mardi 28 février 2017

Actus du Blogue #3 : Des gaffes et des dégâts aux oscars (et aux césars)

Félicitations! Grâce à leur victoire dans la catégorie "meilleur documentaire",
les Casques Blancs deviennent la première organisation terroriste à recevoir un Oscar 
Pour commencer ce N°3 des Actus du Blogue, je tiens à remercier les internautes qui m'ont témoigné leur soutien au cours des derniers mois, Claude, Olivier N., José, Jeanine, Pierre, Olivier P., Philippe, Joseph, "Goblin", Magdalena et les autres, sans vous, le Blogue ne pourrait tout simplement pas exister et continuer sa progression incroyable, actuellement à un rythme de croisière entre 90.000 et 110.000 visiteurs/mois, ce qui est tout simplement énorme. Un grand merci à vous tous.

Le "raciste" Donald Trump surpris en train de donner 100$ de pourboire
à un serveur latino.
L'actu mondiale est de plus en plus folle et il serait mortellement fastidieux de répertorier toutes les absurdités que nous avons la chance de contempler tous les jours. Je retiendrais la cérémonie des Oscars de la pensée "politically correct" au cours de laquelle les personnalités présentes (abusivement qualifiés de 'stars', terme totalement galvaudé) se sont livrées à un "Trump Bashing Challenge" ahurissant, pour savoir qui serait le convive le plus anti-Trump de la soirée. Comme l'intéressé l'a lui-même noté, l'esprit de tous ces ultra-privilégiés était tellement accaparé par leur cible politique qu'ils se sont lamentablement plantés au moment de décerner la récompense suprême, se trompant de navet insipide.

Ils ne se sont pas trompés en revanche, en attribuant l'oscar du meilleur documentaire à l'organisation des "Casques Blancs" notoirement connus pour ses liens étroits avec le terrorisme djihadiste (Voir photo ci-dessus).

Au centre, l'avenir du journalisme, sur les cotés, l'avenir du cinéma
Notre pâle imitation française, pompeusement baptisée "soirée des césars" ne fut pas en reste en décernant le prix du meilleur "espoir féminin" à l'improbable twitteuse Oulaya Amamra, posant ici en photo aux cotés de l'inénarrable Mehdi Meklat, autre phénomène de foire sur Twitter. Tout ce petit monde étant soigneusement protégé de la vindicte populiste par la grande famille du show-biz et des médias qui les couve amoureusement tels des oisillons encore dans leur nid.

Comment conclure ce billet d'humeur sans mentionner Madame le Maire de Paris Anne Hidalgo, ce phare de la pensée progressiste qui, en visite au Japon, a fustigé les "propos inamicaux" (!) du président Trump pour avoir simplement déploré un fait pourtant évident (Paris n'est plus Paris) alors qu'elle l'avait elle-même copieusement insulté, le qualifiant publiquement de personne "stupide", pendant la campagne électorale US, un propos probablement considéré comme "amical" dans le lexique socialiste.


Vous pouvez me rejoindre sur FACECROOKTWITTERGAB et vous abonner à ma chaine YOUTUBE

Ceux d'entre vous qui peuvent et qui souhaitent m'aider à continuer l'aventure du Blogue Noir de Brocéliande peuvent le faire via le bouton Paypal ci-dessous. Sachez que le moindre petit don, même de 5 ou 10 euros est précieux pour moi dans ma situation actuelle difficile. Une situation qui m'oblige a faire appel à la solidarité de mes lecteurs, ce que je n'avais auparavant jamais fait en huit ans d'existence (depuis 2008), le blog étant resté toujours gratuit et libre pour tous les lecteurs, ce qu'il restera de toute façon.
D'avance, merci à vous tous!

dimanche 26 février 2017

"PARIS N'EST PLUS PARIS" : HOLLANDE SE RIDICULISE EN VOULANT REPONDRE A TRUMP


Le lamentable pantin qui fait encore office de président en France a répondu à Donald Trump que sa phrase "Paris n'est plus Paris" était une "défiance envers un pays ami" (ha bon? Il me semble pourtant que c'est un simple constat de bon sens) et surtout il a dit (tenez-vous bien) : "Et je ne ferai pas de comparaison mais ici il n’y a pas de circulation d’armes, il n’y a pas de personnes qui prennent des armes pour tirer dans la foule".
Aucune arme ne circule dans les banlieues françaises et le 14 novembre 2015, selon notre adepte du scooter, il ne s'est rien passé à Paris, donc. Notez-le bien pour ne pas l'oublier. (Pour ceux seraient aussi largués que lui, le mec qui dit ça est président d'un pays sous état d'urgence depuis deux ans...)

