factice. En effet, s’il est certain que pour les autorités de Bruxelles, c’est une question de principe, et aussi d’image, de montrer que les Anglais ne peuvent pas « sortir comme ça », et qu’ils doivent « souffrir » pour avoir ce qu’ils veulent, il est tout aussi certain que personne ne voudra, lorsqu’ils seront dehors, les pousser dans la tombe… Tout le monde a intérêt à avoir à sa porte un Royaume-Uni prospère ! Les solutions de compromis refusées de prime abord apparaîtront alors, comme par miracle…

A ce moment-là, Nigel Farage aura obtenu ce qu’il souhaite : sa reconnaissance auprès de l’opinion pour obtenir son entrée triomphale au parlement britannique, et plus encore si affinités.

En d’autres termes, Nigel Farage, par-delà ses apparents « changements de pied », n’a cessé de montrer la cohérence, la justesse et la réussite de sa stratégie, et son grand talent manœuvrier. Il a ainsi fait, et il fera, ce que ni Marine Le Pen, ni son père avant elle, n’ont su faire jusqu’ici. Sans aucun doute, un grand destin l’attend.

BV

vendredi 10 mai 2019

Guy Mettan, journaliste suisse :"On n'arrête pas de montrer du doigt la Russie pour mieux cacher ce qui se passe chez nous"


Entretien du 10/5/2019 avec Guy Mettan, journaliste, directeur exécutif du club Suisse de la presse. Il donne son sentiment sur la tribune des 300 journalistes dénonçant les violences policières, et en profite pour faire état de ses préoccupations sur le manque de diversité de l'écosystème

"Saluer les arbres, les barrières et les lampadaires, quand t'es dans le dééééésert"


"Va falloir que j'vous parle du thermonucléaire!"
Twitter : @Giletsjaunesfr

jeudi 9 mai 2019

Conflit d'intêret VS Progrès & Schiappa VS Malaise ! (VIVE LA FRANCE ! #...

LE 1ER MAI – Les Reportages de Vincent Lapierre

Popularité : Trump bat son record, il fait mieux qu'Obama à la même période

La Bajon - Spationaute

[Fake News de Castaner] David Dufresne aux journalistes : "C'est gentil les excuses, mais ce n'est pas professionnel !"


Le lanceur d'alerte David Dufresne, invité à débattre avec un philosophe et des éditorialistes de cour à propos de l'énorme mensonge d'état du ministre de l’intérieur sur la  fausse attaque de l'Hopital Pitié-Salpêtrière.
On notera la tendance systématique du philosophe Frédéric Worms à finir ses tentatives de minimisation des faits par la phrase :"C'est pas pour minimiser". Une forme d'aveu évidente.

Attention, certains passages de cette émission sont éprouvants à écouter.

"On m'a demandé de repérer les gilets jaunes et de les rentrer dans ce fichier" - Dr Kerziek


Le docteur Kerziek était l'invité de Sud Radio pour évoquer la polémique du fichage des gilets jaunes dans les hôpitaux.

Voir aussi :

[En Marche vers la dictature ?] Fichage des gilets jaunes hospitalisés : LIEN

La France devient-elle un état policier ? : LIEN

Intrusion 1er Mai : «Heureusement que le portail s'est ouvert sinon il y aurait eu des morts comprimés» : LIEN

Les millennials et le culte de la victimisation par Bret Easton Ellis


L'écrivain Bret Easton Ellis (American Psycho) donne sa réponse à la grande question de notre époque : Pourquoi Marlène Schiappa ?

D. Lormier : "Des Vérités cachées de la Seconde Guerre Mondiale "

mercredi 8 mai 2019

J'SUIS PAS CONTENT ! #226 : Salpétrière VS Castaner, Marche pour l'Europe & Chasse au gaspi !

Le témoignage de Victor Lenta, ancien militaire et membre du 'Service de Protection des Gilets Jaunes'


Victor Alfonso Lenta, ancien du RPIMA, qui a sauvé des vies françaises au Tchad et combattu les nazis ukrainiens dans le Donbass, a été diffamé par le journaliste de cour Frédéric Haziza et sa vie menacée par les antifas, alors qu'il assurait avec quelques camarades la sécurité dans les cortèges des Gilets Jaunes à Paris.
Il témoigne de ce qu'il a vécu au sein du mouvement pour "Nous Voulons Vivre"

1er Mai 2019 : Journée sous haute tension


Paris, une "fête du travail" en France sous le régime de Macron...

Florian Philippot vs. Pierre Larrouturou - Europe-moi si tu peux



Sud radio

J'SUIS PAS CONTENT ! #225 : Diplomates arrêtés, Julien Dray amusé, Notre-Dame fantasmée !

mardi 7 mai 2019

François Boulo Etienne Chouard - Jusqu'où iront les Gilets jaunes ?


L'association Critique de la Raison européenne, rassemblement de souverainistes de Sciences Po, recevait Etienne Chouard et François Boulo pour un entretien sur le mouvement des Gilets jaunes et l'avenir de la mobilisation.

D'où vient le mouvement ? Quelles sont ses racines profondes ? Comment la critique de l'Union européenne s'y est-elle imposée ? Comment le besoin de démocratie et le RIC ont-ils émergé ? Où le mouvement va-t-il ?

La répression sévit et le Blogue a besoin de votre soutien !

Le Connétable était sur les Champs Elysées le 16 Mars 2019 

Chers amis lecteurs, vous êtes de plus en plus nombreux, et je tiens tout d'abord à vous en remercier chaleureusement.
En effet, c'est grâce à vos "likes" et vos partages sur les réseaux sociaux que nous pouvons battre régulièrement nos records d'affluence et toucher un public toujours plus large. Ceci est essentiel pour faire vivre ce média indépendant, libre et gratuit.

Mon objectif a toujours été, depuis plus de 10 ans, de faire entendre un autre son de cloche que les mensonges et "fake news" distillés quotidiennement par les médias du Système contrôlés par l'Etat et l'oligarchie financière.

Mais malheureusement, les choses ne sont pas si simple. Le Système se défend bien même s'il gouverne mal et pour cela, il cherche à nous priver de ressources. Ma chaîne Youtube a d'abord été interdite de monétisation, tout comme ma page officielle Facebook, mais surtout j"ai perdu mon travail en parallèle de vente en ligne qui me permettait de vivre et de faire vivre le Blogue Noir De Brocéliande.
Je soupçonne sans en avoir la preuve que ma perte d'emploi est liée à mon activité de blogueur.
Du coup, il ne me reste plus que les (maigres) revenus publicitaires de la plateforme Blogger qui m'héberge, nettement insuffisants pour survivre.

Je refuse d'ouvrir un compte "Tipeee" comme certains d'entre vous me l'ont conseillé, car je ne veux pas enrichir encore plus le millionnaire des médias poubelles Laurent Ruquier et les autres actionnaires de cette plateforme de "crowdfunding" (quel mot hideux!). Ce serait contraire à mes principes de ponctionner tous les mois mes fidèles lecteurs pour engraisser encore un peu plus ce Système médiatique que je combat avec acharnement depuis dix années.

C'est pourquoi je me permet de solliciter de votre part un petit soutien si vous le pouvez, via le compte Paypal sécurisé ci-dessous pour m'encourager et surtout m'aider à continuer tous les jours ma mission de ré-information.
Que tout ceux qui ne peuvent pas m'aider par un don sachent que ce n'est pas grave, le Blog restera toujours libre et gratuit pour tout le monde. Vous pouvez néanmoins m'apporter votre soutien en cliquant de temps en temps sur une publicité qui se trouve sous le premier article ou sur le coté droit de ce blog.

Merci d'avance pour votre fidélité et votre soutien.

Pour faire vivre la liberté d'informer dans ce pays de plus en plus dictatorial et liberticide.

On lâche rien !

/Bertrand






CŒUR DE BOXEUR : LA VÉRITÉ SUR CHRISTOPHE DETTINGER - AVEC ANTOINE PEILLON



EXIGEONS L'AMNISTIE DES GILETS JAUNES : SIGNEZ LA PÉTITION : LIEN

lundi 6 mai 2019

Pierre Jovanovic : la nouvelle revue de presse



Poleco n°214

Donbass 2019 : passeport pour la Russie ! [Xavier MOREAU]



- Procédure accélérée pour les Russes et les Malorusses du Donbass

- Vers une double-citoyenneté pour les Russes et les Ukrainiens ?

- Les Dontchanines sous la protection de la Russie

- Sauve-qui-peut des nazis ukrainiens

- Soutenez l'action humanitaire de "Ouest-Est" dans le Donbass : LIEN

Mireille Perrier : «Je salue leur courage tous les samedis»



Entretien du 6/5/2019 avec Mireille Perrier, comédienne et signataire de la tribune «Gilets jaunes : Nous ne sommes pas dupes !». Elle était invitée sur le plateau de RT France pour s'expliquer sur sa décision de signer cette tribune, aux côtés de 1 400 autres artistes français.

L’APPEL DES ARTISTES, CRÉATEURS ET CRÉATRICES : LIEN

PITIÉ-SALPÊTRIÈRE : DEUX JEUNES FILLES INTERPELLÉES TÉMOIGNENT



"Ils m'ont fait auditionner à 4 heures du matin. Ils m'ont dit que l'avocate était partie sans me voir, alors qu'elle avait demandé à me parler. On m'a traitée de sale conne, de bouffonne... Je pouvais pas boire. C'était humiliant, les conditions d'hygiène étaient déplorables."

Le Média

dimanche 5 mai 2019

Débat Étienne CHOUARD / Olivier DELAMARCHE : Ils ne sont pas d'accord ...



Étienne CHOUARD et Olivier DELAMARCHE se rencontrent pour par parler de la création monétaire, de la dette et de la souveraineté du peuple en économie.

Un premier débat passionnant avec des visions très différentes !

Grand Angle

samedi 4 mai 2019

Après un 1er mai tendu, les Gilets jaunes à nouveau dans la rue pour l’acte 25



François Boulo sur Castaner : "un tel mensonge d'Etat ne peut pas rester impuni"


Le gilet Jaune François Boulo revient sur le mensonge d'Etat gravissime de Christophe Castaner à propos de la fausse attaque de l'Hôpital Pitié-Salpêtrière et demande la démission du ministre de l'Intérieur totalement discrédité.

1er Mai: un policier introduit sa matraque dans le pantalon d'un manifestant (vidéo) : LIEN

Des policiers frappent et enferment des manifestants dans une cave à cigare le 1er Mai :


"Des CRS nous ont fait mettre à genoux, mains sur la tête, sinon on prenait des coups de matraque" :

vendredi 3 mai 2019

Intrusion 1er Mai : «Heureusement que le portail s'est ouvert sinon il y aurait eu des morts comprimés»



Entretien du 03/5/2019 avec Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l'hôtel-Dieu AP-HP. Sur le plateau de RT France, il réagit à l'intrusion, qualifiée d'«attaque» par Christophe Castaner, dans l'enceinte de l'hôpital la Pitié Salpêtrière à Paris, lors des manifestations du 1er Mai.

VOIR AUSSI :
Jacques Leuleu, 67 ans, retraité EDF : "Il était évident que nous n'étions pas venus pour attaquer [l'hôpital]" : LIEN

La vérité sur la fausse attaque de l'Hôpital par les manifestants du 1er Mai : LIEN

[En Marche vers la dictature ?] Fichage des gilets jaunes hospitalisés : LIEN

Jacques Leuleu, 67 ans, retraité EDF : "Il était évident que nous n'étions pas venus pour attaquer [l'hôpital]"


Là-bas si j'y suis : première réaction des gardés à vue de la #PitieSalpetrière . Jacques Leuleu, 67 ans, retraité d'EDF : "Il était évident que nous n'étions pas venus pour attaquer [l'hôpital]"
(coquille vidéo: "en GAV depuis mercredi*")

Intrusion à la Pitié-Salpêtrière : les manifestants voulaient "se protéger"

"Ils ne voulaient pas casser mais se protéger" dans l'hôpital qui est "un lieu sécurisé", indique Christophe Prudhomme, médecin urgentiste et délégué CGT.
(A ne pas rater pour la réaction de l'animatrice de RTL (on ne peut pas l'appeler journaliste) qui est tellement animée par sa haine des gilets jaunes qu'elle ne peut pas admettre qu'une autre version de l'histoire que celle de Castaner soit possible...)

jeudi 2 mai 2019

Live à l'extérieur de l'ambassade équatorienne à la suite de l'audience sur Julian Assange

LE SCANDALE ARJOWIGGINS – Les Reportages de Vincent Lapierre

La vérité sur la fausse attaque de l'Hôpital par les manifestants du 1er Mai


1er Mai 2019 : Pourchassés par une répression ultra-offensive et aveugle, pour se protéger des charges incessantes et des gaz lacrymogènes, des Gilets Jaunes se réfugient dans l'enceinte de l’Hôpital Pitié-Salpêtrière. Il s'en suivra une intervention brutale des CRS pour les déloger dans une panique indescriptible.
Les médias raconteront ensuite que des GJ factieux assoiffés de violence ont "attaqué" un service de réanimation alors qu'en réalité, ils cherchaient seulement à se réfugier dans les couloirs.




