vendredi 31 mai 2019

P. Jovanovic - P.Y. Rougeyron - La revue de presse (Juin 2019)

LES GILETS JAUNES : LA SAINTE COLÈRE, ACTE XXVIII

CHARLES GAVE : "Le Frexit C'est Une Ânerie..."

Pamela Anderson raconte les conditions de détention de Julian Assange : "J'ai la nausée"

Idlib, la dernière grande bataille en Syrie ?



Alors que les forces gouvernementales syriennes assiègent le dernier bastion des insurgés d'Idlib dans le nord-ouest de la Syrie, le département d’état américain accuse à nouveau le président Bachar al Assad d’utiliser des armes chimiques. Washington a déclaré également que le gouvernement syrien violait un cessez-le-feu dans la région d'Idlib. Retour sur cette bataille d'Idlib avec le colonel Alain Corvez, ancien conseiller du général commandant la Force des Nations unies déployée au Sud-Liban (FINUL), et ancien conseiller en relations internationales au ministère des Affaires étrangères.

jeudi 30 mai 2019

"BORDERLESS" (Sans Frontières) - Enquête Choc sur le trafic d'êtres humains en Méditerranée [version intégrale VOSTFR]


Un film de Lauren Southern (2019)

Pour activer le sous-titrage français :
1. Cliquer sur "sous-titres" 1er bouton en bas à droite de la vidéo
2. Cliquer sur "paramètres" 2eme bouton en bas à droite de la vidéo
3. Cliquer sur "sous-titres" dans la liste affichée
4. Choisir "traduire automatiquement"
5. Choisir la langue désirée dans la liste proposée (français)

samedi 25 mai 2019

J'SUIS PAS CONTENT ! #231 : Elections Européennes, Asselineau buggé & Loiseau Hassani !

Violences policières : des experts de l'ONU souhaitent que le gouvernement sorte du "déni de réalité"


Violences policières : les images décryptées

Nous vous en parlions, une réunion informelle s'est tenue ce jeudi à Paris, entre deux rapporteurs de l'Organisation des Nations unies (ONU) et des représentants de la société civile. Parmi eux, des syndicalistes, comme le Dijonnais Elie Lambert, secrétaire général de Solidaires 21 (également élu au niveau national).

L'objectif était de faire le point sur d'éventuelles atteintes aux libertés fondamentales, dans le contexte de la crise des Gilets jaunes. A la suite de la réunion, les experts de l'ONU tirent à nouveau la sonnette d'alarme. "Au vu des nombreux cas qui nous ont été rapportés, il y a une vraie inquiétude à avoir", résume Michel Frost, rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des défenseurs des droits de l’homme.

"La France s'honorerait à mieux répondre à nos questions"
Les experts se disent non satisfaits de la réponse du gouvernement français. "La France s’honorerait à mieux répondre à nos questions. Ce qui est frappant c'est que malgré les témoignages ou le travail de David Dufresne qui recense les yeux percés, les membres arrachés... et bien il y a un déni de réalité : on nous répond que la France est un Etat de droit et que par conséquent il n'y a pas de violences policières", complète Michel Frost.

Interdire le LBD ?
L'usage des armes dites non-létales a été évoqué durant la réunion. "Nous estimons que le dispositif de maintien de l'ordre français a des défaillances, notamment en ce qui concerne les armes qui sont utilisées", détaille Clément Voulé, rapporteur spécial des Nations unies sur la liberté de manifester.

Les experts estiment que la violence des manifestants n'est pas une raison suffisante pour employer des armes telles que les LBD. "Les black blocs, qu'on accuse souvent à juste raison d'être les auteurs de violences envers la police, sont présents partout en Europe. Pour autant, la réponse donnée par les autres pays est bien différente. Nous pensons qu'il existe d'autres logiques de gestion des manifestations".
Source : LIEN


L'acte 28 des Gilets jaunes à Paris la veille des européennes [En Direct]



Gilets Jaunes : le retour des peuples ?



Le Samedi Politique -  avec André Bercoff

vendredi 24 mai 2019

Le phoning ridicule d'En Marche pour les européennes 2019

MES EXCUSES A LA COMMISSION EUROPEENNE



UE : VOYAGE AU CŒUR DE LA MACHINE : LIEN

Donbass en guerre : les oubliés de l'Europe


Le nouveau Président ukrainien, Volodymir Zelensky, dit vouloir parvenir à un cessez-le-feu dans le Donbass. L’Occident semble évacuer la question, mais la guerre dure encore dans cette République rebelle. Sputnik s’est rendu sur le terrain pour relater cette tragédie, délibérément ignorée des capitales européennes. Reportage.

J'SUIS PAS CONTENT ! #230 : Hamon en PLS & Si Bête la muette !

Pour qui voter ? Le bilan de 20 ans de politique européenne sans filtre


La lettre d'Olivier Delamarche

PS : Richard et Olivier oublient de parler de la liste des Patriotes de Florian Phillippot qui prône également la sortie de l'UE et qui est soutenue par Nigel Farage.

jeudi 23 mai 2019

La liste des journalistes convoqués par la DGSI s'allonge


Une journaliste de "Quotidien" a révélé mercredi avoir été convoquée en février par les policiers de la Sécurité intérieure pour une enquête sur les ventes d'armes françaises à l'Arabie saoudite, après l'annonce des convocations prochaines d'un collaborateur du site Disclose sur ce même dossier et d'une grand reporter du Monde sur l'affaire Benalla, qui suscitent de nombreuses réactions d'indignation.

Le président du directoire du «Monde» convoqué par la DGSI comme Ariane Chemin

Liberté de la presse.

Le président du directoire du journal le Monde, Louis Dreyfus, a également été convoqué le 29 mai par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), dans les mêmes circonstances qu'Ariane Chemin grand reporter au quotidien, a annoncé jeudi l'intéressé à l'AFP. Le journal avait révélé mercredi qu'Ariane Chemin était convoquée pour des articles sur les affaires d'Alexandre Benalla, et notamment «sur le profil d'un sous-officier de l'armée de l'air, Chokri Wakrim, compagnon de l'ex-cheffe de la sécurité de Matignon, Marie-Élodie Poitout».

Tout comme Ariane Chemin, Louis Dreyfus a été convoqué en vue d'une audition libre dans les locaux de la DGSI, et ce dans le cadre d'une enquête ouverte pour «révélation de l'identité d'un membre des unités des forces spéciales». Selon des sources concordantes, cette enquête fait suite à une plainte déposée mi-avril par Chokri Wakrim. La convocation de la journaliste à la DGSI, qui fait suite à celle de plusieurs autres journalistes du site Disclose, de Radio France et de l'émission Quotidien de TMC, ayant enquêté sur l'utilisation d'armes françaises au Yémen, a soulevé une vague de protestations de journalistes et de personnalités politiques, qui y voient une atteinte à la liberté de la presse et au droit d'informer.

Brexit contre Eurocrature...

Elections européennes : la France en soins palliatifs



La vraie actu (S02E15) Michel Drac

Angèle Lieby : "Une larme m'a sauvée"



En 2009, Angèle Lieby est hospitalisée pour une migraine persistante. Plongée dans un coma artificiel, elle se réveille consciente mais incapable de bouger. Quatre jours après un médecin lâche : « il faut songer à débrancher ». Elle entend qu'il conseille à son mari de « préparer » les obsèques. Sur le point d'être euthanasiée elle est sauvée par une larme qui alerte sa fille.

mercredi 22 mai 2019

Brexit : Vers un nouvel échec de Theresa May ?



Entretien du 22/5/2019 avec Philippe Murer, économiste. Invité de L’info avec Stéphanie De Muru, il s’exprime au sujet de la proposition de «nouvel accord sur le Brexit» de Theresa May faite aux députés britanniques.

UE : VOYAGE AU CŒUR DE LA MACHINE


Les 24 et 25 avril derniers, le Fil d'Actu était invité  à la Commission européenne pour un "voyage d'étude pour influenceurs", destiné à "défaire nos idées reçues sur l'UE". Nous  y avons vu des choses effrayantes. Et comme on avait nos caméras, aujourd'hui, on vous montre tout. Bienvenue au cœur de la machine...

Trump a rendu l'Amérique moins raciste

Donald Trump monte à bord de l'Air Force One
 à l'aéroport international Louis Armstrong de la Nouvelle-Orléans

Les préjugés anti-noirs et anti-hispaniques ont diminué depuis 2016, révèle une nouvelle étude

L'élection de Donald Trump a, bien sûr, déchaîné le raciste latent qui se cache parmi des millions d'Américains. Nous le savons parce que l'opinion éclairée ne cesse de nous le dire. 
Le New Yorker, par exemple, a publié un article en novembre 2016 déclarant que la haine était à la hausse depuis l'élection de Trump et citant une liste d'incidents rassemblés par le Southern Poverty Law Center, notamment l'expérience d'une jeune fille vivant dans le Colorado à qui un homme blanc aurait dit: 'Maintenant que Trump est président, je vais vous abattre avec tous les Noirs que je peux trouver'. 
Le magazine TIME a également publié un article le même mois annonçant que «les incidents racistes ont augmenté depuis l'élection de Donald Trump». En mars 2017, The Nation affirmait "L'ascension de Donald Trump a coïncidé avec une explosion des groupes haineux", affirmant que 100 organisations racistes avaient été fondées depuis le début de sa campagne présidentielle.

Et ainsi de suite. 
Tout comme le vote britannique pour le Brexit, le langage strident de Trump et sa focalisation sur des questions telles que la migration sont supposés promouvoir un discours politique grossier - légitimant les opinions racistes et xénophobes chez des personnes qui auraient autrement été amenées à garder le silence. Grâce à ce récit, même les discours, les affiches et les campagnes des politiciens un tout petit peu immodérés apparaissent comme sinistres du point de vue de l'opinion publique. Un discours sur les migrations, selon cette théorie, peut très bien provoquer une discussion de comptoir et se terminer par des coups de pieds dans la tête d'un homme musulman ou d'un Noir.

Cela semble vaguement plausible, mais est-ce vrai? 
Pas selon un nouvel article de deux sociologues de l’Université de Pennsylvanie. Daniel J. Hopkins et Samantha Washington ont entrepris de mesurer l'effet de l'élection de Trump sur les préjugés anti-noirs et anti-hispaniques, en utilisant un panel de 2 500 Américains choisis au hasard et dont les changements d'opinions ont été étudiées depuis 2008. 
Les universitaires s'attendaient à mesurer la hausse des opinions racistes et écrivaient: "La normalisation des préjugés ou du leadership d'opinion nous amènent tous deux à penser que l'expression des préjugés a peut-être augmenté au cours de cette période, en particulier parmi les républicains ou les partisans de Trump". Ils avaient été amenés à s'y attendre, disent-ils, à travers une lecture approfondie de la littérature récente en sciences sociales qui, disent-ils, soutient la notion selon laquelle les attitudes racistes sont latentes chez de nombreuses personnes et attendent d’être déclenchées par certains événements, dont l’élection de Donald Trump. Après tout, il ne pourrait guère y avoir de discours plus apte à réveiller un raciste naissant que le président qualifiant les Mexicains de violeurs.

Pourtant, l'étude a révélé exactement le contraire. Les Américains, affirment Hopkins et Washington, sont en fait devenus moins enclins à exprimer des opinions racistes depuis l’élection de Donald Trump. Les préjugés anti-noirs, ont-ils constaté, ont décliné de manière statistiquement insignifiante entre 2012 et 2016, lorsque Trump a été élu. Mais ensuite, après 2016, ils ont connus une forte plongée statistiquement significative. De plus, contrairement à leurs attentes, la chute était aussi nette chez les électeurs républicains que chez les démocrates. Il y avait aussi une baisse générale des préjugés anti-hispaniques, bien que cela soit plus évident chez les électeurs démocrates.

C'est une histoire similaire à celle de la Grande-Bretagne, où la tentative d'établir un lien entre le Brexit et la xénophobie croissante a été quelque peu démentie. Le meurtre d'un Polonais dans la ville de Harlow en août 2016 était largement attribué au Brexit - mais a finalement été déclaré par la police comme n'étant pas du tout un crime motivé par la haine. De même, une fenêtre brisée dans un restaurant espagnol du sud de Londres le soir du vote au Brexit était initialement largement considérée comme une expression d'euphorie de la part des xénophobes - mais s'est révélée plus tard être une tentative de cambriolage.

Trump a-t-il donc été une bonne chose pour les relations interraciales aux États-Unis, et si oui, pourquoi? 
L’étude de l’Université de Pennsylvanie est un peu timide sur ce point, mais avance la théorie selon laquelle les déclarations de Trump sur les migrants, les Mexicains, etc., sont si répréhensibles qu’elles les ont incitées à réfléchir à leurs propres attitudes. Il est possible, écrivent-ils que «la rhétorique de Trump clarifiait les normes antiracistes…. Étant donné que les baisses de préjugés apparaissent concentrées dans la période qui a suivi l'élection de Trump, il semble tout à fait plausible qu'il ne s'agisse pas uniquement de la rhétorique de Trump, mais de son accession à la présidence qui a poussé l'opinion publique dans la direction opposée ».