BERTRAND SUR FACECROOK

samedi 25 février 2017

LE VRAI TRAVAIL DES MEDIAS : CONTROLER CE QUE VOUS PENSEZ (MSNBC)


(Trad. : Vincent Parlier)
Mika Brzezinski est la fille du célèbre Zbigniew Brzezinski, surnommé "Z Big", elle est aussi journaliste sur la chaîne américaine MSNBC.
Lors d'un débat à propos de la tendance de Donald Trump de 'court-circuiter' les médias mainstreams pour s'adresser directement au public grâce à Twitter, elle nous révèle benoîtement le sens profond du métier de journaliste en 2017 : contrôler ce que pense la population.

mercredi 22 février 2017

REPORTAGE EXCLUSIF : Le président Trump raconte n'importe quoi sur la Suède, pays le plus calme du monde! [VOSTFR]


Jimmy, correspondant en Suède pour l'émission américaine "Louder with Crowder" nous explique que, contrairement aux rumeurs propagées par le Président des Etats-Unis, la Suède, nouveau phare de la civilisation, est un pays convivial, en plein boom économique et où il fait bon vivre :


Un sketch de Steven Crowder traduit par Bertrand Riviere 
N'oubliez pas d'activer les sous-titres! 

lundi 20 février 2017

Nigel Farage : "L'UE n'a aucun avenir dans sa forme actuelle"


Avant le vote en faveur du CETA de la part de du parlement européen, Nigel Farage envoie une énième banderille : l'UE n'a aucun avenir dans sa forme actuelle car il ne respecte pas la volonté des peuples.
(Trad. : Agence Info Libre)

dimanche 19 février 2017

Alerte FAKE NEWS! Donald Trump n'a jamais parlé d'attentat en Suède, en voici la preuve [MàJ 20/02]


(L'extrait qui prouve que Trump n'a pas parlé d'attentat)

Les médias #FakeStream, "L'abberation" "l'Immonde", "Le Pharisien" "BFM Teubé" etc... S'excitent à présent sur le discours de Trump hier en Floride, dans lequel il aurait soi-disant "inventé un attentat en Suède"...



La vérité est que Trump n'a jamais parlé d'attentat, il a dit "avez-vous vu, hier soir, ce qui s'est passé en Suède? " (voir la preuve dans la vidéo ci-dessus)

Or il se trouve que ces derniers mois, les agressions et les viols se sont multipliés de façon dramatique en Suède et que la vieille, Fox News avait diffusé un extrait d'un reportage de Ami Horowitz à ce sujet. C'est bien entendu à cela que faisait référence Trump dans son discours et pas a un quelconque attentat inexistant.

Quelques exemples d'articles à propos de la situation en Suède :





Il lui a suffit de manquer de précision dans son propos et de ne pas spécifier explicitement de quoi il parlait pour que les médias #FakeNews se précipitent sur cette minuscule faille pour déformer son propos et en faire les gros titres.

Et après ils s'étonnent que le public ne leur fait plus confiance... 


[MàJ 20/02] Confirmation de J-B Cadier, correspondant de BFMTV aux USA :



VIDÉO HUMORISTIQUE DE STEVEN CROWDER (VOSTFR) : LIEN


ENORME! Des farceurs russes piègent les sénateurs McCain et Graham au téléphone et leur font parler des sanctions anti-russes et de Trump


(Pour une traduction [approximative] des sous-titres, activez la fonction sous-titres indiquée en bas à droite de la vidéo, puis la touche "paramètres" (en forme d'engrenage), cliquer sur "sous-titres" puis "traduire automatiquement" et enfin choisir une langue dans la liste)

Les deux farceurs de la radio russe bien connus Vovan et Lexus ont piégé le sénateur républicain McCain, farouche ennemi de Donald Trump et russophobe notoire, en se faisant passer au téléphone pour le Premier Ministre ukrainien Volodimir Groïsman et lui ont fait parler des sanctions contre la Russie et du président Trump.

