dimanche 31 janvier 2010

Petit ruisseau limpide (II)


Qui était la cible de la manipulation Clearstream : Sarkozy ou Villepin ?

Le Tribunal de grande instance de Paris a rendu son jugement dans l’affaire Clearstream (Télécharger le document). Il a condamné deux prévenus et innocenté Dominique de Villepin. Cependant le Parquet a immédiatement interjeté appel de cette décision, de sorte que les déboires judiciaires de l’ancien Premier ministre vont se poursuivre et entraveront les préparatifs de sa candidature à la présidence de la République.

L’histoire n’est pas banale. De faux listings bancaires ont circulé attestant mensongèrement que plusieurs personnalités disposeraient de comptes occultes. Cela n’est pas en soit bien grave, mais l’une des personnes diffamées, Nicolas Sarkozy, a choisi d’en faire une grosse affaire, en espérant démontrer que son rival, Dominique de Villepin, avait fait usage des faux documents contre lui.

Durant la procédure, Dominique de Villepin se vit interdire tout contact avec ses anciens collaborateurs, ce qui par voie de conséquence l’empêchait de développer un mouvement politique en vue de l’élection présidentielle. Le président Sarkozy modifia le plan de carrière des magistrats pour que des juges d’instruction particulièrement inquisiteurs se chargent du dossier. Puis, lorsque le procureur de la République conclu que les éléments rassemblés par une armée d’enquêteurs ne justifiaient pas de passer en jugement, le président Sarkozy su le convaincre de changer d’avis. Bafouant la présomption d’innocence et sa charge de président du Conseil de la magistrature, Me Sarkozy alla jusqu’à déclarer en privé qu’il prendrait son rival de toujours à un croc de boucher, puis à le qualifier de « coupable » lors d’un entretien télévisé. A tout instant, il était apparu comme instrumentant la procédure.

Encore ne faudrait-il pas se tromper et réduire ce combat à un simple conflit d’ambition. C’est de l’opposition entre deux courants de la droite française dont il s’agit ; une opposition qui divise le pays depuis l’affrontement entre Edouard Balladur et Jacques Chirac, un choc qui dépasse les enjeux franco-français depuis le discours de Dominique de Villepin au Conseil de sécurité de l’ONU pour défendre le droit international face [à l'unilatéralisme US -(note de BDGD)], tandis que Nicolas Sarkozy affichait sa proximité avec George W. Bush.

Pour notre part, nous avons depuis longtemps indiqué que cette affaire a été montée de toutes pièces par le cabinet londonien Hakluyt & Co [1]. Il est désormais établi que l’un des condamnés, Jean-Louis Gergorin, tenait ses informations de ce cabinet [2], pourtant les juges d’instruction n’ont pas voulu envisager qu’Hakluyt & Co ait pu organiser la manipulation. Et pour cause : ce cabinet, notoirement lié à la CIA et au MI6, est notamment administré par le beau-père par alliance de Nicolas Sarkozy.

==

[1] « Opération Sarkozy : comment la CIA a placé un de ses agents à la présidence de la République française », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 19 juillet 2008.

[2] Voir jugement p. 177.

Voltaire

vendredi 29 janvier 2010

Rions d'un rire salvateur



Lorsqu'un pouvoir politique se vautre à ce point dans les bas-fonds les plus abjects de l'autoritarisme, de la veulerie, du mensonge et de la manipulation grotesque. Lorsqu'il atteint en même temps, avec une insondable arrogance, les sommets les plus vertigineux de la médiocrité, alors il ne sert plus à rien de s'en indigner. Il vaut mieux en rire.

Alors rions de bon cœur.

jeudi 28 janvier 2010

Howard Zinn s'en est allé


C'est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès du grand historien américain Howard Zinn. Le monde perd ainsi une grande figure de la pensée politique et de l'analyse historique.
Il faudra dorénavant se contenter de lire et relire ces ouvrages essentiels que sont son "Histoire populaire des États-Unis" ou "Le Vingtième Siècle américain" entre autres.

Une grande voix s'est tue.

