vendredi 19 octobre 2012

Todd : "Nous sommes encore dans la phase conformiste de l'hollandisme"

(BALTEL/SIPA) 
 
E.T. : [...] Je voudrais rappeler comment mon hypothèse d'un «hollandisme révolutionnaire» avait été formulée pour maintenir sa validité : j'avais évoqué un mitterrandisme à l'envers. En 1981, Mitterrand arrive au pouvoir avec un programme très à gauche, de nationalisations, d'augmentations des salaires et des avantages sociaux. En 1983, tournant de la rigueur, adhésion du socialisme français au néolibéralisme, probablement inévitable dans le contexte mondial.

Durant la présidentielle, mon hypothèse était - et reste - que François Hollande commencerait son quinquennat de manière relativement conventionnelle - sur l'Europe, nous sommes servis - tout en marquant son attachement aux valeurs d'égalité - tout va bien de ce côté, la presse de droite hurle «Maman !» parce que les classes moyennes supérieures vont payer des impôts supplémentaires. Mais, au bout d'un an ou deux, Hollande devra opérer le tournant radical rendu inévitable par l'approfondissement de la crise. Je m'en tiens à ce parallèle inversé : nous sommes encore dans la phase conformiste de l'hollandisme. Et je discerne quand même déjà des aspects positifs, dont certains constituent l'amorce d'une révolution morale et sociale...

Lesquels, par exemple ?

E.T. : La politique de rigueur n'affiche plus comme priorité la destruction de l'enseignement, de la santé et des services sociaux. Elle part du principe d'une taxation supplémentaire des plus fortunés. C'est une rupture avec l'idéologie dominante du monde occidental. La déception actuelle des médias nous permet, en fait, de mesurer la contribution des médias aux cinq ans de folie sarkozyste. La presse adorait l'agité de l'Elysée qui lui offrait un événement bidon par jour, tout en abandonnant l'industrie française à sa déroute ! L'analyse quotidienne de l'économie, c'est moins marrant. Heureusement, la presse peut encore s'exciter sur Valérie Trierweiler, tenter de sarkozyfier Hollande en président people. [...]


Lire la version intégrale dans Marianne

mardi 16 octobre 2012

Iran : sanctions européennes renforcées, exportations américaines en hausse


L'Union européenne renforce encore son régime de sanctions contre l'Iran, on sait pourtant que l'Europe est en crise et que des usines ferment un peu partout mais on préfère fermer Aulnay plutôt que de vendre des Peugeot aux iraniens... 

... Pendant ce temps là :

Les exportations américaines en Iran augmentent malgré les sanctions 

 Au cours de cette année les exportations américaines en Iran ont augmenté d'un tiers environ. En témoignent les données officielles rendues publiques la semaine dernière. La brusque croissance des ventes au cours de huit premiers mois de 2012 (199,5 millions de dollars contre 150,8 millions il y a un an) s'explique par une augmentation sensible des exportations de blé et d'autres céréales fournis pour 89,2 millions de dollars. Abstraction faite des ventes de céréales, les exportations américaines en Iran ont notablement baissé. Cependant les livraisons de produits laitiers et d'équipements médicaux dont les ventes en Iran sont aurorisées à condition de posséder une licence d'exportation continuent de progresser en dépit des sanctions.

Jeu : Cherchez l'erreur.

mercredi 10 octobre 2012