Le faux Groïsman a également prévenu Mc Cain que les services secrets russes avaient préparé un "dossier secret" sur son "recrutement comme agent par l'Union Soviétique au moment de sa détention par le Viet-Cong pendant la guerre du Viet-Nam". Une histoire complètement absurde mais a propos de laquelle John Mc Cain s'est déclaré fort intéressé d'en savoir plus.

Mais nos deux farceurs ne se sont pas arrêté en si bon chemin :



Lexus et Vovan ont également piégé l'autre sénateur républicain férocement anti-russe Lindsay Graham, qui travaille de concert avec Mc Cain pour ranimer en permanence les braises du conflit contre la Russie.

Nos deux incorrigibles plaisantins se sont fait passer cette fois pour le président du parlement ukrainien (la Rada), Andrey Parubiy auquel, visiblement en totale confiance, le sénateur Graham a alors confié avoir l'intention de piéger le président Trump pour l'obliger, non seulement à maintenir les sanctions anti-russes mais même en rajouter de nouvelles!

N'étant pas un spécialiste en droit constitutionnel US, je ne m'avancerai pas trop à ce stade, mais il me semble qu'une obscure loi oubliée de 1799 (le "Logan Act") a été exhumée récemment pour pousser le Général Flynn, conseiller de sécurité nationale du président Trump à la démission pour avoir simplement échangé des informations non-classifiées avec un diplomate d'un pays tiers, ce que ne sont pas nos deux farceurs bien entendu, mais l'intention est bien la, malgré tout, et on dit souvent que c'est l'intention qui compte...

Tanguy Pastureau : "Made For Sharing", la France franglaise


Le slogan de la candidature de Paris aux JO de 2024 fait jaser, car il est en anglais, la langue de Shakespeare et la moitié de la langue de Jean-Claude Vandamme. La dernière fois que Paris a présenté sa candidature, c’était pour les jeux de 2012. On avait fait un film franchouille avec des boulangers faisant des anneaux olympiques en baguette, et on s’était viandé. Résultat, cette fois, les types se sont dit "Fini le français, on est nuls, fuck la France, on va penser global, start-up, cheeburger and my ass on the commode", et après quatre mois de brainstorming, ont pondu "Made for sharing".

On connaît le Made in China, qui signifie que le produit va casser sous 48h, voire exploser, le Made in France, qui signifie que le produit est cher et moche mais qu’il dure, là c’est le "Made for sharing", qu’en français, cette langue obsolète pour losers, on a traduit par "Venez partager". C’est aussi le slogan du Cap d’Agde, où, du 2 au 20 août, on partage Madame Martin, avec son accord ainsi que celui de Monsieur Martin, qui mate en se tirant le bambou comme un panda trop réveillé.

"Made for sharing" est à peu de choses près le slogan le plus débile de la terre, puisque ça ne veut rien dire, on se croirait à un meeting de Macron. Seulement, parmi les gonzes qui vont juger notre dossier, il y en a pas un qui cause français, donc s’ils n’ont pas Nelson Monfort pour traduire le machin, ils se disent "Ça y est, les cuisses de grenouilles imaginent encore qu’ils sont le centre du monde alors que la seule chose qu’ils ont réussi à exporter en 50 ans c’est Mireille Mathieu", et ils le font à la Trump, une gribouille, un coup de tampon sur le dossier, et c’est niet. Pourtant, en France, ce slogan est mal accepté. (...)

vendredi 17 février 2017

Les agences de renseignement sabotent la politique de Trump pour relancer la guerre froide selon un notable du parti DEMOCRATE


(traduction : Bertrand Riviere)

L'ancien député du parti Démocrate Dennis Kucinich (D-Ohio) répond sur la démission du général Michael Flynn comme conseiller de sécurité nationale du président Trump et la guerre ouverte entre la communauté de renseignement et Trump. Pour l'ex-député, l'objectif est clair : relancer la guerre froide (lucrative pour le complexe militaro-industriel) entre les Etats-Unis et la Russie. Selon lui, cette guerre entre les agences à trois lettres alliées au CMO et le pouvoir exécutif avait déjà commencé avant l'ère Trump puisque l'accord négocié avec la Russie par Obama sur la Syrie à l'automne 2016 a été sciemment saboté par le Pentagone au moyen d'une frappe qui a tué 100 soldats syriens quelques jours après la mise au point de l'accord, ce qui l'a fait capoter.

Bien qu'elle ait été diffusée sur Fox News, cette déclaration explosive de la part d'un haut responsable démocrate (donc non-suspect d'amitié pour Trump) n'a bien entendu pas été relayée par les médias mainstream aux Etats-Unis...

N'OUBLIEZ PAS D'ACTIVER LES SOUS-TITRES ET DE VOUS ABONNER POUR NE PAS RATER NOS PROCHAINES VIDEOS

jeudi 16 février 2017

Assad sur François Hollande : "Pour être franc, je ne me soucie aucunement de lui avec ses 11% de popularité, ce qui je pense s’appelle toucher le fond..."



Au moment où l'avenir de la Syrie se joue, avec des discussions qui reprennent jeudi à Astana, au Kazakhstan, entre le régime et des représentants des rebelles, autour de la Russie, de l'Iran et de la Turquie, Bachar Al-Assad a accordé mardi une interview exceptionnelle à Europe 1 et TF1, depuis Damas.


Retrouvez l'intégralité de l'interview de... par Europe1fr


Lors de cet entretien, le président syrien évoque également le rôle tenu par la France et les Occidentaux dans le conflit, qui depuis 2011, a fait plus de 300.000 morts.
  Transcription de l'interview : LIEN

lundi 13 février 2017

La liaison audio tombe en panne quand Bernie Sanders parle de "CNN fake News"


Sur CNN, la liaison est subitement coupée quand Bernie Sanders fait une blague sur "CNN fake news".

Bien entendu, Donald Trump n'a pas manqué de le faire remarquer dans un tweet : " Sur la chaine FAKE NEWS CNN, Bernie Sanders a été coupé pour avoir utilisé le terme Fake News pour décrire la chaîne. Ils ont parlé de difficultés techniques ! "





A noter que Twitter, à l'aide de ses algorithmes, censure allègrement les réponses aux tweets de Donald Trump qui lui sont favorables. Quand vous regardez les commentaires, vous ne voyez apparaître en premier que ceux qui le contredisent et ce n'est pas un hasard. 
Ce fait n'est d'ailleurs pas surprenant quand on sait que plusieurs utilisateurs favorables à Trump, comme le célèbre polémiste de Breitbart News Milo Yannopoulos, ont vu leurs comptes fermés durant la campagne sous des prétextes fallacieux, alors que des terroristes de Daech et autres émeutiers antifas publient toujours sur Twitter sans être inquiétés...

samedi 11 février 2017

Emmanuel Todd : "La France va vers une crise de régime"

Emmanuel Todd Crédits : ERIC FEFERBERG - AFP

Le Décodex du Monde, les présidentielles en France, la mondialisation, l'UE, Guilluy, Sapir, le protectionnisme, le Front National,  la guerre civile en cours aux USA entre les globalistes clintoniens et le "camp national" de Trump et le conflit à venir entre l'Allemagne et les USA sont quelques thèmes abordés par l'anthropologue et historien Emmanuel Todd à sa façon personnelle, toujours originale et dérangeante.

Entretien enregistré le 10/02/2017



France Culture

Sur le front du Donbass : La réponse de Zakharchenko aux menaces d'assassinat du régime ukrainien


Interview d'Alexandre Zakharchenko, chef le la République de Donetsk (DNR) quelque part sur la ligne de front du Donbass, le 9 février 2017.
N'OUBLIEZ PAS D'ACTIVER LES SOUS-TITRES EN FRANÇAIS.

