samedi 30 avril 2016

Un journaliste en colère dit la vérité! [VOSTFR]



"Les musulmans sont mauvais, la Chine est mauvaise, mais pas aussi mauvaise qu'avant et la Russie est toujours mauvaise", c'est ainsi qu'un "journaliste" britannique présente la position actuelle du Royaume-Uni concernant les affaires étrangères. Le comédien britannique Jonathan Pie ironise sur la manière dont les médias de son pays couvrent les événements politiques, dans cette vidéo à la façon des célébrissimes Monty Python.


vendredi 29 avril 2016

Les recettes de Z Big pour maintenir l'hégémonie impériale US


Le politologue américain célèbre, Zbigniew Brzezinski, a épouvanté l’humanité une fois de plus en disant que «la fin du rôle global de l’Amérique […] serait très probablement le chaos mondial». Pour éviter cela, le partisan de l’hégémonie américaine des États-Unis a suggéré un réalignement mondial. C’est le nom de son article dans la revue The American Interest. Alors, quel est l’intérêt américain selon Brzezinski ?

Pour résumer brièvement le contenu de l’article de Brzezinski, cela se ramène à deux thèses:

1) Les États-Unis ne sont plus une puissance impériale mondiale.

2) L’effondrement de l’hégémonie impériale des États-Unis entraînera probablement le chaos.

Pour permettre aux États-Unis de maintenir leur pouvoir, Brzezinski propose plusieurs recettes :

a) Faire œuvrer les principaux rivaux géopolitiques de l’Amérique – la Russie et la Chine – pour les intérêts américains en utilisant la crise au Moyen-Orient, qui est supposée représenter une source de menaces commune aux trois pouvoirs. «L'Amérique ne peut être efficace dans le traitement de la violence actuelle au Moyen-Orient que si elle forge une coalition qui implique, à des degrés divers, la Russie et la Chine.» [...] «La perspective politique de la Chine dans un proche avenir est de devenir le principal partenaire de l'Amérique pour contenir le chaos mondial, du genre de celui qui se répand à partir du Moyen-Orient – y compris vers le nord-est. Si ce dernier n'est pas empêché, il contaminera la Russie méridionale et ses territoires de l'Est, ainsi que les parties occidentales de la Chine.»

b) Faire travailler le monde islamique pour les intérêts américains. Pour ce faire, Brzezinski rappelle une fois de plus sa doctrine du réveil démocratique mondial, qui justifie la participation des États-Unis dans les Printemps arabes. L’essentiel est simple : utiliser les forces anti-américaines pour renforcer la domination par différents mécanismes d’influence directe et d’infiltration. Brzezinski déclare qu’une attention particulière devrait être portée aux masses du monde non occidental nouvellement éveillées à la politique, et cela ne peut se comprendre que dans le contexte de sa théorie de l’éveil démocratique mondial. L’émergence d’ISIS dans le monde islamique – et avant cela les révolutions de couleur des Frères musulmans – peut être considérée comme l’application pratique de cette stratégie particulière. Étrangement, ces forces créent des problèmes à tout le monde, sauf aux États-Unis.

c) Maintenir la présence militaire américaine au Moyen-Orient par tous les moyens. Le texte indique que c’est crucial pour les États-Unis, le retrait signera immédiatement l’effondrement de l’hégémonie américaine : «Un retrait complet des États-Unis du monde musulman, favorisé par les isolationnistes américains, pourrait donner lieu à de nouvelles guerres (par exemple, Israël contre l'Iran, l'Arabie saoudite contre l'Iran, une intervention égyptienne majeure en Libye) et générerait une crise de confiance encore plus profonde pour le rôle stabilisateur de l'Amérique dans le monde. De façon différente, mais radicalement imprévisible, la Russie et la Chine pourraient être les bénéficiaires géopolitiques d'un tel développement, alors même que c'est l'ordre mondial lui-même qui sera la victime géopolitique immédiate. Last but not least, dans de telles circonstances, une Europe craintive et divisée verrait ses états membres actuels chercher des parrains et se concurrencer les uns les autres, dans des arrangements distincts avec les trois grandes puissances.»

En d’autres termes, Brzezinski propose la stratégie suivante, où le Moyen-Orient joue un rôle clé :

1. Fomenter le chaos et la guerre dans la région, en se fondant sur la force du réveil démocratique mondial.

2. Déclarer la guerre au terrorisme et en transférer la charge sur la Russie et la Chine, en les attirant dans un conflit sans espoir dans la région.