Ps : A voir ou revoir cette conférence d'Howard Zinn : "Les trois guerres saintes de l'Amérique" (VO)

lundi 25 janvier 2010

Haïti regorge de ressources en matières premières



En cherchant un peu sur le web, on peut trouver un grand nombre d’indicateurs qui expliquent que Haïti, la plus petite partie de Hispaniola (l’autre, et plus grande partie de l’île, étant la République Dominicaine ou Saint-Domingue) représente un potentiel énorme en ressources pétrolières, aurifères, mais également en Iridium (métal rare du groupe du Platine qui est actuellement utilisé dans l’industrie militaire : missiles nucléaires, mais aussi dans le développement de l’industrie liée à la conquête de l’espace : fusées, système de mise en orbite, etc…).

A la lumière de ces éléments, on pourrait facilement en déduire que la volonté et l’énergie déployées par Washington pour déployer rapidement entre 12 et 15.000 soldats sur le sol haïtien dans une mission qui, comme l’annonce le haut commandement militaire US, se prolongera dans le long terme.

Dans les années 70 des travaux géophysiques ont été entrepris en divers points d’Haïti. Les forages ont signalé la présence d’huile et de gaz révélateurs de l’existence de pétrole. Des réservoirs de pétrole ont été localisés dans les sédiments marins entre 6000 à 7000 mètres de profondeur dans le Canal de la Gonâve et spécifiquement dans la Baie de Rochelois à l’Ile de la Gonâve.

Parmi les zones d’intérêt potentiel, citons le Plateau Central, la partie terrestre de la Plaine du Cul-de-Sac et la Grande Caïmite. « L’état actuel des connaissances accumulées sur le potentiel pétrolier haïtien est suffisamment satisfaisant pour attirer des investissements. » conclut le rapport No 3 du Bureau des mines d’Haïti.

Mais pourquoi ne peut-on pas exploiter le pétrole d’Haïti et soulager la misère du Peuple haïtien ?

La raison est d’ordre politique. Haïti est considérée comme l’arrière-cour du Grand Voisin (les USA bien sur). Le pétrole haïtien est inclus dans leurs réserves au cas d’une pénurie mondiale causée par la Guerre ou l’épuisement de cette ressource naturelle non renouvelable sur les autres Continents.

En 1949, le Gouvernement de Dumarsais Estimé avait déjà tenté d’exploiter les gisements pétrolifères haïtiens en faisant appel à la « Atlantic Reffining Company » (ATRECO). Les travaux de forage ont été exécutés avec l’assistance du Ministère de l’Agriculture et des Ressources Naturelles et du Développement Rural sous la supervision de l’Agronome Jean David.

Encore aujourd’hui, si l’on se rend sur la localité de Caradeux, entre l’Aéroport International et Pétion-Ville, on peut voir les traces des Derricks qui ont oeuvré dans la zone. La bouche du puit est scellée avec une plaque en cuivre portant la date de forage et le nom de la ATRECO.

L’ordre formel fut donné par Washington de cesser immédiatement les travaux, ATRECO fut dédommagée. Adieu pétrole haïtien!

Il n’est pas superflu de mentionner qu’en 1975 le Gouvernement de Jean Claude Duvalier a fait appel à la Crux Limited pour l’exploration des dites ressources pétrolières repérées dans la rade de Port-au-Prince près de la Gonâve, aussi bien qu’à Grande Saline.

L’INAREM ou Institut National des Ressources Minières dont le Coordinateur fut Henri P.Bayard a entamé des recherches pendant près de 6 mois de Port-au-Prince jusqu’à la frontière dominicaine comme l’aire possible du forage entrepris par la ATRECO dans la Plaine du Cul-de-Sac.

Ce puits se trouverait sur la route vicinale qui sort de Caradeux pour aller à la chapelle Ste Marie de Pétion-ville.

Des échantillons ont été prélevés et analysés dans le laboratoire du Bureau des mines. Les ingénieurs ont établi l’existence d’une nappe de pétrole sous-marine contiguë aux gisements pétrolifères du Venezuela (la capacité de cette nappe est estimée par certains, 5 fois supérieure à celle de son voisin continental). Une fois de plus, la Compagnie Crux Limited a été forcée d’abandonner les travaux d’exploration, pour les mêmes raisons qu’ATRECO en 1949 .

Quelques années plus tard, un ingénieur géologue haïtien, ministre des Mines a tenté de reprendre les travaux de concert avec les autorités vénézuéliennes, et si ce n’est grâce à la vigilance de la police vénézuélienne, il serait mort suite à une tentative d’assassinat dans la chambre d’hôtel où il se trouvait lors de son séjour au Venezuela pour mettre les accords au point.

De plus, l’ex-président de la Raffinerie Dominicaine de Pétrole (REFIDOMSA), Leopold Espaillat Nanita, a expliqué que l’une des solutions pour que l’Etat haïtien puisse sortir de cette dette externe sans fin, mais aussi, afin de résoudre ses problèmes socio-économiques, se trouverait dans l’exploitation de ces gisement aurifères ainsi que ceux d’autres minéraux que possède le territoire voisin de la République Dominicaine.

Espaillat Nanita a révélé que les études et les recherches géologiques réalisées sur le sol haïtien indiquent que cette nation possède conjointement avec Saint-Domingue, possiblement le terrain aurifère non exploité le plus grand du monde.

De même, il existe un gisement (en seconde position après l’Afrique du Sud, le principal fournisseur mondial), d’un minerai peu connu : l’Iridium, utilisé dans la construction de navettes spatiales, missiles tactiques et autres engins. Ces deux ressources sont suffisantes pour alléger la « pauvreté » du peuple haïtien…

Espaillat Nanita, qui est également architecte, dénonce le fait que ces ressources sont peu connues en raison d’une « conspiration » des multinationales, qui prétendent enlever aux Haïtiens leurs richesses naturelles.

L’ex-président de REFIDOMSA a dit que dans cette « conspiration », sont impliqués certains holdings pro-USA mais aussi des fonctionnaires d’Etat qui se dédient à entretenir la pauvreté et l’indigence en Haïti.

Dans ce sens, il appuie les déclarations du tout récent Premier ministre désigné, Jean-Max Bellerive, sur la recherche de nouvelles alternatives qui faciliteront la création d’emplois et attireront des investisseurs étrangers dans le plus petit des deux pays qui se partagent l’île d’Hispaniola au lieu de compter exclusivement sur la République Dominicaine.

Espaillat reconnaît qu’il existe en Haïti une classe nationaliste formée principalement d’hommes politiques et d’intellectuels – à laquelle appartient Bellerive (Désigné Premier ministre le 30 octobre 2009 par le président René Préval) – intéressée à ce que les problèmes d’Haïti trouvent des solutions sur son propre territoire et non dans une autre partie du monde, comme par exemple chez son voisin (Saint-Domingue).

L’ex-fonctionnaire de l’énergie a fait ces déclarations au cours d’un entretien réalisé par le programme de radio « Dejando huellas » sur Dominicana FM.

Sources : Jean Erich René et Espacinsular.org

Traduction et mise en forme : Chevalier Jedi pour Mecanopolis

Jean Erich René est originaire d’Haïti. Il est né dans la ville de Jérémie où il a accompli ses études primaires et secondaires. Il a exploré divers domaines scientifiques notamment: – Agronomie à la Faculté d’Agronomie de Damien (Haïti) 1970-1974 – Gestion et Hautes Etudes Internationales à l’Institut National d’Administration (Haïti)1990-1994 – Administration à l’Université d’Ottawa (Canada) 1995-1998 – Economie à l’Université d’Ottawa (Canada)1998-2001

vendredi 22 janvier 2010

Haïti ou le capitalisme du désastre

Naomi Klein, le 14/01.2010

Le titre fait référence au livre de Naomi Klein "la stratégie du choc", dont on peut lire l'illustration parfaite dans ce texte publié sur le site du "think-tank" néo-conservateur The Heritage foundation, un texte d'une indécence telle qu'il a promptement été retiré du site après un début de polémique.


A lire également:

Haïti : Les troupes américaines sont déployées alors que la colère populaire monte
Haïti: les journalistes expulsés de l'aéroport par les GI's (médias)
L'urgence : Envoyer des bibles audio à Haïti (VO)
Les haïtiens meurent par milliers pendant que les GIs débarquent (VO)

Bottled Water Supplies in Port-au-Prince Airport Being Distributed…to US Embassy

mercredi 20 janvier 2010

Bugsplat


Au moment de l'invasion de l'Irak, en 2003, les psychopathes du Pentagone avaient créé le "programme bugsplat", un nom charmant pour un logiciel chargé d'évaluer le nombre de victimes civiles potentielles pour chaque "frappe aérienne"(*) .
Il était conventionnellement admis qu'à partir de 30 civils tués, on parlait d'un "heavy bugsplat".

Le premier jour de l'offensive, un rapport fut présenté au général Tommy Franks indiquant que vingt-deux des frappes aériennes planifiées pour la nuit produiraient un "heavy bugsplat". Franks répondit aussi sec :" Feu vert. Faisons les 22." (“Go ahead. We’re doing all twenty-two.”)

Aujourd'hui, rien n'a changé et le Pentagone continue d'évaluer le nombres de "cafards écrasés" à l'aide du "bugsplat program". La seule différence étant que les cafards "villageois" deviennent systématiquement des cafards "militants" les rares fois où ils sont cités dans les rapports de presse.

Drone strike kills 6 in N Waziristan

Wednesday, January 20, 2010
MIRANSHAH: Six Taliban were killed when a US drone fired two missiles at a compound in Degan village of North Waziristan’s Dattakhel tehsil on Tuesday. Local sources said the drone struck at around 6:30pm in Degan village – 35 kilometres west of Miranshah. They said that at least six militants were killed in the attack, and all of them were locals.

Tuesday’s strike was the 12th since a suicide bomber targeted a CIA base in Afghanistan’s Khost province last month. haji mujtaba
Daily Times


(*) entendre "bombardement" dans la novlangue médiatico-pentagonesque.

mardi 19 janvier 2010

Shoah bizness (II)

Un des sous-marins nucléaires Dolphin, gracieusement offerts par l'Allemagne à l'état sioniste en 1999

Voici donc maintenant la possibilité réelle que des sous-marins israéliens équipés d'armes nucléaires patrouillent bientôt dans le golfe Persique.
Est-ce que les États(soi-disant)Unis et le reste de ce qui est considéré dans les médias dits "occidentaux" comme "la communauté internationale" vont condamner cet acte flagrant de provocation et de prolifération nucléaire, un acte qui, bien qu'il n'ait pas encore eu lieu (autant que nous sachions), est beaucoup plus proche de la réalité que toutes les armes nucléaires iraniennes quasi-quotidiennement condamnées tant par les gouvernements que par les susnommés médias dits "occidentaux"?


Israël veut acheter (*) un sixième sous-marin allemand
TEL AVIV, Israël, 18 janvier (UPI) - Israël discute de l'achat d'un sixième sous-marin Dolphin à l'Allemagne, ce qui alimente la crainte que l'Etat juif se prépare à un long conflit avec l'Iran, d'après des sources officielles.

La marine israélienne a trois Dolphins en service, et tous sont sensés être capables de lancer des missiles de croisière de fabrication américaine à têtes nucléaires Harpoon.
Deux autres Dolphins sont en cours de construction pour Israël au chantier naval Howaldtswerke-Deutsche Werft à Kiel et sont prévus pour livraison en 2012.

Le nouvel achat est prioritaire dans l'agenda du Premier ministre Binyamin Netanyahou, qui est arrivé à Berlin lundi, avec une équipe de ministres de haut rang pour une rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel.

Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak devrait demander aux Allemands de financer le coût de 700 millions $ d'un Dolphin suplémentaire, une proposition susceptible de rencontrer une certaine réticence allemande.
Berlin, qui se considère moralement obligé d'aider Israël à cause de l'Holocauste, a subventionné largement les précédentes acquisitions israéliennes de ses Dolphins. Mais il y a eu un effondrement de l'économie mondiale depuis.
«Nous attachons une grande importance à nos relations avec l'Allemagne en raison de leur impact économique et politique et surtout à cause de la sécurité d'Israël", a déclaré M. Netanyahu avant de quitter Tel Aviv.

En Octobre Israël a signalé avoir demandé aux Allemands de leur fournir, gratuitement, deux corvettes "furtives" de 2200 tonnes armées de missiles anti-navires et d'autres systèmes capables de frapper des cibles terrestres.

Le quotidien allemand Hannoverersche Allgemeine Zeitung rapportait à l'époque qu'aucune décision n'avait été prise par Berlin sur les corvettes MEKO qui sont construites au chantier naval Blohm und Voss à Hambourg.

Des sources militaires israéliennes ont indiqué que le nombre optimal de Dolphins, les systèmes les plus coûteux dans l'arsenal militaire israélien, est de neuf.
En cas de confrontation avec l'Iran, cette acquisition permettrait aux Israéliens de maintenir trois ou quatre des sous-marins en même temps en mer mer d'Oman au large des côtes sud de l'Iran.

Les trois Dolphins actuellement déployés ont déjà transformé la marine israélienne d'une simple force côtière opérant en Méditerranée et en mer Rouge en une troisième force stratégique aux cotés de l'armée de l'air et des missiles balistiques.
Mais avec seulement trois sous-marins, les Israéliens ne peuvent faire stationner qu'un seul vaisseau à la fois en mer Rouge ou en mer d'Arabie.

Cela pourrait fournir un soutien pour une frappe militaire préventive qu' Israël pourrait déclencher avec des armes conventionnelles contre les infrastructures nucléaires de l'Iran pour l'empêcher de se doter d'armes nucléaires - mais pas plus.

Les Dolphins sont sensés pouvoir transporter seulement 10 missiles Harpoon. Donc, à moins que les trois sous-marins soient déployés en même temps en mer d'Arabie, la puissance de feu d'un seul vaisseau serait extrêmement limitée si ses missiles étaient armés d'ogives nucléaires.

Une plus grande flottille de Dolphins permettrait aux Israéliens de baser plusieurs d'entre eux à Eilat dans le golfe d'Aqaba, le seul port israélien de la mer Rouge.

Les Dolphins - désigné "type-212" par les Allemands - transportent un équipage de 35 personnes et ont un rayon d'action déclaré de 4500 kms.
Il y a eu des rapports, aucun confirmé de source indépendante, que certains de ces vaisseaux ont été équipés de missiles de croisière israéliens d'une portée de 1500 kms et ont vus leur portée étendue à 3000 kms.

L'un des sous-marins israéliens a transité par le canal de Suez, de la base Dolphin de Haïfa en Méditerranée à la Mer Rouge pour la première fois l'été dernier, montrant l'intention d'Israël de déployer des Dolphins en mer d'Arabie.

Les submersibles ont été escortés par des navires de la marine égyptienne, un message clair du Caire, qui craint également un Iran doté de l'arme nucléaire, que l'Égypte ouvrirait le passages stratégique aux navires de guerre israéliens dans l'éventualité d'une crise majeure concernant la République islamique.

Ceci donnerait aux Israéliens un raccourci vital pour un déploiement naval dans la mer Rouge plutôt que d'avoir à faire le long détour de la Méditerranée à la mer d'Arabie autour du cap de Bonne-Espérance à la pointe sud de l'Afrique. (trad. :BDGD)

(*) : Entendre bien sûr : "acquérir gratuitement", en langage diplomatique et commercial israélien. (Note de BDGD)

dimanche 17 janvier 2010

Show à l'américaine à Port-Au-Prince


Les yankees ont pris possession de l'aéroport Toussaint Louverture à Port-au-Prince. L'occasion pour eux de faire la démonstration qui-n'est-plus-à-faire de leur légendaire efficacité.
Un avion-hôpital français a été vertement refoulé. L'occasion pour le quai d'Orsay de faire la démonstration de son désormais légendaire statut de "carpette officielle de l'Empire".
Un blockbuster tragi-comique dans la grande tradition hollywoodienne :

Couacs et colère à l'aéroport de Port-au-Prince tenu par les Américains

De Deborah PASMANTIER (AFP)

PORT-AU-PRINCE — Des avions remplis d'aide refoulés, des dizaines de personnes obligées de dormir sur le tarmac faute de pouvoir s'envoler, des tonnes d'aide attentant d'être distribués du fait d'une mauvaise coordination: la colère grondait samedi à l'aéroport de Port-au-Prince.

"Envahissons la piste !" crie une voix. "Faut en parler à Obama", lance une autre.

Des dizaines de Français et Franco-Haïtiens étaient remontés samedi matin: depuis le séisme de magnitude 7 qui a frappé Haïti mardi, ils attendaient d'être évacués et vendredi devait être le bon jour. Mais à la dernière minute, l'avion qui devait les emmener vers la Guadeloupe a été interdit d'atterrir. Ils ont dormi sur le tarmac.

"Ils rapatrient les Américains, et les autres, rien", s'énerve Charles Misteder, 50 ans. "Le monopole américain faut que cela cesse. Ils nous dominent et ne nous laissent pas rentrer chez nous. Prenons la piste".

Dans la foule, les Américains, à qui les autorités haïtiennes ont transféré la gestion de l'aéroport, sont accusés de monopoliser l'unique piste de l'aéroport pour évacuer tous leurs ressortissants en Haïti (40.000 à 45.000), ce que dément l'ambassade des Etats-Unis.

D'autres sont interloqués. "Je n'ai pas pu dire à ma famille que j'étais en vie. La coordination, c'est n'importe quoi", dit Wilfried Brevil, agent d'entretien de 33 ans.

"J'étais à l'hôtel Christopher", siège de la Mission de l'ONU en Haïti (Minustah), effondré lors du séisme, lance furieuse et exténuée, Danièle Saada, 65 ans.

"J'ai été extrêmement choquée, je m'en suis tirée, les autres pas. J'ai décidé de rentrer en France, je n'ai plus rien et puis voila je suis bloquée", ajoute cette membre de la Minustah.

Cette gestion de l'aéroport par les Américains a même créé des tensions diplomatiques après le refoulement vendredi d'un avion français qui avait à son bord un hôpital de campagne, alors que les moyens pour traiter les blessés manquent cruellement.

"Quand un avion qui transporte à bord un hôpital de campagne ne peut pas atterrir, ce n'est pas possible", a réagi le secrétaire d'Etat français à la Coopération, Alain Joyandet. "Il y a eu un problème de coordination et de discernement."

Le responsable a dit avoir protesté auprès de l'ambassadeur américain Kenneth Merten, mais le Quai d'Orsay a démenti quelques heures plus tard quelque protestation officielle.

"On décide en coordination avec l'ONU et les Haïtiens", a expliqué M. Merten, en rappelant la nécessité de hiérarchiser les priorités: "il est clair qu'il y a un problème", a-t-il reconnu. Il met néanmoins en avant le fait que les Américains ont été capables de rendre, en 24 heures, utilisable l'aéroport dont la tour de contrôle a été touchée par le séisme.

Finalement les Français devaient être évacués samedi et l'hôpital de campagne était attendu dans l'après-midi.

Sur le tarmac, des caisses remplies d'aide et des engins attendent au soleil. Là aussi, il y a un "gros problème de coordination", reconnaissent les autorités haïtiennes.

"Les Haïtiens n'ont pas été avertis de l'arrivée de vols. Et quand ils doivent atterrir, il n'y a pas de prise en charge et une grande quantité de matériel est arrivée sans coordination", constate un responsable du gouvernement haïtien, Michel Chancy.

L'ambassadeur américain explique que jusqu'à samedi, "on ne savait où les Haïtiens voulaient installer leurs points de distribution" de l'aide internationale.

Pendant ce temps dans les rues, des rescapés traumatisés et affamés demandent aux étrangers qu'ils voient passer s'ils n'ont pas de nourriture à leur donner.

AFP

jeudi 14 janvier 2010

Fière Turquie et France carpette


Israël a présenté ses excuses à la Turquie, après trois jours d'une crise provoquée par l'humiliation infligée à l'ambassadeur Turc :


L'ambassadeur de Turquie avait été humilié par M. Ayalon lundi, devant des photographes et des cameramen, en signe de protestation contre la diffusion, sur une chaîne de télévision privée turque, d'une série intitulée "La vallée des loups" et jugée antisémite par Israël.

M. Ayalon avait refusé de lui serrer la main, le contraignant à attendre longuement dans un couloir, puis à s'asseoir à un niveau plus bas que ses interlocuteurs.


Devant le tollé provoqué en Turquie par cette façon cavalière de traiter un diplomate d'un pays "ami" et l'attitude ferme des dirigeants turcs, l'état sioniste criminel s'est confondu en plates excuses, rampant tel une larve aux pieds de Recep Tayyip Erdogan, le 1er ministre turc.