Peut-être. On pourrait ajouter que l'élection de Barack Obama a également surpris l'opinion libérale. On se souviendra que cet événement était censé être la percée qui a conduit à une Amérique plus gentille et plus douce. Au lieu de cela, il a semblé être suivi par une période plus agitée dans les relations interraciales, qui a abouti à des émeutes raciales à Ferguson, au Missouri, en 2014. Peut-être que les sciences sociales l'ont mal compris: c'était la vision d'un homme métis à la Maison Blanche qui a fait ressortir le sentiment raciste chez les Américains qui sont enclins à ressentir ces sentiments, tandis que la vue rassurante d'un homme blanc dans le bureau ovale les a calmés.

Ross Clark (trad. B.R.)

mardi 14 mai 2019

« Super Jam Bros » : le jeu vidéo où Nathalie Loiseau affronte Jean-Luc Mélenchon et... Donald Trump.


Les Jeunes avec Macron (JAM) ont lancé un jeu vidéo intitulé Super Jam Bros, inspiré de Mario Bros, dont la tête de liste LREM aux élections européennes est l’héroïne. Le leader de la France insoumise est l’un des personnages, avec Marine Le Pen et Donald Trump (on se demande ce qu'il fait la), représentés sous forme de gros insecte que la candidate affronte à chaque fin de niveau. Il est surnommé Melanrus (Mais rien à voir avec une allusion à la Russie, c'est un hasard complet, puisqu'on vous le dit).
PS : On me glisse à l'oreille que le jeu a été conçu en ALLEMAGNE (ça ne s'invente pas)

Selon le site Strategika51, l'opération militaire au Burkina Faso était américano-française et visait à libérer des agents US.


L’opération militaire américano-française du 10 mai 2019 au nord du Bukina Faso ne visait pas à libérer les deux otages français kidnappés neuf jours auparavant au Bénin mais à récupérer deux agents de la CIA ayant un statut prioritaire. L’opération aurait très mal tournée. Paris a reconnu la mort de deux Commando marine et quatre présumés ravisseurs. Selon des informations émanant de professionnels, il s’agit d’un bilan très partiel, établi selon les règles de diffusion de l’information militaire relatives aux pertes au combat adoptés par les unités militaires US en Irak entre 2004 et 2009.

2. Le groupe armé qui a été visé est totalement inconnu et fait plus étrange, aucun groupe terroriste activant au Sahel n’a commenté ou revendiqué le rapt de quatre ressortissants étrangers ou l’opération militaire du 10 mai.

3. Le jour même de l’opération, les individus armés ont pu s’extraire du lieu de l’attaque en tuant une douzaine de militaires d’un pays africain qui assuraient le bouclage de la zone.

4. Le ministère français de la défense a annoncé la mort de quatre présumés ravisseurs mais selon des sources locales il s’agit de civils vivant à proximité de l’objectif. Aucun chef opérationnel ou membre du groupe armé n’ont été capturés ou neutralisés.

5. Les commandos marine francais ont essuyé dés le début de l’opération des tirs nourris de Kalashnikov RPK dévastateurs. Il a fallu l’intervention d’hélicoptères d’attaque Tigre et des hélicoptères de combat relevant d’une unité d’élite héliportée américaine pour les désengager. Du matériel et des armes ont du être abandonnés sur les lieux.

5. Nos sources tiennent à souligner que cette opération est l’un des premiers engagements massifs des forces conjointes américano-françaises au Burkina Faso.

Source : Strategika51.org

dimanche 12 mai 2019

Union Européenne, pour ou contre ?


Coralie Delaume
Thinkerview

Deux soldats morts en sauvant des touristes au Sahel


Aldo, le bon sens près de chez vous...

Nigel Farage, un homme intelligent



Ce qui frappe lorsqu’on examine la biographie de Nigel Farage, c’est qu’il est tout sauf le petit trublion de la politique anglaise que certains tentent de faire de lui : courtier, puis banquier d’affaires, il a une longue expérience de l’entreprise privée, et au niveau bancaire et financier qui plus est, en plus de son parcours politique.

