vendredi 22 juillet 2016

Effet Boomerang : Le discours de Michelle Obama "plagié" par Melania Trump était lui-même un plagiat!


Après le discours de celle qui pourrait bien devenir la prochaine "First Lady", Melania, la sublime épouse du désormais candidat républicain Donald Trump, lors de la convention du "Grand Old Party" (GOP) de Cleveland, tous les médias français sans exception se sont empressés de reprendre avec enthousiasme le "lièvre" soulevé par les conseillers en charge de la communication de campagne de la rivale démocrate de son mari.

Il est piquant de constater que l'équipe de campagne d'Hillary Clinton, semble-t'il en panne d'imagination, réutilise contre Trump aujourd'hui les mêmes recettes de manipulation médiatique dont elle avait déjà usé en 2008, lors de la primaire démocrate contre Barack Obama (en vain cependant, puisque cela ne lui évita pas une cuisante défaite).

En effet, alors qu'à l'époque Obama avait, grâce à son éloquence, pris nettement le dessus sur Hillary Clinton dans la course à l'investiture démocrate, Clinton déclara que le bilan d'Obama était "Juste des mots". Obama répondit alors par un discours dont le refrain était "Ne me dites pas les mots ne comptent pas." Le directeur de campagne de Clinton Howard Wolfson accusa aussitôt Obama de "Plagiat" pour avoir repris cette phrase de l'ancien Gouverneur du Massachussets Deval Patrick. L'équipe d'Obama ne chercha même pas à réfuter l'accusation et préféra citer des phrases qu'Hillary Clinton avait "emprunté" à Obama.
Les médias officiels et blogueurs de gauche français prirent alors unanimement la défense d'Obama.

Cette "tradition" d'accusation de plagiat se perpétue dans le temps puisqu'en 2016, les supporters de Bernie Sanders, furieux, ont accusé Clinton d'avoir plagié des phrases de leur candidat, et menacé de lui "réclamer des droits d'auteur", allant jusqu'à lancer sur Twitter le hashtag #StealtheBern.

Par ailleurs, on notera que l'actuel Vice-président Joe Biden a lui aussi connu quelques problèmes de "plagiat".

Mais le plus drôle est que Michelle Obama elle-même fut accusée en 2008 de plagiat par des blogueurs précisément pour le discours que les médias accusent aujourd'hui Melania Trump d'avoir plagié sur elle!

Syndrome de"l'arroseur arrosé"ou "effet Boomerang", on appellera cela comme on voudra, mais il faut reconnaitre que les campagnes électorales américaines nous offrent avec une constance impressionnante une inépuisable source de gags ridicules... (Toujours complaisamment relayés sans la moindre vérification par les médias officiels français)

-Bertrand Riviere d'après Breitbart

1 commentaire:

  1. Sans la coiffure adéquate, la Michelle trans est d'un moche !

    RépondreSupprimer