3. Maintenir ou même augmenter sa présence militaire sous le prétexte de préserver la stabilité au Moyen-Orient.

Bien sûr, tout cela est masqué par les thèses de la lutte contre le terrorisme et l’attention accordée à la souffrance des musulmans et des habitants du Tiers-Monde en général, en invitant à participer les principaux acteurs de la crise sur l’échiquier moyen-oriental de l’Eurasie – la Russie, la Chine, l’Iran, la Turquie, Israël, l’Égypte, l’Europe, et l’Arabie saoudite. Le prétexte est qu’ils sont tous intéressés à la résolution du conflit, mais en fait, cela ne fera que conduire à des conflits d’intérêts et augmentera le chaos.

«La menace globale du terrorisme islamique» n’est pas une menace en elle-même. Les États-Unis n’ont été gravement touchés par l’islamisme qu’une seule fois dans leur histoire, le 11 septembre 2001. Aux États-Unis, les musulmans représentent environ 1% de tous les citoyens, par opposition aux populations musulmanes de plusieurs millions en Russie et en Chine. Et contrairement à ces deux pays, il n’y a aucune région aux États-Unis où la menace islamiste du séparatisme peut émerger.

Les États-Unis sont séparés de la région du conflit par l’océan Atlantique. Ainsi, ils peuvent se permettre de jouer sur deux tableaux à la fois – soutenir secrètement les extrémistes et combattre le terrorisme, entraînant la Russie et la Chine dans le conflit, affaiblissant aussi, par la suite, le monde islamique.

L’Amérique espère utiliser les extrémistes islamiques, qu’elle a formés et équipés, pour réengager la Russie dans son orbite – probablement après Poutine. Ainsi c’est la menace de l’islamisme qui sera utilisée pour enrôler la Russie dans un système centré sur l’Amérique. Brzezinski a ouvertement déclaré que cette stratégie pro-occidentale repose sur le nationalisme russe, ou sur la transition de l’expansionnisme impérial de l’idéologie byzantine en Russie vers la notion d’une bourgeoisie nationale russe, du type des États européens, dans le cadre du monde occidental : «Le propre avenir de la Russie dépend de sa capacité à devenir un État-nation important et influent faisant partie d'une Europe unifiée.»

Il est significatif que Brzezinski, selon la tradition géopolitique classique, considère la Russie comme l’ennemi principal des États-Unis et non pas la Chine : «Et voilà pourquoi il incombe aux États-Unis de façonner une politique dans laquelle au moins l'un des deux États potentiellement menaçants devient un partenaire pour la recherche de la stabilité régionale puis mondiale, et donc en contenant le rival le moins prévisible, mais potentiellement le plus susceptible d'aller trop loin. Actuellement, le plus probable est la Russie, mais à plus long terme, ce pourrait être la Chine.» (...)

Lire la suite : Le Saker Francophone

ONU : Le Conseil de sécurité refuse d’enquêter sur le massacre d'Odessa

Londres, le 2 mai 2016 , grand rassemblement devant l'ambassade d'Ukraine : Justice for Odessa

Les membres du Conseil de sécurité de l'Onu ne sont pas parvenus à un consensus sur le projet élaboré par Moscou appelant à appliquer les accords de Minsk et à mener une enquête sur le massacre perpétré dans la ville ukrainienne d'Odessa.

Lors de la première réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation en Ukraine, l'ambassadeur de Russie aux Nations unies Vitali Tchourkine a donné lecture des deux points essentiels de la résolution: le "plein respect" de l'ensemble des mesures des accords de Minsk le plus tôt possible ainsi que la "nécessité d'accélérer l'enquête" sur les événements tragiques d'Odessa en vue de trouver les responsables.

"Nous proposons d'examiner immédiatement ce texte dans un esprit de transparence", a déclaré le diplomate.

L'ambassadeur a souligné que réaliser l'ensemble des mesures des accords de Minsk était l'"objectif principal à l'heure actuelle" et l'unique moyen de "régler le conflit dans le Donbass et de résoudre tous les problèmes connexes". Abordant les événements du 2 mai 2014 à Odessa, M.Tchourkine a exhorté les membres du Conseil de sécurité à "ne pas perdre de vue ce sujet tragique".

Les délégations ukrainienne, américaine, britannique et française ont rejeté le projet de résolution de la Russie. L'adjoint ambassadeur des Etats-Unis à l'Onu Michelle Sisson a exprimé la volonté du pays de travailler sur ce projet s'il reflétait la situation générale en Ukraine qui "s'est détériorée suite aux actions de la Russie". De son côté, le représentant de Royaume-Uni a noté que le document promu par Moscou ne traitait pas le cas de la pilote ukrainienne Nadejda Savtchenko et la situation en Crimée.

A l'issue de la réunion, l'ambassadeur de Russie a indiqué que "les Américains et les Anglais ont empêché sans vergogne d'adopter le communiqué que nous proposions".