Cette anecdote n'est pas sans rappeler les multiples humiliations subies par un autre pays "ami" d'Israël, je veux parler bien sûr de la France, qui elle, comme il se doit, n'a jamais demandé les moindres excuses mais au contraire a renouvelé son soutien total, jusqu'à superviser la construction du mur de la honte emprisonnant le ghetto concentrationnaire de Gaza et déroulant le tapis rouge pour le fasciste Avigdor Liebermann.


J'avais dit que je ne parlerais plus de la farce sarkozyste de "l'identité nationale" mais il y a des fois ou je me sens plus turc que français...

C'est grave, docteur Besson ?

Objectivité journalistique


Saviez-vous que l' AIEA à voté le 18 septembre 2009 une résolution qui "[s]e déclare préoccupée par la capacité nucléaire israélienne et demande instamment à Israël d’adhérer au TNP et de soumettre toutes ses installations nucléaires aux garanties généralisées de l’AIEA" ?
Si vous n'avez pas consulté le réseau Voltaire ou quelque site "alternatif", il y a peu de chance que vous en ayez entendu parler.
Il est intéressant de comparer l'inexistence de cette information dans nos médias institutionnels (Le Monde, Figaro, Libé, etc...) avec l'avalanche d'articles qui s'abattent sur nous quasi-quotidiennement au sujet des tout aussi inexistantes "armes atomiques iraniennes".

Faites donc une recherche sur Google pour vous rendre compte du phénomène.
C'est assez frappant.

mercredi 13 janvier 2010

Mère voici vos fils qui se sont tant battus.

Demandait-on à ces braves si leurs filles portaient la burka ?

Le pseudo-débat de Sarko sur l'identité nationale me fait gerber. 
Il ne sert qu'à encourager l'islamophobie. 
J’arrête d'en parler.

mardi 12 janvier 2010

Réflexions d'un vieux grognard


J'ai mal à mon identité nationale.

Quand je vois les entreprises de ma Nation fermer les unes après les autres pour aller chercher le profit dans des contrées lointaines où hommes, femmes et enfants vivent en état de semi-esclavage.

Quand je vois les miséreux de ma Nation crever de froid dans l'indifférence au sein même d'une des plus riches Nations du monde où l'on trouve des sommes astronomiques quand il s'agit de sauver les banquiers.

Quand je vois de jeunes hommes aller mourir là-bas, si loin de ma Nation qu'ils sont sensés défendre, aller se faire tuer en occupant une autre Nation qui ne nous a jamais rien fait pour des intérêts qui ne sont pas les nôtres.

Quand je vois le président de ma Nation faire son "jogging" moulé dans un "t-shirt" siglé "NYPD".

Quand je vois le président de ma Nation s'envoler, à peine élu, prendre des congés au pays de l'oncle Sam, pour aller en trottinant se faire tapoter affectueusement la tête par le chef de la Nation la plus belliqueuse du monde. Bon chienchien. Gentil, Médor, gentil.

Quand je vois la langue de ma Nation, si riche de beautés et de culture, devenir, lentement mais surement un patois vernaculaire, par la grâce de ceux qui sont sensés la défendre.

Quand je vois, à la place des bons petits restos de ma Nation, où j'avais mes habitudes, fleurir les "Macdos" et autres "Kentucky Fried Chicken".

Quand je vois mon petit bistrot, le "National", baisser le rideau pour laisser place à un "Starbucks".

Quand je vois mon jeune compatriote Salah, croupir au fond des geôles d'une Nation ségréga-sioniste dans l'oubli et le déni des élus de ma Nation.

Quand je vois des milliards partir en fumée pour protéger la carrière de quelques élus de ma Nation, pendant que la recherche médicale est réduite à la mendicité.

Quand je vois les élus de ma Nation oublier de célébrer Austerlitz pour aller fêter Trafalgar au pays des "angliches de Vilain Jeton" (*).

Quand je vois qu'on veut oublier l'Histoire de ma Nation dans ses propres lycées où bientôt l'on enseignera en anglais.

Quand je vois des élus de ma Nation s'exciter, pour quelques profits électoraux, sur quelques jeunes filles voilées qui ne m'ont jamais fait aucun mal.


Oui, elle est bien menacée mon identité nationale.

Je le sais.

... Mais certainement pas par ceux que l'on me montre complaisamment du doigt.