Pour en savoir plus sur les assassinats terroristes du régime de Kiev :

Donbass : Le légendaire officier de l'armée de la RPD "Guivi" tué dans un attentat


Ukraine/Donbass : Zakharchenko : "Le meurtre de Motorola par les forces ukrainiennes est une déclaration de guerre"


vendredi 10 février 2017

Presidentielle 2017 : Fillon, Macron ou Le Pen ? L’analyse de Jacques Sapir


Fillon trahi par les siens ou attaqué par l’Elysée, Macron «pas encore sorti du bois», Marine Le Pen «relativement prévisible» – l’économiste Jacques Sapir décrypte les tenants et aboutissants de la campagne présidentielle 2017.

Source : RT

mercredi 8 février 2017

Réponses du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à l'agence de presse TASS, Moscou, 7 février 2017



Question: Quels moyens existent pour influencer la situation actuelle dans le Donbass? Peut-être une réforme de la mission de l'OSCE? Au cours de leur entretien d'aujourd'hui, le Président russe Vladimir Poutine et la Chancelière allemande Angela Merkel se sont mis d'accord pour accélérer l'organisation des contacts dans le cadre du Format Normandie et au niveau des ministres des Affaires étrangères.

Sergueï Lavrov: Il n'existe qu'une seule recette. Personne ne remet en question la viabilité et l'absence d'alternative aux Accords de Minsk. Ce n'est pas une façon de parler, mais une vérité première. Rien de mieux n'a été inventé. Si quelqu'un espère que les problèmes de l'Ukraine pourront être réglés simplement en rétablissant le contrôle total du régime actuel dans le Donbass, c'est une illusion et tout le monde en Europe en est conscient, y compris Paris, Berlin et Bruxelles. Washington a commencé à le comprendre déjà sous l'ancienne administration. Il ne sera pas possible d'échapper à une délégation des pouvoirs en parfaite conformité avec les Accords de Minsk. Le Format Normandie s'occupe actuellement de la préparation d'une "feuille de route" qui assurera une action synchronisée et harmonisée sur tous les points des Accords de Minsk pour renforcer le régime de sécurité et promouvoir les réformes politiques. Ces processus doivent avancer "main dans la main".

Je ne crois pas que nos partenaires occidentaux ignorent tous les subterfuges utilisés par les autorités ukrainiennes pour trouver un prétexte afin de ne pas remplir les Accords de Minsk. Le Président russe Vladimir Poutine en a parlé en détail. Il s'est très franchement exprimé à ce sujet pendant sa conférence de presse à Budapest. Toutes ces appréciations ont été entendues et personne ne les a réfutées. De plus, dans les médias comme Radio Free Europe/Radio Liberty (RFE/RL) et récemment dans le magazine Foreign Policy (tous ces médias sont financés entre autres via le Département d’État américain) on a pu lire directement que la dernière escalade était avantageuse avant tout pour le régime de Petro Porochenko car elle lui permettait de détourner l'attention de sa propre incapacité à remplir ses engagements dans le cadre des Accords de Minsk et lui donnait l'opportunité de persuader l'administration Trump que la Russie était responsable de tout. Cette provocation n'a pas fonctionné. Vous connaissez la position qu'a adoptée le Président américain Donald Trump, qui a déclaré qu'il voudrait tirer toutes les choses au clair en Ukraine et comprendre comment se comportaient les parties. Je pense que c'est déjà un grand progrès par rapport à l'administration Obama qui essayait de tout exiger de notre part, tout en protégeant par tous les moyens Petro Porochenko.

Question: Dans quelle mesure l'adhésion des USA au processus de paix syrien est-elle envisageable? Peut-on imaginer que le précédent établi par les Américains quand ils ont fourni à notre aviation les coordonnées de Daech en Syrie puisse déboucher sur une coopération militaire à part entière?