"Quand les Américains commencent à dire +il n'y pas ça et ça+, c'est drôle. Parce qu'il y a un ensemble de mesures et on doit l'appliquer. Ils (les Etats-Unis, ndlr) n'ont pas participé à l'élaboration de l'ensemble des mesures", a-t-il noté.

"Nos amis américains, bien sûr, se sont montrés dans toute leur splendeur cette fois-ci. Ils disent sans cesse +nous voulons contribuer de façon constructive à la réalisation+, mais quand vient le moment d'agir, ils lancent des signaux et des déclarations complètement différents", a ajouté le diplomate.

Le 2 mai 2014, 48 membres et partisans du mouvement Antimaїdan ont trouvé la mort dans un incendie criminel à Odessa après s'être réfugiés dans la Maison des syndicats dans le sillage de leur confrontation avec les manifestants pro-européens. Plus de 250 personnes ont été blessées dans la tragédie.
Sputniknews

mercredi 27 avril 2016

Jacques Sapir à Moscou s'exprime sur le TAFTA et les présidentielles


En visite à Moscou, Jacques Sapir était sur le plateau de la chaine RT pour parler du traité transatlantique et des élections présidentielles de 2017 en France.


Le couple de retraités français convié par Poutine à Moscou fait part de ses émotions


Jean-Claude et Micheline Magué ont offert les décorations militaires familiales au soldat russe [d'origine ukrainienne!NDLR]Alexandre Prokhorenko, mort en héros en Syrie. En remerciement, ils ont été invités à Moscou pour assister au défilé du Jour de la Victoire. Les deux retraités racontent leur histoire.




Irak : La réalité du combat pour Daech [VOSTFR]


Les images de cette vidéo ont été filmées par un combattant de EI/Daech/ISIS qui est décédé en Mars en luttant contre les troupes de peshmergas kurdes dans le nord de l'Irak. L'affrontement a eu lieu à environ 50 km au nord de Mossoul.

Contrairement à la propagande habituelle de EI, qui préfère montrer des images glorieuses de victoires écrasantes sur le champ de bataille, cette vidéo montre le chaos, la panique, l'incompétence du commandement et une armée en retraite.





Pour corroborer la déliquescence de la situation de l'EI :

Terrorisme : l'Etat islamique tue 45 de ses soldats en les enfermant dans des chambres froides mortuaires 
Après la mort atroce des combattants, leurs corps ont été exhibés le long de la route en guise d'avertissement pour ceux qui envisageraient de déserter les rangs du groupe terroriste.

[Vidéo] 10 prédictions (plus ou moins) visionnaires


La voiture électrique, la télésurveillance, la fin du monde, le GPS, la téléportation, Skype, Obama, la Google Car, la gauche liberticide au pouvoir en 2012 et le smartphone...
Tout cela avait été prévu et annoncé longtemps à l'avance, la preuve dans les archives de l'INA :


Image d'archive INA
Institut National de l'Audiovisuel
http://www.ina.fr

mardi 26 avril 2016

[vidéo] Où étiez-vous quand Tchernobyl a explosé ?


Où étiez-vous quand Tchernobyl a explosé ?
Vidéo reproduisant l'évolution précise du nuage radioactif qui s'est répandu sur l'Europe de l'Ouest sans respecter les frontières (contrairement à ce que le pouvoir et ses médias ont tenté de faire croire à la population de l'époque) :




Jacques Sapir : TAFTA : "Le gain est quasi-nul"



Jacques Sapir s'exprime sur le traité de libre-échange, censé relancer la croissance (O,1% !lol!), qui fait débat en Europe.



L'émission en intégralité :

Partie 1 : La Fed haussera-t-elle deux fois ses taux directeurs d'ici fin 2016 ?

Partie 2 : Quel intérêt pour les Etats-Unis de garder le Royaume-Uni dans l'UE ?

La petite histoire : Bertrand Du Guesclin, le dogue indomptable



Christopher Lannes nous raconte avec talent et humour la vie du légendaire Connétable de France.
Vaillant, intrépide, bien que d'une laideur légendaire, Bertrand Du Guesclin est l'une des figures de proue du roman national. Toujours fidèle au roi de France, il mettra sa bravoure et ses talents militaires au service d'une seule cause : bouter l'Anglais hors de France. (...) Voici la petite Histoire de celui que la perfide Albion surnommait « le dogue noir de Brocéliande ». (Hé oui, ça vient de la! ;-)


Une autre vidéo plus ancienne sur Du Guesclin, mais aussi d'excellente facture, dans un style différent :



lundi 25 avril 2016

Politique & Eco : la revue de presse d'Avril avec Pierre Jovanovic


Pierre Jovanovic (Quotidien.com) est l'invité de la webtv TV Libertés pour sa traditionnelle revue de presse :


American Dream : Presque la moitié des Américains souffrent d'"impuissance financière"



Presque la moitié des Américains souffrent d'"impuissance financière", constate un magazine d'outre-Atlantique.