Ce qui frappe aussi, c’est sa solidité politique : cofondateur de l’UKIP (le Parti pour l’Indépendance du Royaume-Uni) en 1993, il a été constamment réélu au parlement européen, en 1999, 2004, 2009 et 2014. Elu à la tête de l’UKIP en 2006 avec 44 % des voix, il promet d’en faire un véritable parti d’opposition. S’il en quitte la présidence en 2009, il la retrouve en 2010, où il est réélu avec 60,5 % des voix. Aux élections européennes de 2014, il réussit l’exploit de ravir aux autres partis britanniques la première place au parlement européen, avec 24 des 67 sièges nationaux. Bien que n’ayant jamais réussi (après six tentatives) à se faire élire comme député au parlement britannique, il a cependant gagné suffisamment d’influence pour obtenir l’organisation du référendum que l’on connaît, et qui a confirmé ses volontés.

La troisième chose qui frappe, c’est son habileté, son talent et sa méthode : chaque fois qu’il se met en retrait (de la présidence de son parti en 2009, puis en 2016), c’est pour laisser les autres faire le « sale boulot », et pour revenir ensuite plus fort.

Marginalisé (relativement) sur la scène britannique, il réussit à chaque fois, grâce à son influence, gagnée sur la scène européenne par son rôle de véritable opposant, à jouer le « coup politique » qui lui permet de revenir en force. Il le montre encore aujourd’hui où, après avoir quitté, cette fois définitivement, l’UKIP en décembre 2018, il crée à nouveau la surprise avec son nouveau parti, le Brexit Party, où il est, une nouvelle fois, en tête des sondages pour les prochaines élections. Une manœuvre certainement préparée de longue main, et exécutée magistralement, au meilleur moment.

Il profite ainsi des déboires de Theresa May, mais aussi du spectacle désastreux que donne la classe politique anglaise dans son ensemble, dont on se demande si elle cherche le bien du peuple britannique (auquel cas elle aurait dû, tous partis confondus, s’atteler à trouver avec Bruxelles un accord convenable), ou bien les chicailleries internes pour mieux discréditer la Première et prendre sa place. On se demande même si « l’agonie politique » qu’est cette négociation interminable n’a pas pour but caché de dégoûter l’opinion britannique, et de la faire changer d’avis, pour ouvrir la voie à un deuxième référendum pouvant annuler le premier. Tout cela, Nigel Farage l’a senti. Dans le vide et la cacophonie politique installés, il mène tout à coup un « blitzkrieg » qui promet d’être réussi.

Vainqueur attendu, il sera ainsi en position de force pour dicter ses conditions pour une sortie définitive. Il ne fait en effet aucun doute que des issues pourront être trouvées, avant ou après la sortie, tant la différence entre « Brexit dur » et « Brexit doux » est factice. En effet, s’il est certain que pour les autorités de Bruxelles, c’est une question de principe, et aussi d’image, de montrer que les Anglais ne peuvent pas « sortir comme ça », et qu’ils doivent « souffrir » pour avoir ce qu’ils veulent, il est tout aussi certain que personne ne voudra, lorsqu’ils seront dehors, les pousser dans la tombe… Tout le monde a intérêt à avoir à sa porte un Royaume-Uni prospère ! Les solutions de compromis refusées de prime abord apparaîtront alors, comme par miracle…

A ce moment-là, Nigel Farage aura obtenu ce qu’il souhaite : sa reconnaissance auprès de l’opinion pour obtenir son entrée triomphale au parlement britannique, et plus encore si affinités.

En d’autres termes, Nigel Farage, par-delà ses apparents « changements de pied », n’a cessé de montrer la cohérence, la justesse et la réussite de sa stratégie, et son grand talent manœuvrier. Il a ainsi fait, et il fera, ce que ni Marine Le Pen, ni son père avant elle, n’ont su faire jusqu’ici. Sans aucun doute, un grand destin l’attend.

BV

vendredi 10 mai 2019

Guy Mettan, journaliste suisse :"On n'arrête pas de montrer du doigt la Russie pour mieux cacher ce qui se passe chez nous"


Entretien du 10/5/2019 avec Guy Mettan, journaliste, directeur exécutif du club Suisse de la presse. Il donne son sentiment sur la tribune des 300 journalistes dénonçant les violences policières, et en profite pour faire état de ses préoccupations sur le manque de diversité de l'écosystème

"Saluer les arbres, les barrières et les lampadaires, quand t'es dans le dééééésert"


"Va falloir que j'vous parle du thermonucléaire!"
Twitter : @Giletsjaunesfr

jeudi 9 mai 2019

Conflit d'intêret VS Progrès & Schiappa VS Malaise ! (VIVE LA FRANCE ! #...