Sergueï Lavrov: Premièrement, nous verrons encore quel sera le fond des actions concrètes de l'administration de Donald Trump. Actuellement cette dernière s'occupe activement de la formation des structures appropriées au Département d’État, au Conseil de sécurité nationale et au sein d'autres services de l'administration. Nous sommes en contact avec les personnes qui ont déjà été nommées. Nous pensons que dès qu'ils termineront le processus de formation des services dans tous les organismes du pouvoir liés à la politique étrangère, nous pourrons entamer un dialogue normal et alors nous saurons mieux dans quelle mesure nous pouvons coopérer. Mais il est déjà clair que la position ferme de Donald Trump sur la priorité de la lutte contre le terrorisme, contre Daech, se reflète favorablement sur la situation générale, sur la formation d'un front antiterroriste commun dont parlait le Président russe Vladimir Poutine en 2015 déjà à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies.

En ce qui concerne les actions concrètes pour coordonner les efforts antiterroristes: dès le premier jour d'intervention de l'aviation russe contre les cibles terroristes en Syrie à l'invitation du gouvernement et du président légitime de ce pays, nous avons proposé aux Américains - sous l'administration de Barack Obama, qui était à l'époque depuis presque un an à la tête de la coalition qui apportait un soutien aérien à l'Irak dans la lutte contre les terroristes et qui avait commencé de son propre chef et sans invitation à travailler dans le ciel syrien - de coordonner ces actions. Le gouvernement syrien n'y était pas opposé. A l'époque, il y avait une très bonne opportunité au stade initial d'assurer une lutte plus efficace contre Daech, le Front al-Nosra et consorts. A l'époque, pour des raisons purement idéologiques, les Américains avaient renoncé à la coordination tout en acceptant un "deconflicting", c'est-à-dire un accord sur des procédures d'évitement d'accidents dans les airs entre nos aviations. Ces procédures ont été mises en place, même si nous avons passé plus d'un mois à les mettre au point. Elles fonctionnent jusqu'à présent. Mais toujours, à toutes les étapes, y compris pendant le "marathon" de l'an dernier entre l'ex-Secrétaire d’État américain John Kerry et moi et entre nos militaires qui a débouché sur un document concret pour la coordination des actions qui a finalement été rejeté par l'administration américaine, nous avons proposé, hormis les procédures d'évitement des accidents, de mettre en place une coordination réelle pour se concerter sur les cibles et attaquer les positions des terroristes.

Le fait qu'en dépit des négociations de plusieurs mois conclues par un accord à ce sujet, l'administration de Barack Obama n'a pas rempli ces accords alors que dès ses premiers jours de travail à la Maison blanche l'administration de Donald Trump s'est engagée à une action - une seule pour l'instant mais concrète - en matière de la lutte contre Daech, permet de voir la différence entre les deux administrations à la Maison blanche. D'après moi, l'administration actuelle est bien moins idéologisée et vise bien plus un résultat concret qui, je pense, avec une telle approche, sera bien plus significatif et conséquent.

Donbass : Le légendaire officier de l'armée de la RPD "Guivi" tué dans un attentat



Zakharchenko sur le meurtre de Guivi : "L'Ukraine est devenue une organisation terroriste car elle est incapable de vaincre nos forces sur le terrain, alors ils nous assassinent un par un. Je dis aux autorités ukrainiennes en place :" vous ne pourrez pas nous tuer tous, et même morts, nous irons vous pourchasser pour vous détruire. vous venez juste vous-même de nous en donner le droit légitime."... et je considère que les instances internationales devraient officiellement classer l'Ukraine comme organisation terroriste.":



lundi 6 février 2017

Autopsie d'une trahison d'état : Comment Emmanuel Macron a vendu Alstom aux américains

Un message subliminal est caché dans cette image. Saurez-vous le retrouver ?

Extrait de l’émission Spécial Investigation du 9-11-2016 : "Anti-corruption, l'arme fatale américaine", expliquant le rôle d'Emmanuel Macron dans la vente d'Alstom à Général Electric alors qu'Arnaud Montebourg avait bloqué la vente par décret :

Un éléphant ça Trump énormément... 100% Econoclastes n°01


L'arrivée du Président américain sur la scène mondiale fait l'effet d'un éléphant dans un magasin de porcelaine. Il va y avoir de la casse !