D'où vient cette conclusion pessimiste? De la récente étude du Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale des États-Unis. Celui-ci a procédé à un monitorage du statut économique des consommateurs américains.

A la question de savoir comment ils couvriraient une dépense imprévue de 400 dollars, 47% des sondés ont répondu qu'ils seraient obligés d'emprunter de l'argent ou de vendre quelque chose, ou qu'ils ne pourraient pas les payer du tout. "Qui aurait pu le deviner?", s'interroge Neal Gabler dans les pages du magazine The Atlantic.

"Moi, car je fais partie de ces 47%", répond-il.

Neal Gabler est un journaliste, écrivain et critique de cinéma de 65 ans, lauréat de différents prix, qui appartient à la couche supérieure de la classe moyenne américaine. Néanmoins, confie-t-il, lui et sa femme n'ont pas d'économies et doivent emprunter régulièrement pour "tenir jusqu'à la fin de la semaine".

Selon M. Gabler, il n'en parlait pas même à ses amis les plus proches avant de se rendre compte que des millions d'Américains, aisés compris, vivent la même chose.

Partant de sa propre expérience, l'auteur a étudié la question. Ses conclusions sont décourageantes. Ainsi, selon Edward Wolff, économiste de l'Université de New York, qui prépare un livre sur le bien-être en Amérique, entre 1983 et 2003, la valeur nette médiane des actifs familiaux américains s'est réduite de 85,3% pour 20% des Américains les plus pauvres, de 63,5% pour la catégorie plus aisée représentant un autre cinquième de la population, et de 25,8% pour la troisième catégorie, moyenne, constituant elle aussi 20% des habitants.

Dans les années 1950 et 1960, la croissance économique a démocratisé la prospérité, se rappelle Neal Gabler. Dans les années 2010, c'est l'insécurité financière qui se démocratise.

De nombreux Américains restent optimistes, selon l'auteur. Mais les salaires ne montent pas, les économies personnelles restent insignifiantes et il est de plus en plus difficile de maintenir le niveau de vie typique de la classe moyenne. "Beaucoup d'entre nous pensaient que ce que nous vivions pendant des années n'était qu'une période difficile. Mais il est plus probable que ce soit notre vie, souligne le journaliste.

Selon de nombreux spécialistes, le clivage économique de la société américaine est la raison principale des protestations qui rendent populaires des personnages comme le milliardaire Donald Trump ou le sénateur démocrate Bernie Sanders, radical libéral proche des idées socialistes.
Sputniknews

dimanche 24 avril 2016

Ukraine/Novorossia : Zakharchenko ouvre un front politique contre Kiev


Alors que la situation en Ukraine est déplorable tant que le plan économique que social, que les habitants commencent à ouvrir les yeux sur le patriotisme barbare qui leur est servi en lieu et place de politique nationale, le dirigeant de la République populaire de Donetsk, A. Zakharchenko, ouvre un front politique en dehors des frontières du Donbass et rappelle que le monde russe est une alternative au pouvoir de Kiev.

A la surprise générale, le chef de la République de Donetsk met en place deux initiatives complémentaires et originales, qui donnent au Donbass toute sa dimension de projet politique, pas seulement de zone de combat. La première consiste en une ligne directe, par internet, avec les habitants des autres régions ukrainiennes dont la population ethniquement russe est importante. La seconde, sorte d'institutionnalisation du Monde russe en Ukraine par l'ouverture de représentations à Donetsk de ces régions.

Les lignes directes

L'idée de ces lignes démontrent clairement que Donetsk passe à l'offensive idéologique, face à l'attaque médiatique de Kiev sur le Donbass. Autrement dit, le Donbass est suffisamment sûr de lui-même pour tenir la comparaison. Il se reconstruit, il avance, il veut normaliser sa vie. Même si institutionnellement, il reste encore beaucoup à faire. Même s'il est trop tôt pour parler de normalisation, alors que des gens sont encore blessés ou meurent en raison des combats.

Cette ligne a commencé avec Kharkov. Vous pouvez trouver l'intégralité des questions/réponses sur le site officiel de A. Zakharchenko. Les questions sont très intéressantes, car l'on trouve réellement de tout et il semble que la modération ait été plus que légère. Elles sont donc assez représentatives. L'on trouve des accusations pour le sang versé et la guerre en Ukraine, autant - et même surtout - des remerciements pour l'exemple donné, pour le combat mené et des demandes de conseils: comment faire chez nous? Dans l'ensemble, cela ressemble beaucoup à un cri de désespoir de la population qui cherche de l'aide et de l'espoir, ailleurs qu'à Kiev.

La position du chef de Donetsk est claire: ce n'est pas à l'armée de Novorossia de venir libérer Kharkov. Si les habitants ne sont pas satisfaits de la politique menée, ils doivent résister, se soulever, se libérer eux-mêmes. D'une manière générale, Zakharchenko affirme clairement qu'il est impossible de vivre à nouveau tous ensemble avec cette idéologie extrémiste au Gouvernement à Kiev dans le cadre d'une Ukraine unitaire. Seule la fédéralisation, voire même la mise en place d'une confédération, permettrait de respecter les identités culturelles et politiques des différentes régions ukrainiennes. Aujourd'hui, l'enjeu est de rendre le Donbass moins dépendant de la Russie et économiquement viable. L'on voit ici émerger une réelle vision politique régionale.

Et justement, cette initiative politique a fait peur, car elle est le reflet d'une volonté politique. Pendant la séance de questions, il y a eut de nombreuses attaques DOS, mais qui n'ont pas réussies à bloquer la communication. La réaction de Kiev a été d'ouvrir de faux comptes sur les réseaux sociaux au nom du leader de Donetsk et, ce qui est plus grave, l'on voit une intensification des combats sur la ligne de front. Ce qui ne décourage pas la jeune République, car ces lignes directes sont envisagées avec d'autres villes et régions ukrainiennes, comme Odessa, Dniepropetrovsk ou même Kiev. C'est un peu comme si l'on voyait apparaître la concurrence politique de deux visions du monde, et il n'est pas certain que Kiev en sorte gagnant, même dans ses provinces. (...)

Lire la suite : RussiePolitics

samedi 23 avril 2016

Guillaume le Conquérant


Retour sur le destin hors du commun de Guillaume le Conquérant (1027-1087), ce guerrier normand dont le triomphe à la bataille de Hastings, en 1066, déboucha sur 400 ans de colonisation franco-normande de l'Angleterre et ainsi changea la face de l'Europe médiévale et le cours de l'histoire anglaise (mais aussi française). 
Le Connétable

Juillet 1035. Guillaume "le Bâtard", fils illégitime du duc de Normandie, succède à son père, décédé lors d'un pèlerinage à Jérusalem. Après une décennie de troubles, le jeune homme parvient à asseoir son autorité et fait de la cour de Normandie l'une des plus puissantes et des plus fastueuses d'Europe. Guillaume accueille de nombreux rois en exil, parmi lesquels Édouard le Confesseur, prétendant sans descendance au trône d'Angleterre. Lorsque ce dernier revient au pouvoir, il fait de Guillaume son héritier, avant de le désavouer sur son lit de mort au profit de son beau-frère Harold, qui avait pourtant juré fidélité à Guillaume. Pour récupérer le royaume qui lui était promis, le duc arme une flotte de plusieurs milliers de navires et débarque avec quinze mille hommes sur le sol anglais. Le 14 octobre 1066, les deux armées se font face à Hastings.



Face sombre
Mêlant récits d'hagiographes de l'époque, scènes de reconstitution spectaculaires - tournées pour certaines sur les lieux des événements qu'elles relatent - et témoignages de spécialistes de l'histoire médiévale de part et d'autre de la Manche, ce documentaire retrace le règne de celui qui déclencha l’une des plus célèbres batailles de l'histoire d'Angleterre. On y dévoile la face sombre de ce guerrier intrépide, fin stratège et politicien, grand bâtisseur - qui ordonna l'édification des abbayes aux Hommes et aux Dames de Caen ou de la Tour de Londres - et mari fidèle, follement épris de son épouse Mathilde… Il fut aussi un seigneur de guerre impitoyable qui se livra à de nombreux massacres et pillages pour consolider le joug normand sur l'Angleterre. Des exactions qu'il prendra soin d'effacer de la tapisserie de Bayeux, véritable outil de propagande à sa gloire, qui relate en détail sa conquête de l’Angleterre. Fondateur d'une nouvelle dynastie, Guillaume s'éteint à 60 ans après avoir fait de l'Angleterre l'un des royaumes les plus puissants d'Europe, alors qu'il ne parlait pas un mot d'anglais. Mais il sème ainsi les germes de la future guerre de Cent Ans, qui éclatera plus de deux siècles après.

(France, 2013, 84mn) ARTE F

Maitre Viguier sur la loi travail :"Le salariat, c'est l'esclavage!"


Maître Damien Viguier vient "mettre son grain de sel" sur la loi travail dite "loi El Khomri" (alors qu'on devrait l'appeler en réalité "loi Macron 2") :


vendredi 22 avril 2016

Artem Studennikov : "la Russie est intervenue pour sauver le peuple syrien après 3 ans d'échecs des États-Unis"



A l'occasion des récentes élections, Artem Studennikov, ministre conseiller à l'ambassade de Russie en France est revenu sur les raisons de l'intervention russe en Syrie.