LE 1ER MAI – Les Reportages de Vincent Lapierre

Popularité : Trump bat son record, il fait mieux qu'Obama à la même période

La Bajon - Spationaute

[Fake News de Castaner] David Dufresne aux journalistes : "C'est gentil les excuses, mais ce n'est pas professionnel !"


Le lanceur d'alerte David Dufresne, invité à débattre avec un philosophe et des éditorialistes de cour à propos de l'énorme mensonge d'état du ministre de l’intérieur sur la  fausse attaque de l'Hopital Pitié-Salpêtrière.
On notera la tendance systématique du philosophe Frédéric Worms à finir ses tentatives de minimisation des faits par la phrase :"C'est pas pour minimiser". Une forme d'aveu évidente.

Attention, certains passages de cette émission sont éprouvants à écouter.

"On m'a demandé de repérer les gilets jaunes et de les rentrer dans ce fichier" - Dr Kerziek


Le docteur Kerziek était l'invité de Sud Radio pour évoquer la polémique du fichage des gilets jaunes dans les hôpitaux.

Voir aussi :

[En Marche vers la dictature ?] Fichage des gilets jaunes hospitalisés : LIEN

La France devient-elle un état policier ? : LIEN

Intrusion 1er Mai : «Heureusement que le portail s'est ouvert sinon il y aurait eu des morts comprimés» : LIEN

Les millennials et le culte de la victimisation par Bret Easton Ellis


L'écrivain Bret Easton Ellis (American Psycho) donne sa réponse à la grande question de notre époque : Pourquoi Marlène Schiappa ?

D. Lormier : "Des Vérités cachées de la Seconde Guerre Mondiale "

mercredi 8 mai 2019

J'SUIS PAS CONTENT ! #226 : Salpétrière VS Castaner, Marche pour l'Europe & Chasse au gaspi !

Le témoignage de Victor Lenta, ancien militaire et membre du 'Service de Protection des Gilets Jaunes'


Victor Alfonso Lenta, ancien du RPIMA, qui a sauvé des vies françaises au Tchad et combattu les nazis ukrainiens dans le Donbass, a été diffamé par le journaliste de cour Frédéric Haziza et sa vie menacée par les antifas, alors qu'il assurait avec quelques camarades la sécurité dans les cortèges des Gilets Jaunes à Paris.
Il témoigne de ce qu'il a vécu au sein du mouvement pour "Nous Voulons Vivre"

1er Mai 2019 : Journée sous haute tension


Paris, une "fête du travail" en France sous le régime de Macron...

Florian Philippot vs. Pierre Larrouturou - Europe-moi si tu peux



Sud radio

J'SUIS PAS CONTENT ! #225 : Diplomates arrêtés, Julien Dray amusé, Notre-Dame fantasmée !

mardi 7 mai 2019

François Boulo Etienne Chouard - Jusqu'où iront les Gilets jaunes ?


L'association Critique de la Raison européenne, rassemblement de souverainistes de Sciences Po, recevait Etienne Chouard et François Boulo pour un entretien sur le mouvement des Gilets jaunes et l'avenir de la mobilisation.

D'où vient le mouvement ? Quelles sont ses racines profondes ? Comment la critique de l'Union européenne s'y est-elle imposée ? Comment le besoin de démocratie et le RIC ont-ils émergé ? Où le mouvement va-t-il ?

La répression sévit et le Blogue a besoin de votre soutien !

Le Connétable était sur les Champs Elysées le 16 Mars 2019 

Chers amis lecteurs, vous êtes de plus en plus nombreux, et je tiens tout d'abord à vous en remercier chaleureusement.
En effet, c'est grâce à vos "likes" et vos partages sur les réseaux sociaux que nous pouvons battre régulièrement nos records d'affluence et toucher un public toujours plus large. Ceci est essentiel pour faire vivre ce média indépendant, libre et gratuit.

Mon objectif a toujours été, depuis plus de 10 ans, de faire entendre un autre son de cloche que les mensonges et "fake news" distillés quotidiennement par les médias du Système contrôlés par l'Etat et l'oligarchie financière.

Mais malheureusement, les choses ne sont pas si simple. Le Système se défend bien même s'il gouverne mal et pour cela, il cherche à nous priver de ressources. Ma chaîne Youtube a d'abord été interdite de monétisation, tout comme ma page officielle Facebook, mais surtout j"ai perdu mon travail en parallèle de vente en ligne qui me permettait de vivre et de faire vivre le Blogue Noir De Brocéliande.
Je soupçonne sans en avoir la preuve que ma perte d'emploi est liée à mon activité de blogueur.
Du coup, il ne me reste plus que les (maigres) revenus publicitaires de la plateforme Blogger qui m'héberge, nettement insuffisants pour survivre.