Un soignant de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière contredit les mensonges de Castaner

mercredi 1 mai 2019

Julian Assange condamné à 50 semaines de prison à Londres


Julian Assange, reconnu coupable d'avoir violé les conditions de sa liberté provisoire en se réfugiant à l'ambassade d'Equateur à Londres pendant sept ans, a été condamné par un tribunal britannique à 50 semaines de prison.

Ce 1er mai, un tribunal londonien qui se prononçait sur la peine du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, reconnu coupable de violation de ses conditions de liberté provisoire après s'être réfugié pendant sept ans dans l'ambassade d'Equateur à Londres, l'a condamné à 50 semaines de prison.
Julian Assange comparaîtra également le 2 mai lors d'une audience cette fois consacrée à la demande de Washington de l'extrader vers les Etats-Unis, où il est accusé de «piratage informatique». Mais, ce 1er mai, c'est sa soustraction à la justice qui intéresse le tribunal de Southwark, à Londres, où il est arrivé poing levé, barbe rasée, dans un fourgon de police sous les cris de «Honte au Royaume-Uni !» ou «Honte à L'Equateur qui a vendu Assange pour de l'argent !» lancés par ses soutiens. Un autre tenait une pancarte réclamant «Libérez Assange !»
Lire la suite : LIEN

1er Mai : Le peuple de France dans la rue pour le "Benalla Day"


Paris (RT France)


Paris (Global News)



Plus de 300 personnes mortes d'épuisement dans les bureaux de votes en Indonésie



Les élections indonésiennes se sont tenues le 17 avril dernier. 193 millions de personnes ont voté, le même jour, pour élire leur nouveau président mais aussi leurs représentants nationaux et régionaux. Au moins 300 personnes chargées du dépouillement sont mortes d’épuisement.

Samedi 27 avril Gilets Jaunes Dansants [ISADORA DUNCAN]

lundi 29 avril 2019

Canular à l'Elysée ? Entrevue avec les humoristes russes Vovan et Lexus



VOIR :
Macron piégé par un canular téléphonique de deux célèbres humoristes russes ! : LIEN

Notre-Dame : «Une hérésie de vouloir mettre une construction moderne sur cette cathédrale»



Entretien du 29/4/2019 avec Gérard Audinet, conservateur général du patrimoine. Il était invité à réagir à la tribune de plus de 1 000 professionnels du patrimoine demandant à Emmanuel Macron de ne pas précipiter la reconstruction de Notre-Dame.

La stratégie d'Emmanuel Macron aux européennes décryptée par Elodie Mielczareck



Elodie Mielczareck, sémiologue, et conseillère en communication analyse la stratégie d'Emmanuel Macron et de LREM pour les européennes. La rhétorique clivante et le débat sur les définitions du progressisme et du populisme seront au centre de cette campagne.

PS : Le Huffpost publie une analyse d'Elodie Mielczareck sous le titre "Emmanuel Macron est-il malade ?" Puis se ravise dans l'heure qui suit et le titre se transforme en "Emmanuel Macron, Narcisse du grand débat" (Le titre original est toujours visible dans l'URL) : LIEN

Qu’est-ce qui attend Julian Assange ?



Le fondateur de #WikiLeaks, #JulianAssange, est sous les verrous ! Expulsé de l’ambassade d’Équateur à Londres où il était réfugié depuis 7 ans, et sous le coup d’un mandat d’arrêt américain, qu’est-ce qui l’attend maintenant ? Les avocats Vincent Berger et William Julié reviennent sur la situation du seul prisonnier politique d’Europe.

Cardinal Aupetit: l'agent de sécurité monté voir la 1ere alerte incendie travaille pour l'état...


L'incapable "journaliste" Pascal Praud a conseillé à Isidore de faire l'enquête lui-même. Il l'a pris au mot...
(Seuls les dialogues ayant de l'intérêt ont été sous-titrés)

Vidéo : Isadora Duncan

jeudi 25 avril 2019

Regis De Castelnau répond à Macron sur la Russie : "Le pays où il y a 350 opposants gilets jaunes en prison, c'est la France !"


Sud Radio ! Y a du peuple, seul contre tous ! Etienne Chouard avec Régis De Castelnau - 25/04/19

Voir :
Macron piégé par un canular téléphonique de deux célèbres humoristes russes ! : LIEN

MàJ :

Jeudi Chouard: L'heure des citoyens constituants #7

J'SUIS PAS CONTENT ! #223 : Nathalie Loiseau en sueur, Suppression de l'ENA, & Propagande à gogo !

Elections présidentielles ukrainiennes, bilan et perspectives 23.04.2019

ARRESTATION DE GASPARD GLANZ LE 20 AVRIL 2019 À PARIS

Macron piégé par un canular téléphonique de deux célèbres humoristes russes !


Macron est piégé par les deux spécialistes russes des canulars téléphoniques, Vovan et Lexus, alors qu'il pensait féliciter Zelensky pour sa victoire aux élections présidentielles ukrainiennes. Il livre ainsi sa vision primaire de la Russie, selon laquelle Poutine est au pouvoir car tous les opposants sont en prison... (...)
... Lire la suite : Russie Politics

«Si j'avais voulu rester d'extrême droite» : Le lapsus de Nathalie Loiseau...

mercredi 24 avril 2019

YELLOW VEST FEVER (La Fièvre Jaune) Les figures du mouvement racontent la vraie histoire des Gilets Jaunes [ENG. SUBS]


Un documentaire de RT Documentary :
"Depuis novembre 2018, le mouvement des Gilets Jaunes s'est emparé de l'ordre du jour en France lors de manifestations hebdomadaires. Pour la première fois, les plus grands acteurs du soulèvement viral apparaissent dans un documentaire pour raconter son histoire."
Vidéo en Français avec sous-titres anglais

#GILETSJAUNES : ACTE 23 • PARIS 20/04/2019


TARANIS NEWS


LE MEDIA



La France devient-elle un état policier ?

Et si le capitalisme ne s’effondrait jamais ?



Peu après la révolution russe de 1917, l’économiste Nikolaï Kondratiev, contredisant Marx, prédit que la chute du capitalisme n’aura jamais lieu et qu’il se régénérera à l’infini. Un siècle plus tard, alors que le capitalisme est devenu quasi généralisé mais vit à nouveau une mauvaise passe, la même question se pose : serait-il… éternel ?

Russeurope Express

Jacques Sapir avec Jean-François Bouchard, économiste, consultant de plusieurs grandes institutions financières dont le FMI, et qui publie L’Éternelle truanderie capitaliste (éd. Max Milo, 2019).

Une émission co-animée par Clément Ollivier et préparée avec Jean-Baptiste Mendès.

A l’insu de mon plein gré



mardi 23 avril 2019

Bercoff et Didier Maïsto: débat autour du droit d'informer dans les manifs



André Bercoff et Didier Maïsto - Toute vérité est bonne à dire invitent des journalistes, des web-vidéastes et des forces de l'ordre pour débattre sur le droit d'informer au sein des manifestations des Gilets Jaunes.

