jeudi 10 mai 2012

Hollandisme révolutionnaire (Acte I) : Quand François Hollande tacle les britanniques

François Hollande, un président surprenant de normalité

En célébrant son élection par un pas de danse à Tulle au bras de sa compagne sur un air d'accordéon, François Hollande a envoyé son premier message au microcosme des ringards parisiens.
Depuis, il prend un malin plaisir à désarçonner ceux qui ne l'ont pas vu venir.
Notre nouveau président semble bien décidé à nous convaincre que nous avons eu raison de voter pour lui et pas seulement contre l'anomalie historique qui lui a précédé. Pour l'instant, force est de constater qu'il y réussit remarquablement bien. 
Pourvu que ça dure!

 France : Le président élu tacle la Grande-Bretagne

 Le président élu français François Hollande a lancé une attaque virulente contre le gouvernement britannique affirmant que la Grande-Bretagne "est indifférente au sort de la zone euro".


Le chef de file socialiste français a déclaré que la Grande-Bretagne est obsédée par la seule protection des intérêts de la City de Londres, a rapporté The Mail


"Les Britanniques ont été particulièrement timide sur les questions de régulation financière, et attentif seulement aux intérêts de la City - d'où leur réticence à voir l'introduction d'une taxe sur les transactions financières et l'harmonisation fiscale en Europe», a déclaré Hollande.


Hollande est partisan d'une taxe à l'échelle européenne sur les transactions financières et d'une avancée vers l'harmonisation fiscale en Europe, à laquelle la Grande-Bretagne est opposée.


Après la victoire de Hollande sur Nicolas Sarkozy dimanche soir, le Premier ministre britannique David Cameron l'a appelé pour lui dire sa volonté de construire une relation "s'appuyant sur la relation très étroite qui existe déjà entre le Royaume-Uni et la France".


Toutefois, Hollande a une relation plus étroite avec le dirigeant travailliste de l'opposition  Ed Miliband avec lequel il a eu des pourparlers de haut niveau quand il s'est rendu à Londres en Février.


Hollande estime qu'un changement de cap s'éloignant de l'austérité vers la croissance pourrait être un chemin sans douleur pour retrouver la croissance économique pour la France et la zone euro, "l'austérité ne peut plus être la seule option" selon lui. Néanmoins, la presse britannique l'a accusé de créer «une cruelle illusion".

ISH / JR / SE (PressTV)
 Traduction : BDGD

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire