vendredi 27 juin 2014

Ukraine, journée du 27.06.2014, "Vlad le streamer" kidnappé à Marioupol!

Vlad au travail

Vladislav, plus connu dans la blogosphère comme "Streamer Vlad" a été enlevé hier chez lui à Marioupol, par des inconnus.
Vlad est un jeune de 16 ans tout à fait ordinaire qui, révolté par ce qu'il voyait se passer dans sa ville, a décidé, seulement armé de sa caméra et d'un courage inouï, d'informer le monde sur la réalité du conflit ukrainien. Il est devenu ainsi correspondant pour l'agence Anna News et a filmé de nombreuses vidéos dont plusieurs ont été publiées ici-même. C'est grâce à l'intrépide courage de Vlad et de tous les autres vidéastes souvent anonymes sur place que nous pouvons être informés des faits réels tous les jours, images à l'appui, et c'est bien ce qui dérange certains.
Selon South Front, il aurait été enlevé pendant une réunion familiale par des nazis de la garde Nats/Secteur droit et transféré à Zaporozhie dans les locaux du SBU (sécurité intérieure ukrainienne).


Un reportage sur Vlad le streamer de la chaine Life News




Pas de négociations avant le retrait des troupes (Borodaï)
Des négociations entre les dirigeants des républiques populaires autoproclamées de Lougansk (RPL) et de Donetsk (RPD) et Kiev ne commenceront qu'après le retrait de toutes les troupes ukrainiennes du territoire des républiques, a prévenu vendredi Alexandre Borodaï, premier ministre de la RPD.
"Je tiens à souligner que nous ne menons pas de négociations, mais seulement des consultations. Les négociations ne pourront commencer qu'après le départ de toutes les troupes soumises à Kiev du territoire des républiques de Lougansk et de Donetsk", a déclaré M.Borodaï.
Le deuxième round de consultations sur le règlement pacifique du conflit dans le sud-est de l'Ukraine a débuté vendredi à Donetsk entre les représentants de Kiev et du Donbass. Les consultations réunissent les responsables des républiques populaires de Lougansk et de Donetsk, ainsi qu'un groupe de contact de Kiev comprenant le chef de l'ONG Choix Ukrainien Viktor Medvedtchouk, le député Nestor Choufritch et l'ex-président ukrainien Leonid Koutchma. Les représentants de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et de l'ambassade de Russie en Ukraine sont également présents. (Ria Novosti)


Les experts ont parlé : pas de nazis en Ukraine


Actualités du 27.06.2014 par South Front


Les représentants de la mission de l'OSCE ont rencontré Babaï et discuté avec la milice à Kramatorsk


Ukraine : à l'Est, les familles fuient les combats

2 commentaires:

  1. L'extrême droite pour nos connards, c'est Marine le Pen ou Dieudonné qui n'ont jamais tué personne mais pas les types de Kiev, qui massacrent avec tout un folklore nazi. On nous demande de ne pas faire avec eux les amalgames qu'ils font ici avec ceux qu'ils appellent fascistes. Voilà que fasciste devient un terme soviétique, dans la bouche de ceux qui le mettent ici à toutes les sauces. Comment peut-on être aussi faux-cul, impudemment, criminellement faux-cul?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chacun a sa définition, pour ces gens, la russophobie est un gage de démocratie et de progressisme, par contre être pro-russe c'est forcément d'extrême droite.
      C'est une vision du monde.

      Supprimer