Florian Philippot tend la main à François Asselineau




"Fake C News" utilise des images d'archives avec Benalla pour illustrer la visite de Macron au Touquet [MàJ : 13h : Fake C News plaide "l'erreur humaine"]



La chaîne CNews aurait diffusé des images de bain de foule avec Benalla dans son reportage sur le weekend de Pâques passé par Emmanuel Macron au Touquet. La vidéo n’est plus disponible sur son compte YouTube, mais des captures d’écran et fragments de la vidéo circulent en masse sur Internet.


Le reportage de CNews en question n’est plus disponible sur son compte YouTube, mais on peut toujours trouver des captures d’écran de cette vidéo avec le logo de la chaîne sur Internet, tout comme la vidéo initiale de 2018.


Sputniknews

MàJ : 13h : Fake C News plaide "l'erreur humaine" :LIEN

dimanche 21 avril 2019

«Zelensky ne fera rien d’autre de mieux ou de différent que son prédécesseur»


Entretien du 21/4/2019 avec Karine Bechet-Golovko, professeur à l’Université d’état de Moscou. Elle était invitée à commenter les résultats du second tour de l’élection présidentielle ukrainienne qui a consacré le comédien novice en politique, Volodymyr Zelensky.

Une vidéo fuitée montre Assange, emmuré vivant dans l’ambassade d’Équateur qui lutte pour sa survie


Un traitement d'une inhumanité écœurante, infligé pendant 7 longues années a un journaliste pour avoir révélé les sales secrets des démocratures occidentales, championnes revendiquées des "droits humains".
Voila comment cet homme exceptionnel a du lutter héroïquement pour survivre à cet enfermement qui n'est rien d'autre que de la torture.

PS : Mention spéciale à Mediapart : "Julian Assange, l’histoire d’une déchéance"
Un titre pareil de la part d'un site payant qui a fait son beurre sur les scoops de Wikileaks pendant des années, c'est vraiment d'une bassesse absolue.
Du beau travail de traître.
Dégueulasse.

samedi 20 avril 2019

Souveraineté : "Ce sont les élites qui ont trahi le peuple !"


Le Samedi Politique avec Djordje Kusmanovic, Florian Philippot, Julien Aubert, Dominique Jamet et Roland Hureaux

À à peine plus d’un mois des élections européennes, la question de la souveraineté est de plus en plus interrogée. De l’extrême-gauche à la droite patriote, en passant par les partis qui refusent le clivage gauche-droite, la place de la France et son indépendance sont de plus en plus discutées. L’Unité Nationale Citoyenne, l’UNC, avait réuni différentes personnalités pour débattre de l’avenir de la France face à l’UE.

GILETS JAUNES ACTE XXIII : ULTIMATUM 2 [LIVE & MULTIPLEX]



Le direct de RT France


Le direct de Sputnik

Le Multiplex (Multieye TV) : LIEN

Opération Timber Sycamore, ou comment la CIA a armé les djihadistes en Syrie


Spécialiste des opérations clandestines, du renseignement et de la politique étrangère américaine, Maxime Chaix est journaliste et collaborateur régulier de GlobalGeonews. Il publie « La guerre de l’ombre en Syrie » (éditions Erick Bonnier), un livre choc dans lequel il dévoile des informations édifiantes sur le soutien de plusieurs services secrets occidentaux aux milices djihadistes en Syrie, à commencer par la CIA.  Interview: Olivier Delagarde

VOIR AUSSI :

La Syrie, le plus grand fiasco de la CIA ? : LIEN

Comment l’Occident a contribué à créer "l’État Islamique" : LIEN

Comment obtenir le pire attentat de l'Histoire de France en quelques liens : LIEN

Washington comptait armer les "rebelles modérés" contre l’aviation russe : LIEN

Assange: la CIA, «agence de renseignement la plus dangereuse et la plus incompétente» : LIEN


vendredi 19 avril 2019

LIBÉREZ ASSANGE ! - Les Reportages de Vincent Lapierre

Conférence de presse de l'entreprise responsable des travaux de Notre-Dame

Vladimir Poutine s'exprime sur l'incendie de Notre-Dame de Paris

Rapport Mueller : après 22 mois d'enquête, «l'incident est clos»



Entretien du 18/4/2019 avec Pierre Lorrain, journaliste et auteur spécialiste de la Russie. Il réagit au rapport de Robert Mueller, rendu public le 18 avril. Selon lui, «les accusations de collusion de Donald Trump avec la Russie ne reposaient sur presque pas grand-chose», la Russie ayant servi de «bouc émissaire» pour la non-élection d'Hillary Clinton lors de la présidentielle américaine de 2016.

Implication «humanitaire» de la France au Yémen : le «summum des mensonges» selon Alain Corvez



Entretien du 18/4/2019 avec Alain Corvez, conseiller en stratégie internationale. Invité sur le plateau de RT France, il réagit à de Florence Parly qui répète que les armes françaises «ne sont pas utilisées de façon offensive au Yémen». Cette information avait été démentie par les révélations de l'ONG Disclose.

Jeudi Chouard: L'heure des citoyens constituants #6

jeudi 18 avril 2019

J'SUIS PAS CONTENT ! #222 : Meyer Habib le conspi, Loiseau l'historienne & Schiappa la sauveuse !

Européennes.: Farage en tête d’un sondage, vent de panique sur la politique britannique


Faute de Brexit, le Royaume-Uni pourrait se retrouver contraint de participer aux élections européennes, fin mai. Un sondage YouGov donne le nouveau parti de l’europhobe Nigel Farage largement en tête des intentions de vote.

Et si le chaos politique entraîné par la perspective du Brexit profitait à son plus ardent partisan ? C’est le scénario qui semble se dessiner outre-Manche, alors que le Royaume-Uni pourrait être obligé de participer aux élections européennes de fin mai si le pays n’a pas trouvé d’accord pour sortir de l’Union européenne d’ici là. Et le grand gagnant pourrait se nommer Nigel Farage.

D’après un sondage YouGov paru mercredi 17 avril, le nouveau parti de Farage, le “Brexit Party”, arrive en tête des intentions de vote avec 27 %. “Il n’a été créé qu’en janvier et ce nouveau parti a déjà cinq points d’avance sur les Travaillistes et douze sur les Conservateurs”, s’étonne The Times.

Le Brexit Party est né de la volonté de Nigel Farage de fonder un mouvement europhobe différent de l’UKIP, avec lequel l’homme politique s’est brouillé. “M. Farage a cannibalisé les soutiens du parti dont il était le leader, l’UKIP dépérissant à la sixième place avec 7 % d’intentions de vote”, note The Times.