Olivier Berruyer : «Les gens pensent qu'il n'y a pas de propagande dans les démocraties»


Olivier Berruyer confie à RT France sa vision concernant la liberté d'expression en France :

Inspiré par Noam Chomsky, il décrypte la façon dont les médias, sans tomber dans le complot, contribuent à «fabriquer du consentement».
«Prenons un exemple. Quand vous regardez une Une de Libération sur Michel Onfray, vous vous rendez compte que vous n'êtes pas dans un débat intellectuel. Tout ce qu'on cherche, c'est le brûler en place publique». Olivier Berruyer ne mâche pas ses mots sur la situation du débat en France.
Très critique envers les médias, qu'il décrypte sur son blog Les-Crises, il plaide pour une information impartiale, dépouillée de parti pris. «Les citoyens ont l'impression d'être très bien informés» explique-t-il alors qu'en réalité, on subit «le dogme du politiquement correct». (...)
Lire la suite : RT

mardi 19 avril 2016

Xavier Moreau : Où en est l'intervention russe en Syrie ?

Traduction inutile pour cette caricature soviétique de... 1958


Xavier Moreau est un analyste installé en Russie depuis 14 ans. Il est l'auteur de la "Nouvelle Grande Russie" et l'un des intervenants principaux du site d'analyses politico-stratégiques stratpol.com.


Enregistré le 9 avril 2016

Russie : Lancement d’un missile de croisière tactique Iskander-M


Voici des images du ministère de la défense russe que tous les bellicistes "à-la-BHL" qui courent sur tous les plateaux de télé de France et de Navarre, et même au-dela dans toute l'UE, pour étaler leur russophobie maladroitement camouflée en poutinophobie préfèreront ne pas vous montrer.
Ce genre d'image, ce n'est pas très vendeur pour eux...

"Le 15 avril, dans le cadre de la phase finale de l’entraînement avec la brigade de missiles de la Région militaire Centre au polygone de Kapoustin Yar on a effectué le lancement d’une missile de croisière du système de missiles tactique Iskander-M.

Le poste de commandement enterré de l’ennemi conventionnel sur la distance de 200 km de la zone de lancement est devenu un entonnoir fumant."


Philippe Pascot dénonce les pilleurs d'Etat qui nous gouvernent


Petite visite des coulisses du système politico-médiatique français avec Philippe Pascot, ancien adjoint au maire d'Évry (Manuel Valls), ancien conseiller régional. Un système où les élus pondent des lois inutiles et qui existent déjà, uniquement pour qu'on parle d'eux dans les médias, où règnent en maîtres affairisme, prébendes, prévarication, népotisme, clientélisme, copinage, fraudes impunies...
Avec son dernier livre "Pilleurs d’État", classé dans les meilleures ventes sur amazon, Pascot n'a pas du se faire que des amis, mais s'il préfère éviter par prudence la pratique du scooter et de se pencher un peu trop aux fenêtres, il n'a pour l'instant toujours subit aucun procès en diffamation...




 

lundi 18 avril 2016

Etienne Chouard sur les 'nuits debout' : "Les antifas sont la police de la pensée du système"


Étienne Chouard s'exprime sur les "nuits debout", enregistré à Nantes par Alain Rousseau, le 7 avril 2016.


Vidéo en 7 parties enchainées dans la playlist

Ukraine : Le mythe des bataillons de volontaires "nationalistes"


A la TV ukrainienne "112", la vérité sur les bataillons paramilitaires envoyés dans le Donbass pour suppléer l'armée régulière qui "refusait de tirer"...


trad. Thalie Thalie

Pour aller plus loin sur le sujet :

Ukraine : Quatre tableaux de maitres hollandais retrouvés, des proches du pouvoir impliqués

samedi 16 avril 2016

Emir Kusturica : "Soros cherche à créer une Europe sans identité"


Dans une courte interview à la chaine officielle européiste, le réalisateur serbe nous livre sa vision de l'UE, de la Serbie, de la crise des migrants, du terrorisme et de Georges Soros.


Ukraine : Quatre tableaux de maitres hollandais retrouvés, des proches du pouvoir impliqués


Quatre chefs-d'œuvre hollandais datant du 17e siècle ont été retrouvés en Ukraine plus de 10 ans après leur vol dans un musée aux Pays-Bas.

Les quatre toiles qui font partie d'un lot total de 24 œuvres d'art dérobées au musée Westfries à Hoorn en 2005, ont été révélées lors d'une conférence de presse par les services secrets ukrainiens à Kiev jeudi.

Selon les rapports, une rançon de 50 M € était demandée par une milice ukrainienne d'extrême-droite pour rendre les tableaux.