Je refuse d'ouvrir un compte "Tipeee" comme certains d'entre vous me l'ont conseillé, car je ne veux pas enrichir encore plus le millionnaire des médias poubelles Laurent Ruquier et les autres actionnaires de cette plateforme de "crowdfunding" (quel mot hideux!). Ce serait contraire à mes principes de ponctionner tous les mois mes fidèles lecteurs pour engraisser encore un peu plus ce Système médiatique que je combat avec acharnement depuis dix années.

C'est pourquoi je me permet de solliciter de votre part un petit soutien si vous le pouvez, via le compte Paypal sécurisé ci-dessous pour m'encourager et surtout m'aider à continuer tous les jours ma mission de ré-information.
Que tout ceux qui ne peuvent pas m'aider par un don sachent que ce n'est pas grave, le Blog restera toujours libre et gratuit pour tout le monde. Vous pouvez néanmoins m'apporter votre soutien en cliquant de temps en temps sur une publicité qui se trouve sous le premier article ou sur le coté droit de ce blog.

Merci d'avance pour votre fidélité et votre soutien.

Pour faire vivre la liberté d'informer dans ce pays de plus en plus dictatorial et liberticide.

On lâche rien !

/Bertrand






CŒUR DE BOXEUR : LA VÉRITÉ SUR CHRISTOPHE DETTINGER - AVEC ANTOINE PEILLON



EXIGEONS L'AMNISTIE DES GILETS JAUNES : SIGNEZ LA PÉTITION : LIEN

lundi 6 mai 2019

Pierre Jovanovic : la nouvelle revue de presse



Poleco n°214

Donbass 2019 : passeport pour la Russie ! [Xavier MOREAU]



- Procédure accélérée pour les Russes et les Malorusses du Donbass

- Vers une double-citoyenneté pour les Russes et les Ukrainiens ?

- Les Dontchanines sous la protection de la Russie

- Sauve-qui-peut des nazis ukrainiens

- Soutenez l'action humanitaire de "Ouest-Est" dans le Donbass : LIEN

Mireille Perrier : «Je salue leur courage tous les samedis»



Entretien du 6/5/2019 avec Mireille Perrier, comédienne et signataire de la tribune «Gilets jaunes : Nous ne sommes pas dupes !». Elle était invitée sur le plateau de RT France pour s'expliquer sur sa décision de signer cette tribune, aux côtés de 1 400 autres artistes français.

L’APPEL DES ARTISTES, CRÉATEURS ET CRÉATRICES : LIEN

PITIÉ-SALPÊTRIÈRE : DEUX JEUNES FILLES INTERPELLÉES TÉMOIGNENT



"Ils m'ont fait auditionner à 4 heures du matin. Ils m'ont dit que l'avocate était partie sans me voir, alors qu'elle avait demandé à me parler. On m'a traitée de sale conne, de bouffonne... Je pouvais pas boire. C'était humiliant, les conditions d'hygiène étaient déplorables."

Le Média

dimanche 5 mai 2019

Débat Étienne CHOUARD / Olivier DELAMARCHE : Ils ne sont pas d'accord ...



Étienne CHOUARD et Olivier DELAMARCHE se rencontrent pour par parler de la création monétaire, de la dette et de la souveraineté du peuple en économie.

Un premier débat passionnant avec des visions très différentes !

Grand Angle

samedi 4 mai 2019

Après un 1er mai tendu, les Gilets jaunes à nouveau dans la rue pour l’acte 25



François Boulo sur Castaner : "un tel mensonge d'Etat ne peut pas rester impuni"


Le gilet Jaune François Boulo revient sur le mensonge d'Etat gravissime de Christophe Castaner à propos de la fausse attaque de l'Hôpital Pitié-Salpêtrière et demande la démission du ministre de l'Intérieur totalement discrédité.

1er Mai: un policier introduit sa matraque dans le pantalon d'un manifestant (vidéo) : LIEN

Des policiers frappent et enferment des manifestants dans une cave à cigare le 1er Mai :


"Des CRS nous ont fait mettre à genoux, mains sur la tête, sinon on prenait des coups de matraque" :

vendredi 3 mai 2019

Intrusion 1er Mai : «Heureusement que le portail s'est ouvert sinon il y aurait eu des morts comprimés»



Entretien du 03/5/2019 avec Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l'hôtel-Dieu AP-HP. Sur le plateau de RT France, il réagit à l'intrusion, qualifiée d'«attaque» par Christophe Castaner, dans l'enceinte de l'hôpital la Pitié Salpêtrière à Paris, lors des manifestations du 1er Mai.