Vers un désastre pour les conservateurs ?

En 2016, Nigel Farage était la tête de proue de la campagne en faveur du Brexit. Relativement discret pendant les négociations sur la sortie de l’UE, le député européen britannique est revenu dans l’actualité ces derniers jours après un nouveau report du Brexit, possiblement jusqu’au 31 octobre prochain.

Le sondage YouGov fait souffler un vent de panique sur la politique britannique, relate The Daily Telegraph :

Les cadres du parti conservateur se préparent déjà à un désastre si l’élection a lieu. Le niveau de soutien dont bénéficie le parti de M. Farage ne va faire qu’aggraver leurs peurs les plus sombres.”

L’accord de report passé avec l’UE pourrait toutefois permettre aux responsables britanniques d’éviter ce “désastre”. Comme l’écrit The Daily Telegraph, “la Grande-Bretagne peut quitter l’Union avant les élections si les députés parviennent à s’accorder sur un accord de sortie”. La Première ministre Theresa May a martelé que son objectif était d’obtenir un Brexit effectif avant les élections européennes.

“Toutefois, les chances que ce départ rapide se produise semblent minces, analyse le quotidien britannique. L’accord proposé par Mme May a été rejeté à trois occasions distinctes et les discussions en cours avec les Travaillistes pour trouver un compromis se trouvent dans une impasse.”
Courrier International


Les 8 plus gros mensonges sur le BREXIT !

Notre-Dame de Paris, un site ultra-sécurisé ? (puisqu'on vous le dit...)


Vidéo publiée le 10 Mai 2018 sur la chaine "Les chemineaux"
#NotreDame « hyper-sécurisée, 24h/24 », nous dit-« on » aujourd’hui. Voilà pourtant comment deux jeunes parisiens l’escaladent (jusqu’au toit), y dorment, s’y baladent, filment et diffusent l’ensemble, en toute tranquillité.  Didier Maïsto (Sud Radio)

Projet de 20 000 ÉOLIENNES : le vent de la fronde se lève contre la catastrophe écologique promise par Macron


Éoliennes le Vent de la Fronde sur France 5 dans l'émission C Politique du 07/04/2019

A lire pour en savoir plus :

« Éolien, une catastrophe silencieuse : vers une France défigurée » : LIEN

L’éolien, une catastrophe silencieuse, par Jean-Louis Butré : LIEN

[En Marche vers la dictature ?] Fichage des gilets jaunes hospitalisés



LCI - Audrey & Co 16/04/2019

Pour en savoir plus :

L’INTRIGANT FICHAGE DES GILETS JAUNES PAR LES HÔPITAUX DE PARIS : LIEN

mercredi 17 avril 2019

C'EST CASH ! - Justice fiscale, la grande illusion

Benjamin Mouton, ex-architecte en chef de Notre-Dame-De-Paris : "ça me stupéfie beaucoup..." [MàJ : Version intégrale]


LCI, le 16.04.2019

Benjamin Mouton (architecte en chef en charge de Notre-Dame jusqu'en 2013) : «L'incendie n'a pas pu partir d'un court circuit, d'un simple incident ponctuel. Il faut une vraie charge calorifique au départ pour lancer un tel sinistre. Le chêne est un bois particulièrement résistant.» (LIEN)

MàJ (18/04) VERSION INTÉGRALE :



Bonus :


Les poutres de la charpente de Notre-Dame, "sans électricité pour éviter l'incendie", filmées par France 2 il y a quelques mois pour l'émission 13h15.

Nôtre-Dame Brûle, les réseaux sociaux s'enflamment [J'SUIS PAS CONTENT]

dimanche 14 avril 2019

AÉROPORTS BRADÉS, U.E ANTIDÉMOCRATIQUE ?


Coralie Delaume & David Cayla

Alarmisme climatique : François Gervais répond aux critiques


François Gervais répond aux questions et aux critiques qui lui ont été adressées suite à sa conférence du 13 décembre 2018 "L'urgence climatique est un leurre" dans les locaux de Solidarité et Progrès.

Voir aussi :

Le mythe du réchauffement climatique s’effondre mais les taxes explosent : LIEN

Un magnifique exemple de Fake news sur le climat : LIEN

Climatosceptique "LA THÈSE OFFICIELLE? UNE FOUTAISE!" : LIEN

J’ai tenté d’interviewer Greta Thunberg... : LIEN

samedi 13 avril 2019

[Gilets Jaunes] ACTE XXII - Gaz à Gogo, coups de matraque et scènes de panique à Toulouse


Toulouse, le 13 Avril 2019 : Une arrestation musclée suivie d'une charge de CRS provoque un mouvement de panique dans la foule des Gilets jaunes massée à l'entrée du métro au moment de la dispersion de la manifestation...

«Les Gilets jaunes sont d’ores et déjà un mouvement pré-insurrectionnel»


Entretien du 13/04/2019 avec Fabrice Grimal, auteur et Gilet jaune. Pour RT France, il revient sur l'acte 22 de la mobilisation des Gilets jaunes et la genèse de ce mouvement sur la longue durée.

Paris - Toulouse - Lyon... : les Gilets jaunes se rassemblent après le grand débat national [DIRECT & MULTIPLEX]



Live Paris sur RT France


Live Sputnik


LIVE Gilets jaunes Acte 22 TOULOUSE


Live On reprend !!!!!! Gilets jaunes TOULOUSE (Djemadine)


MULTIPLEX  : LIEN

Fly Rider à Toulouse : LIEN LIEN LIEN


Julian Assange, Brexit, ADP : François Asselineau (UPR) décrypte l’actu



 TVL

vendredi 12 avril 2019

Jeudi Chouard: L'heure des citoyens constituants #5

ASSEMBLEE DES ASSEMBLEES DES GILETS JAUNES A ST NAZAIRE

Julian Assange : l'arrestation du fondateur de WikiLeaks était attendue


Julian Assange a été arrêté par la police britannique ce 11 avril au sein de l'ambassade d’Equateur à Londres, où il était réfugié depuis sept ans. Après avoir été présenté devant un tribunal, le fondateur de WikiLeaks a été reconnu coupable d'avoir violé les conditions de sa liberté provisoire. Les Etats-Unis demandent son extradition, il est inculpé par Washington de tentative de piratage informatique. L'Australien de 47 ans conteste cette demande d’extradition. Retour sur cette affaire avec Guillemin Rosi.

LES GILETS JAUNES : SUS À LA BOURSE ! ACTE XXI

Des pro-Macron soupçonnés de manipuler les réseaux sociaux



jeudi 11 avril 2019

Florian Philippot : "Il y a des avocats de Julian Assange qu'on a retrouvé morts, bizarrement..."