Après des années de traque, le musée affirme qu'en Juillet 2015, deux personnes prétendant représenter un «bataillon de volontaires» ukrainien sont venus à l'ambassade néerlandaise à Kiev prétendant détenir la collection complète. Ils ont alors demandé 50 Millions €, plus 5 M € pour les "honoraires d'intermédiaire" pour les peintures d'une valeur de 10 millions € à l'origine.

Les efforts diplomatiques déployés par les néerlandais pour récupérer les œuvres n'ont rien donné pendant des années jusqu'à un appel lancé sur YouTube en Décembre dernier.

Le musée a publié des communiqués de presse désignant le groupe ultra-nationaliste connu comme le bataillon de l'Organisation des nationalistes ukrainiens [O.U.N., extension du parti "Svoboda" dont sont issus plusieurs ministres et haut dirigeants post-Euromaidan - NDLR], ainsi que des «individus haut placés opérant dans les coulisses du bataillon de volontaires», y compris des personnalités des services secrets et des politiciens de haut rang.

Source : Telegraph

Les images d'Euronews :


Notez l'hypocrisie incroyable de la "1ere chaine d'info européenne européiste" qui pour éviter de mouiller le gouvernement d'escrocs pro-européens européistes de Kiev parle des coupables comme de vagues "miliciens dans l’est du pays", laissant croire ainsi à ses auditeurs désinformés qu'il pourrait s'agir de miliciens "pro-russes"...

"On ne sait pour l’instant que très peu de choses sur la façon dont ont été retrouvées les oeuvres. Elles étaient vraisemblablement détenues par des miliciens dans l’est du pays." Source : Euronews

jeudi 14 avril 2016

Xavier Moreau : "L'Ukraine, un gouvernement d'escrocs"


La webtv TV Libertés reçoit Xavier Moreau pour évoquer la situation européenne après le referendum néerlandais sur l'accord d'association.




Hubert Vedrine milite pour le "retour au réel"



L'ancien MAE Hubert Vedrine considère qu'il est temps de "revenir à la réalité" et que la real politik est moins nocive que "l'irreal politik" basée sur l'idéologie des droits de l'homme.


mercredi 13 avril 2016

Nicolas Tandler : La Guerre Russo-Japonaise (1904-1905)

Caricature anti-russe d'époque typique de la presse hexagonale (L'Arc En Ciel N°7)

L'écrivain et journaliste Nicolas Tandler revient sur la guerre russo-japonaise de 1904/05 et la tendance fortement anti-russe et pro-nippone de la presse française de l'époque qui n'est pas sans évoquer un certain mimétisme avec l'attitude des médias de 2016 envers la Russie dans le contexte géopolitique actuel.


Source : Cercle de l'Aéropage

"Le Duel des Deux Empereurs" (L'Arc En Ciel N°4)

Présentation des participantes du concours "Miss Russie 2016"


Mes chers amis et abonnés du Blogue Noir de Brocéliande,
Étant donné que la dernière vidéo du Connétable en hommage à Gagarine a été censurée par Youtube pour d'obscures raisons, je vous propose celle-ci à la place, histoire de se détendre un peu grâce à l’irremplaçable charme slave.


Xavier Moreau : La Russie, puissance faible ?


Xavier Moreau répond à la campagne de dénigrement de la Russie lançée de façon visiblement coordonnée par la presse britannique (The Economist) et française (La Tribune) sur le thème de la Russie "puissance faible".




mardi 12 avril 2016

[VIDEO EXCLUSIVE] En hommage à Youri Gagarine, 30 pays disent «Poekhali!»

"Поехали!"

 Pour célébrer le 55e anniversaire du premier vol spatial de Youri Gagarine.

Il n'est jamais trop tard pour commencer quelque chose de nouveau.
Peu importe qui vous êtes, d'où vous venez et quelle langue vous parlez.
Le plus important est de choisir les bons mots pour commencer.

'Youra' a choisi le bon mot : "Allons-y!" ("Поехали!")


Pour activer les sous-titres français, utiliser le bouton "sous-titres" (1er en bas à droite de la vidéo)


lundi 11 avril 2016

Denis Robert sur les Panama Papers : "Mon sentiment est qu'il y a une manipulation derrière tout ça."


Extrait de la conférence du 7 avril à Grenoble "La face cachée de la Finance" organisée par ilfattoquotidiano.fr. L'écrivain et journaliste Denis Robert et le professeur de Finances Marc Chesney répondent à une question du public sur les "Panama Papers", le lobby bancaire à Bruxelles, l'affaire LuxLeaks et les paradis fiscaux.


(Réponse de Denis Robert sur l'opération "Panama Papers" à partir de 4'15")

dimanche 10 avril 2016

François Asselineau invité de Natacha Polony: "La fin des petits candidats: Un coup fourré du PS ?"