VOIR AUSSI :
Jacques Leuleu, 67 ans, retraité EDF : "Il était évident que nous n'étions pas venus pour attaquer [l'hôpital]" : LIEN

La vérité sur la fausse attaque de l'Hôpital par les manifestants du 1er Mai : LIEN

[En Marche vers la dictature ?] Fichage des gilets jaunes hospitalisés : LIEN

Jacques Leuleu, 67 ans, retraité EDF : "Il était évident que nous n'étions pas venus pour attaquer [l'hôpital]"


Là-bas si j'y suis : première réaction des gardés à vue de la #PitieSalpetrière . Jacques Leuleu, 67 ans, retraité d'EDF : "Il était évident que nous n'étions pas venus pour attaquer [l'hôpital]"
(coquille vidéo: "en GAV depuis mercredi*")

Intrusion à la Pitié-Salpêtrière : les manifestants voulaient "se protéger"

"Ils ne voulaient pas casser mais se protéger" dans l'hôpital qui est "un lieu sécurisé", indique Christophe Prudhomme, médecin urgentiste et délégué CGT.
(A ne pas rater pour la réaction de l'animatrice de RTL (on ne peut pas l'appeler journaliste) qui est tellement animée par sa haine des gilets jaunes qu'elle ne peut pas admettre qu'une autre version de l'histoire que celle de Castaner soit possible...)

jeudi 2 mai 2019

Live à l'extérieur de l'ambassade équatorienne à la suite de l'audience sur Julian Assange

LE SCANDALE ARJOWIGGINS – Les Reportages de Vincent Lapierre

La vérité sur la fausse attaque de l'Hôpital par les manifestants du 1er Mai


1er Mai 2019 : Pourchassés par une répression ultra-offensive et aveugle, pour se protéger des charges incessantes et des gaz lacrymogènes, des Gilets Jaunes se réfugient dans l'enceinte de l’Hôpital Pitié-Salpêtrière. Il s'en suivra une intervention brutale des CRS pour les déloger dans une panique indescriptible.
Les médias raconteront ensuite que des GJ factieux assoiffés de violence ont "attaqué" un service de réanimation alors qu'en réalité, ils cherchaient seulement à se réfugier dans les couloirs.




Un soignant de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière contredit les mensonges de Castaner

mercredi 1 mai 2019

Julian Assange condamné à 50 semaines de prison à Londres


Julian Assange, reconnu coupable d'avoir violé les conditions de sa liberté provisoire en se réfugiant à l'ambassade d'Equateur à Londres pendant sept ans, a été condamné par un tribunal britannique à 50 semaines de prison.

Ce 1er mai, un tribunal londonien qui se prononçait sur la peine du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, reconnu coupable de violation de ses conditions de liberté provisoire après s'être réfugié pendant sept ans dans l'ambassade d'Equateur à Londres, l'a condamné à 50 semaines de prison.
Julian Assange comparaîtra également le 2 mai lors d'une audience cette fois consacrée à la demande de Washington de l'extrader vers les Etats-Unis, où il est accusé de «piratage informatique». Mais, ce 1er mai, c'est sa soustraction à la justice qui intéresse le tribunal de Southwark, à Londres, où il est arrivé poing levé, barbe rasée, dans un fourgon de police sous les cris de «Honte au Royaume-Uni !» ou «Honte à L'Equateur qui a vendu Assange pour de l'argent !» lancés par ses soutiens. Un autre tenait une pancarte réclamant «Libérez Assange !»
Lire la suite : LIEN

1er Mai : Le peuple de France dans la rue pour le "Benalla Day"


Paris (RT France)


Paris (Global News)



Plus de 300 personnes mortes d'épuisement dans les bureaux de votes en Indonésie



Les élections indonésiennes se sont tenues le 17 avril dernier. 193 millions de personnes ont voté, le même jour, pour élire leur nouveau président mais aussi leurs représentants nationaux et régionaux. Au moins 300 personnes chargées du dépouillement sont mortes d’épuisement.

Samedi 27 avril Gilets Jaunes Dansants [ISADORA DUNCAN]