Avec Philippe Béchade, Pierre Sabatier, Olivier Delamarche, Olivier Berruyer, Pierre Conesa et Jean-Pierre Corbel.

dimanche 5 février 2017

Nigel Farage : "Si j'ai tort, vous pouvez me virer de ce parlement aujourd'hui!"


Nigel Farage, leader du parti UKIP expose l'hypocrisie des parlementaires européens qui critiquent Donald Trump sur le décret anti-immigration alors que la liste des pays avait été établie par son prédécesseur.

Pour en savoir plus :

Le vrai visage des manifestants anti-Trump que les médias français ne veulent pas vous montrer [Vidéos]

Le KKK propose son aide aux antifas de Berkeley pour lyncher la liberté d'expression

Le campus de l’Université de Berkeley a pris des allures de champ de bataille. Des milliers de manifestants ont chassé à coups de bâton les supporteurs de Donald Trump venus assister à la conférence de Milo Yannopoulos, qui a dû être annulée.
La venue de l’éditorialiste de Breitbart News, Milo Yannopoulos, pour une conférence à l’université de Berkeley en Californie a créé une émeute. Des milliers de manifestants, scandant « faites-le taire », ont brisé des vitres sur le campus, mis le feu à des palettes en bois et jeté des pierres sur la police, qui a répondu par des tirs de gaz lacrymogène. La police a bouclé le périmètre et l’université a finalement annulé en début de soirée la conférence qui devait se tenir à guichets fermés.


Les protestations ont rapidement pris une dimension violente, des supporteurs de Donald Trump se faisant agresser, sans raisons apparentes. Une jeune fille, entourée de manifestants antifascistes, a par exemple reçu un coup de bâton en provenance de la foule anonyme. Une autre s’est fait asperger de gaz au poivre alors qu’elle donnait une interview.








Young girl doing nothing, has head smashed with a pole then she's tear gassed by  hello @ucdp_cal @UCBerkeley 








My friend was giving an interview when some coward peppersprayed her 

Les personnes venues assister à la conférence ont été prises pour cible, se faisant frapper par la foule et ont parfois été contraintes de fuir.








Antifa are out of control attacking people and setting off fires.

Les activistes ont également dégradé une pharmacie proche du campus, avec des inscriptions telles que « Tuez les fascistes » ou encore « Tuez Trump ». Un distributeur de billets de banque a été vandalisé, à coups de batte de baseball, et des installations du campus détruites.








Just toppled a light pole. Craziest protest I've seen in Berkeley by far. Crowd fast turning violent.
Milo Yannopoulos n’a jamais caché son soutien à Donald Trump. Figure de la droite américaine et ouvertement homosexuel – il a été nommé personnalité LGBQT de l’année 2016 – il se définit comme un « fondamentaliste de la liberté d’expression » et se distingue par ses propos résolument politiquement incorrects. Il a réagi sur son compte Facebook, en disant que la gauche était « absolument terrifiée par la liberté d’expression et faisait tout pour y mettre fin ».
Le groupe qui est à l’origine de l’invitation de l’éditorialiste, le « Berkeley College Republican », a regretté de voir la liberté d’expression « morte », et que « le succès [des manifestants] [était] une défaite pour la société civilisée et le libre échange d’idées sur un campus universitaire ».

Le président Donald Trump a réagi aux incident via Twitter le 2 février, menaçant l’université de Berkeley de couper ses subventions fédérales si elle ne permettait pas la liberté d’expression en son sein, et tolérait des actes de violence envers des personnes qui ont un avis différent.


If U.C. Berkeley does not allow free speech and practices violence on innocent people with a different point of view - NO FEDERAL FUNDS?
source

MàJ : Merci les antifas! 
Suite aux émeutes qu'ils ont provoqué à Berkeley pour empêcher Milo Yiannopoulos d'y tenir une conférence devant 200 personnes, son livre "Dangerous" est passé en tête des ventes sur Amazon.
Ces abrutis sont décidément une source de divertissement absolument inépuisable.
PS : on remarque en passant que le 2eme au classement est... 1984 d'Orwell. LOL