"La fin des petits candidats : Un coup fourré du PS?
Natacha Polony présente Polonium sur Paris Première.
Avec:
- François Asselineau (Président de l'"Union Populaire Républicaine"),

- Rafik Smati (Chef d'entreprise, porte parole d'"Objectif France"),

- Olivier Duhamel (Professeur à "Sciences Po" et politologue),

- Christophe Barbier (Directeur de la rédaction de l'"Express")


lundi 4 avril 2016

Emmanuel Todd : “la France n’est plus dans l’histoire”

Emmanuel TODD. ((©Xavier Romeder pour L'OBS))

Après un silence imposé en France depuis la polémique suscitée par son livre "Qui est Charlie?", L'historien et démographe s'exprime sur les évènements qui ont marqué ces derniers mois.
Extraits :

Crise des réfugiés
« Honnêtement, je pense qu’absorber brutalement des millions d’immigrés endogames venus de Syrie, d’Irak et bientôt d’ailleurs – car ce n’est que le début, je pense en effet que l’Arabie Saoudite est aussi en cours d’effondrement –, dans un pays aussi vieilli que l’Allemagne c’est un défi absolument incroyable. L’Allemagne ne pourrait intégrer, contrôler et utiliser efficacement de telles masses de population, à de tels niveaux de différence culturelle et à ce rythme accéléré qu’en se stratifiant et en se durcissant. Le prix à payer serait sa transformation en une société policière ou militarisée.»

L’obsession laïque
« L’un des problèmes actuels du gouvernement et autres islamologues obsessionnels, qui veulent tenir le pays en agitant des caricatures de Mahomet et en chantant la laïcité, c’est qu’ils redécouvrent l’existence d’une fureur populaire bien de chez nous, qu’elle prenne la forme du désespoir paysan ou de ces jeunes qui refusent la réforme du marché du travail. C’est rassurant: enfin on revient aux vraies questions. Evidemment, le terrorisme islamique est un problème crucial. Mais, pour bien gouverner une société en crise, il faut prendre de la distance, et voir que ce drame n’est qu’un morceau d’une tragédie globale : notre société est paralysée parce que la France n’a plus de monnaie et ne peut plus avoir de politique économique. Tout est parodique dans nos débats politiques actuels. Chacun des candidats nous raconte qu’il va gouverner différemment alors qu’il sait très bien qu’il ne pourra, dans l’euro, qu’exécuter les directives de Berlin.»

Le provincialisme français
« Fondamentalement, ce que fait le gouvernement français n’a plus la moindre importance, et du reste les Allemands n’en tiennent aucun compte. Etre lucide, de nos jours, c’est voir que la France n’est pas un pays où se fait l’Histoire. Il y a vraiment un changement de cycle. L’élection présidentielle française n’aura pas le moindre impact, tandis qu’avec la montée en puissance de Trump et même de Sanders aux Etats-Unis, avec le retour efficace de la Russie au Moyen-Orient, et bien sûr, avec les choix de l’Allemagne, on a affaire à des tournants possibles de l’histoire mondiale.»

Le 13 novembre
« L’une des choses qui m’a le plus tristement impressionné le 13 novembre dernier, lors de ces attentats horribles, c’est justement la vision que la classe politique et les médias ont alors donnée de la jeunesse française. D’un côté les jeunes terroristes déments, barbares, islamisés jusqu’au fond des yeux, etc. De l’autre, des jeunes tout de jovialité, parfaitement sains, et radieux, sirotant des bières à la terrasse des bistrots. Alors qu’on a aujourd’hui toutes les statistiques en mains sur les difficultés effarantes à entrer dans la vie adulte pour les jeunes, la baisse de leurs revenus, leurs taux d’emploi misérables, les stages sous-payés voire non payés. Etre jeune en France, ce n’est pas juste siroter un demi en terrasse. Cette vision-là, c’est typiquement celle d’une société âgée qui a des problèmes de prostate.»

La polémique post-Charlie
« Je tiens à présenter solennellement mes remerciements à François Hollande et Manuel Valls qui, en lançant leur projet de loi sur la déchéance de nationalité, ont validé à 100% la thèse la plus discutée de «Qui est Charlie?»: l’identification du néo-républicanisme comme pétainiste et vichyste. Je considère désormais que j’ai une dette personnelle envers le Président de la République, et c’est d’avoir validé mon livre jusqu’à la dernière virgule.»
BibliObs

"Le projet socialiste : un banal cas d’escroquerie en bande organisée"...
... Lire l'entretien en intégralité : Les-crises

samedi 2 avril 2016

Général Pinatel : "On paye le prix d'une politique totalement irresponsable"


Dans un entretien enregistré le 30 mars 2016 pour Independenza Webtv le Général Pinatel analyse la politique étrangère de la France au Moyen-Orient et le problème de l'EI/Daech.


independenza webtv ©