Florian Philippot : «La France aurait dû accorder l'asile à Julian Assange depuis longtemps» (RT)

Julian Assange arrêté, Juan Branco en direct par téléphone chez Bercoff

Julian Assange arrêté dans l’ambassade d’Équateur à Londres


Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a été expulsé de l'ambassade équatorienne à Londres où il a passé les six dernières années. Le président de l'Équateur a annoncé que le pays avait retiré l'asile d'Assange. [RT]

Sommet de l'UE sur le BREXIT : "Emmanuel Macron s'est retrouvé très isolé"

mercredi 10 avril 2019

Geneviève Legay raconte les pressions de la police pour qu'elle accuse un journaliste de l'avoir bousculée


Entrevue de Quotidien avec Geneviève Legay sur son lit d’hôpital

J’ai tenté d’interviewer Greta Thunberg... Je me suis trouvé face à une petite fille éteinte, sans passion, manipulée par des gens inquiétants, enfant sous terreur.



Les plus fervents défenseurs du "climat" ne connaissent rien au "climat"
par Marc Reisinger 

J’ai voulu savoir si les acteurs des « grèves pour le climat » savaient de quoi ils parlaient. Je suis allé voir Greta Thunberg et quelques uns de ses admirateurs. Et là, j’ai su. 

En février, une Marche pour le climat menée par Greta Thunberg traversait Bruxelles. J’étais présent et en interrogeant de jeunes participants, je me suis rendu compte qu’ils ne connaissaient pas le b-a ba de la cause pour laquelle ils manifestaient : le réchauffement climatique.

Une semaine plus tard j’ai interviewé un professeur du secondaire qui encourageait ses élèves à manifester pour le climat : il n’en connaissait pas plus que les étudiants.



Partant du principe qu’il vaut mieux s’adresser au Bon Dieu plutôt qu’à ses saints, j’ai décidé d’interroger Greta Thunberg elle-même. J’ai pris l’avion (j’avoue…) pour Stockholm afin de la retrouver devant le parlement suédois, où elle mène sa grève scolaire tous les vendredis. Pas de chance, elle avait pris le train pour manifester à Berlin.

Quand Greta Thunberg enlève son bonnet…

De nature obstinée, j’ai repris l’avion la semaine suivante (oui…). Après tout, Stockholm est une très belle ville. Victoire : Greta est à son poste ce vendredi. Elle bavarde avec un petit groupe de jeunes Français et j’attends mon tour pour l’aborder :

« Je vous ai vue à Bruxelles, il y avait beaucoup de monde… J’ai entendu que vous suggériez aux jeunes d’étudier le climat. J’aimerais avoir un petit entretien à ce sujet, si vous êtes d’accord… »

Elle opine du bonnet, mais je la sens craintive, mal à l’aise : j’ai l’impression qu’elle dit « oui », mais pense « non ». A ce moment, elle retire son bonnet. C’est un signal. Instantanément, une femme blonde d’une cinquantaine d’années portant des lunettes noires, qui suivait la scène derrière moi, s’approche avec un sourire faux :

«Hello, désolée, nous avons quelque chose à faire maintenant. Je dois l’emmener, merci…»

Fin de l’interview. Un garde du corps habillé de noir – dont on voit sur la vidéo qu’il me surveillait également – les accompagne quelques mètres plus loin : la « chose à faire » était de mettre Greta à l’abri de mes questions.

Tous derrière Greta

Contrairement aux jeunes manifestantes de Bruxelles, Greta n’a répondu à aucune question. Je me suis trouvé face à une petite fille éteinte, sans passion, manipulée par des gens inquiétants, enfant sous terreur.

Elle est programmée pour des speechs apocalyptiques et provocants de quelques minutes devant les grands de ce monde. Peut-être évoquera-t-on son « mutisme sélectif » lié à l’autisme, mais on remarque qu’elle a répondu complaisamment aux questions (anecdotiques) posées par des jeunes avant moi.

Étrange leader climatique qui n’accepte pas qu’on lui pose une question sur le climat. On peut seulement se prosterner, et le monde ne s’en prive pas : Angela Merkel, Emmanuel Macron, Jean-Claude Juncker, jury du prix Nobel, à quand le Pape… ?

La religion du climat

Quelques heures plus tard, en repassant au même endroit, Greta est toujours là, parmi quelques personnes. Ses gardes du corps ont été remplacés par deux nouveaux gorilles.

Sur un signal indécelable, elle va chercher son panneau « SKOLSTREJK FÖR KLIMATET » (Grève pour le climat) et, comme un automate, s’installe contre la rambarde du fleuve pour une photo de groupe avec des enfants. Le ballet publicitaire est parfaitement réglé…

On m’a accusé de « piéger » de jeunes manifestantes. On m’accusera peut-être aujourd’hui de blasphème. Ce que j’observe, c’est une foule d’aveugles menés par une aveugle, comme dans l’Evangile.

Causeur

Voir aussi : 
Comment la finance internationale a fabriqué Greta Thunberg, la nouvelle "icône du climat" : LIEN

Climatosceptique "LA THÈSE OFFICIELLE? UNE FOUTAISE!" : LIEN

Un magnifique exemple de Fake news sur le climat ! : LIEN

Grand Débat National : Les Gilets Jaunes sont-ils devenus des parias ?



La vraie question : Le gouvernement est-il devenu le paria du peuple ?

ERIC DROUET et le sénateur du Doubs sur l’annulation de son rendez-vous au Sénat

mardi 9 avril 2019

J'SUIS PAS CONTENT ! #221 : Genevieve Legay, vers un scandale d'état ?

Sous la pression du gouvernement, le sénat annule une réunion avec des Gilets jaunes à cause de la présence d'Eric Drouet



Des gilets jaunes ont manifesté, mardi 9 avril, devant le Sénat. Initialement, ils devaient se mobiliser contre la loi Pacte. Mais ce ne sont pas les seules raisons de leur colère. Le matin-même, une délégation de gilets jaunes, dont Eric Drouet, devait être reçue. Mais la rencontre a été annulée à la dernière minute...

Isidore à la Manif des Gilets Jaunes du 30 mars

Burke, la Russie et les transgenres, par Emmanuel Todd


Publié dans la Revue Books (02/19)

Depuis trois siècles, il n’existe qu’un seul foyer authentiquement révolutionnaire sur la Planète : le monde anglo-saxon. Et qu’un seul contrepoids véritable à sa frénésie disruptive : la Russie, dont la prudence, inévitablement, irrite.

Le Britannique Edmund Burke, on le sait, est l’un des pères de la pensée conservatrice. Il a été l’un des premiers – dès l’automne 1790 – à proposer une critique, restée célèbre, de la Révolution française. Il dénonçait un projet théorique, systématique, théologique, abstrait. Le mot qui revient le plus sous sa plume pour décrire l’objet de son aversion est celui de « métaphysique ». Il lui oppose un concept, un seul : celui de « raisonnable ». A une époque – la nôtre – où l’on vit de nouveau en plein projets métaphysiques – l’euro, l’Union européenne – qui nient la réalité historique et anthropologique des nations et envisagent de faire disparaître tous les encadrements traditionnels, il peut être tentant de revenir à une vision burkienne du monde, d’essayer de retrouver, face aux politiques de la table rase, un certain bon sens anglais. On aurait tort de s’en priver. Même si l’histoire a donné tort à Burke.

N’en déplaise à ce dernier, la Révolution française, malgré ses excès, a eu, dans l’ensemble, un bilan très positif. Même les Anglo-Américains le reconnaissent aujourd’hui. Dans leur ouvrage de référence Why Nations Fail, Acemoglu et Robinson estiment qu’elle a élargi, ouvert au Continent et, de là, à la Planète entière, les acquis de la révolution anglaise de 1688 (1). Et on peut difficilement nier, qu’hormis en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, le système métrique, ce projet métaphysique s’il en fut, a été un immense succès.

Au cœur de la démonstration de Burke, on trouve, en fait, une grande escroquerie : il présente l’histoire anglaise comme paisible, évolutive, respectueuse du passé ; la liberté n’y serait rien d’autre qu’un vieil héritage. En contraste, il se moque de la volonté de rupture radicale des Français. Quand on connaît les histoires anglaise et française, c’est parfaitement ridicule. On débat encore sur la date du démarrage de la Révolution industrielle : 1760 ou 1780. Ce qui est sûr, c’est qu’il a eu lieu en Angleterre et qu’en 1790, au moment où Burke écrit, il a déjà commencé à bouleverser le pays : le mouvement des enclosure est achevé et la totalité de la paysannerie pauvre a été liquidée. Par aveuglement ou mauvaise foi, Burke ne comprend pas que les vrais révolutionnaires, le peuple qui est capable de mener à bien un projet abolissant les traditions passées, ce ne sont pas du tout les Français, ce sont les Anglais. Plaçons-nous en 1840 : la France, à l’issue de sa révolution et de plus de deux décennies de guerre, a supprimé les droits féodaux et introduit l’égalité devant la loi, mais le système de mœurs y reste à peu près inchangé. La France est toujours la France, une société très majoritairement rurale. L’Angleterre, elle, en 1840, n’est plus l’Angleterre. La monarchie est toujours là, certes, mais la paysannerie a été complètement déracinée et un énorme prolétariat s’est constitué.

Il faut l’accepter : depuis le XVIIe siècle, le monde anglo-américain constitue le foyer révolutionnaire fondamental, le lieu de transformation de l’histoire humaine et les autres pays se contentent de suivre, de plus ou moins bon grès, ses impulsions. On a de nouveau pu le vérifier, au cours des dernières décennies : le thatchérisme et le reaganisme ont dévasté la structure sociale de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis, liquidant non plus la paysannerie, mais la classe ouvrière. Avec une génération de retard, Emmanuel Macron rêve de les imiter – au moment même où le Brexit et l’élection de Trump remettent en cause le néolibéralisme, où on assiste à un nouveau tournant, à la dernière en date de ces ruptures radicales dont les Anglo-Américains sont coutumiers.

Mais le bouleversement le plus intéressant dont ces pays nous offre le spectacle actuellement n’est peut-être pas d’ordre socio-économique. Il concerne les mœurs. Il ne s’agit pas de l’émancipation des homosexuels, qui n’est après tout qu’un retour à l’état naturel des choses : jusqu’à ce que les grandes religions monothéistes en décident autrement, il y avait toujours eu une place pour l’homosexualité dans la vie d’homo sapiens. Si l’on raisonne en termes burkiens, on pourrait être tenté de dire que nous assistons à une restauration de l’ordre ancien : enfin nous échappons à la révolution judéo-christiano-musulmane !

Bien plus perturbante me semble la question transgenre. On a affaire là à des personnes qui considèrent que leur sexe biologique n’est pas leur sexe mental, qu’il y a eu erreur, et qui parfois envisagent une transformation hormonale ou chirurgicale. Burke s’horrifiait de la division de la France en départements de taille égale. On n’ose imaginer ce qu’il penserait d’un projet de société où les gens peuvent ne pas garder le même sexe d’un bout à l’autre de leur vie.

Les transgenres, toutes catégories confondues, aux Etats-Unis, représenteraient 0,3 % de la population et, chez les jeunes, 0,7%. Des chiffres invérifiables, à prendre avec réserve, qui donnent néanmoins une idée du poids réel des transgenres : il est insignifiant. Et pourtant ces questions obsèdent les sociétés anglo-américaines. Il y a peu, je lisais encore dans le New York Times un article très émouvant d’une transgenre qui expliquait qu’on allait lui fabriquer un vagin artificiel, que cette opération ne la rendrait pas heureuse, mais que c’était une nécessité intrinsèque malgré tout.

Il peut sembler baroque de mettre en rapport cette obsession avec le russophobie. Mais c’est ce que j’aimerais essayer de faire. Quand on lit la presse anglo-américaine, s’y manifestent actuellement deux grandes pentes d’irrationnel : la place disproportionnée accordée au débat sur les transgenres et l’hostilité viscérale à la Russie – pays qui, avec ses 144 millions d’habitants, ne représente plus un danger géostratégique réel pour les Etats-Unis, mais continue à être traité comme une puissance maléfique. Le devoir d’un chercheur est d’essayer de voir s’il n’existerait pas un lien entre ces deux obsessions. Or, il y en a un, évident : ces dernières années, les questions de mœurs ont fait irruption dans les relations internationales – tout particulièrement lorsqu’il est question de la Russie. Au lieu de parler d’équilibres militaires et stratégiques, on s’est mis à reprocher à la Russie son homophobie (dans un contexte, rappelons-le, où le grand ami des Etats-Unis est l’Arabie saoudite !) Souvenons-nous comment, en 2014, lorsque le travesti autrichien Conchita Wurst a remporté l’Eurovision, la réaction critique de Vladimir Poutine à cette victoire a déclenché une levée de bouclier de l’Union européenne ! (Conchita Wurst a même été invitée à chanter devant le Parlement de Strasbourg et y a été ovationnée.)

Face à un monde anglo-américain révolutionnaire sur le plan des mœurs, qui cherche à définir une nouvelle identité humaine – qui a peut-être raison, peut-être tort (compte tenu de mon âge, mon opinion n’a pas grand intérêt, je ne serai pas là pour voir à qui l’histoire donnera raison) – on a une Europe continentale qui essaie de suivre vaille que vaille et une Russie qui, elle, ne suit pas du tout. Cela ne l’empêche pas, soit dit en passant, d’être l’un des pays les plus féministes du monde. Si l’on regarde la proportion de femmes qui font des études supérieures par rapport à la proportion d’hommes, en haut de la liste en Europe, à 143 femmes pour 100 hommes, on trouve la Suède, puis juste derrière la Russie, à 130 femmes pour 100 hommes. En termes d’études supérieures (un critère très significatif), la Russie est donc plus féministe que la France ou que le monde anglo-américain. Mais les femmes, mêmes éduqués, s’y déclarent homophobes !

Pendant tout le XXe siècle, la Russie a incarné la Révolution. Il est peut-être temps d’accepter le fait que c’était là un contresens, que, sur la longue durée, le rôle historique de ce pays est plutôt un rôle de conservation et de freinage, qu’elle incarne – bien mieux que l’Angleterre – la grande puissance conservatrice rêvée par Burke. Marx et Engels ne l’ont jamais considéré autrement et ils l’exécraient pour cette raison (même si le premier, ayant trouvé un bon lectorat en Russie, a fini, vanité d’auteur oblige, par vanter les mérites de la commune russe). Le terme de « russophobie » revient sans cesse dans l’admirable livre que Miklos Molnar à consacré à « Marx, Engels et la politique internationale » : pour qualifier l’attitude des marxistes ! (2)

La période soviétique fut-elle alors une aberration, une parenthèse ? Si l’on considère qu’une révolution, une vraie révolution, marque un réel changement des modes de production, des mœurs, des valeurs, un saut en avant vers la modernité, force est de constater que la révolution russe n’a de révolution que le nom. Encore une fois, depuis le XVIIe siècle, les impulsions révolutionnaires authentiques, les véritables transformations de l’économie, des mœurs, de la société viennent du monde anglo-américains. Elles sont facilitées par une structure familiale plastique, nucléaire, par les ruptures générationnelles qu’elle permet. Les pays du continent ne font qu’y réagir et ils sont sans arrêt tiraillés entre leurs désirs de rattrapage et de contestation. Dans tous les cas, ils se situent toujours par rapport à cette impulsion qui leur extérieure et qu’ils essaient d’adapter à leurs propres traditions familiales. Les révolutionnaires français de 1789 voulaient juste rattraper la Glorious Revolution de 1688 (dès 1734 et ses Lettres Anglaises, Voltaire donnait le voisin d’outre-Manche en modèle). Ils y ont introduit la notion d’égalité car, si la culture du bassin parisien est, comme la culture anglaise, individualiste, elle est aussi fortement égalitaire. En Allemagne, dont les valeurs familiales sont autoritaires et inégalitaires, la négation du libéralisme occidental et de l’idée de révolution a mené à une révolution d’un genre particulier : le nazisme.

Le même raisonnement s’applique aux Russes. La structure familiale russe se caractérise par un mélange d’égalitarisme et d’autoritarisme : elle est très autoritaire sur le plan du rapport entre générations, très égalitaire en ce qui concerne le rapport entre frères et entre sexes. La famille paysanne russe traditionnelle, en réunissant sous un même toit plusieurs générations et plusieurs frères mariés, pouvait atteindre une taille gigantesque. C’est ce que j’ai appelé dans mes ouvrages la famille « communautaire ». La construction du communisme peut être interprétée comme une façon d’intégrer la modernité, de tenter de rattraper l’Angleterre et les Etats-Unis, sans sortir de ce communautarisme. Dans toute sa violence, la révolution russe n’a été qu’un suprême effort du conservatisme.

En vérité, la Russie n’a jamais aspiré à l’individualisme. Certainement pas sous le régime des tsars qu’abominaient Marx et Engels, ni non plus par la suite : je ne décrirais pas la Révolution russe comme très individualiste. Et il me semble que le genre de démocratie autoritaire qui existe aujourd’hui ne l’est pas particulièrement non plus. (Cette expression de « démocratie autoritaire » n’a rien de péjoratif, ce n’est qu’une façon d’accepter la Russie telle qu’elle est. Peut-être, cela dit, devrait-on parler plutôt de « démocratie communautaire ».)

Les révolutions que nous vivons ces derniers temps sont censées être les poussées extrêmes, les ultimes conséquences des principes de liberté de l’individu : on veut aller au-delà de l’individualisme bourgeois du XIXe siècle, au-delà de l’individualisme sexuel des années 1970-1980, se libérer de l’individu tel qu’il est défini par la nature. Et, bien entendu, la Russie, avec sa forte tradition d’encadrement de l’individu par la collectivité, se montre réticente à franchir le pas. C’est pour cela qu’elle est haïe : pour ce conservatisme, qui est peut-être de la prudence. Car les sociétés anglo-américaines sont rongées par l’angoisse de se tromper.

Dire que le sexe tel qu’on l’observe à la naissance n’est peut-être que l’apparence des choses est d’une radicalité inédite. J’ai relu récemment l’anthropologue et féministe Margaret Mead : le clivage homme-femme et la spécialisation des rôles entre les deux sexes constituent un tel universel d’organisation pour toutes les sociétés qu’il n’est pas concevable que le projet de « sexe flottant », pour ainsi dire, ne crée au plus profond de l’inconscient des sociétés les plus avancées une véritable inquiétude. Or, quand on est inquiet sur ce qu’on fait soi-même, on devient assez hostile au voisin qui refuse de prendre le même risque. On se demande inévitablement, de façon latente, si ce n’est pas lui qui fait le bon choix, qui, en l’occurrence, serait le choix du conservatisme de mœurs.

Je pense que la raison pour laquelle la Russie est tellement haïe, ce n’est pas du tout parce qu’elle est menaçante en termes géopolitiques. Elle agace un peu par son rétablissement géostratégique et militaire, qui ennuie beaucoup les vieux géopoliticiens gâteux du Pentagone, mais rien là d’insurmontable. Si la Russie suscite une telle aversion, c’est que parce que c’est un pays prudent par rapport à un monde occidental qui, lui, est peut-être en train de devenir imprudent. Et qui, pour se rassurer, ne désire rien tant qu’entraîner tout le monde avec lui – dans l’inconnu.

Notes

(1) traduit en français sous le titre Prospérité, puissance et pauvreté. Pourquoi certain pays réussissent mieux que d’autres (Markus Haller, 2015). Voir sur cet ouvrage Books n°42, avril 2013.

(2) Marx, Engels et la politique internationale, Gallimard, 1975.

Emmanuel Todd est historien et anthropologue. Où en sommes-nous ? Une esquisse de l’histoire humaine (Seuil, 2017) est son dernier ouvrage paru.

Propos recueillis par Baptiste Touverey.

Le livre

Réflexions sur la révolution en France, traduit de l’anglais par Pierre Andler, Les Belles Lettres, 803 p., 17 €.

Les-Crises