(*) "Anglais de Wellington" en argot des grognards de la Garde Impériale.

samedi 9 janvier 2010

La réponse à Besson


Ce grand ramassis de miteux dans mon genre, chassieux, puceux, transis, qui ont échoué ici, poursuivis par la faim, la peste, les tumeurs et le froid, venus vaincus des quatre coins du monde. Ils ne pouvaient pas aller plus loin à cause de la mer. C’est ça la France et puis c’est ça les Français.
-Céline-

vendredi 8 janvier 2010

Emeutes de 2005 : les étonnantes révélations d'Udo Ulfkotte


Le livre "Der Krieg im Dunkeln" d'Udo Ulfkotte paru en 2008 en Allemagne mais toujours pas traduit en français est consacré aux activités récentes des principaux services secrets de la planète.
On y trouve quelques "révélations" surprenantes à propos du célèbre MOSSAD israélien. Enfin, peut-être pas forcément si surprenantes que ça, en fait...

Extraits de l'article de Maurice Deschamps paru dans scriptoblog à propos du livre d'Ulfkotte :

Pages 81 et 82 de l’édition actualisée de 2008, on trouve en effet, entre autres choses, les passages suivants :

« Pendant que le service du MOSSAD nommé ‘Action et Relation Politiques' dirige les contacts à l’étranger avec les structures diplomatiques et les ‘résidences’ des services secrets, les départements ‘Opérations Spéciales’ et ‘Guerre Psychologique’ sont compétents par exemple pour susciter des commentaires tendancieux dans les médias.»

Jusque là, rien de grave. C’est après que ça se gâte…

« Ces départements, » nous dit-on en effet, « ont été très actifs pendant les émeutes en France en novembre 2005. »

Bigre. Actifs ? Mais encore.

D’après Udo Ulfkotte, auteur de « Der Krieg im Dunkeln », des agents provocateurs à la solde du MOSSAD ont été actifs dans les villes de Rouen, Lille, Nice, Dijon, Strasbourg, Bordeaux, Marseille, Rennes, Pau, Orléans et Toulouse. Depuis ces villes, les émeutes se sont répandues à travers le territoire par imitation.

Une question qui vient immédiatement à l’esprit, c’est : et qu’est-ce qui permet à monsieur Ulfkotte d’être si catégorique ? Eh bien, d’après lui, « dans les cercles du renseignement occidental », on observe « depuis longtemps » que le MOSSAD cherche à susciter un violent sentiment anti-arabe en France, en instrumentalisant les difficultés de l’immigration nord-africaine. Des « cercles » ? Mais lesquels ? Ulfkotte précise que ses renseignements viennent de membres des services secrets allemands et anglais, qui auraient identifié, dans les villes citées, en arrière-plan des émeutes, des agents provocateurs du MOSSAD.

Et Ulfkotte d’ajouter que ces agents provocateurs trouvèrent un terrain propice après les déclarations du ministre de l’Intérieur Sarkozy concernant le « karcher » et les « racailles », et que, en outre : « C’est certainement un hasard que Nicolas Sarkozy soit issu d’une famille de confession juive et c’est tout aussi certainement involontairement qu’il a dressé, par ses paroles provocatrices, l’opinion contre une certaine partie de la population, en France. »


Info ou intox ?
Difficile de le dire.

A chacun de se faire son opinion.

jeudi 7 janvier 2010

Fight your real enemy


Mike Prysner, jeune vétéran de la guerre d'Irak, lors d'un récent colloque organisé par l'association "Vétérans d'Irak contre la guerre" (IVAW) appelle la population à la lucidité.

mercredi 6 janvier 2010

Crise économique et déclin de l'empire au pays du soleil levant


Le 20 octobre 2009, Emmanuel Todd était l'invité d'une conférence à l'université de Kyoto dont le thème était :"La Crise économique mondiale et le Déclin de l'Empire américain". L'occasion pour lui de faire un exposé d'une quarantaine de minutes suivi d'une discussion/débat avec le professeur japonais Keishi Saeki :


mardi 5 janvier 2010

Yemen : "Tiens, y a des musulmans qui s'agitent. Tapons leur sur la gueule pour se soulager!"



Le 4 janvier 2010, sur France 3,
Emmanuel Todd décrypte l'attitude des dirigeants occidentaux à propos du Yemen.

Le retour des idots utiles




"Le grand historien américain écrivait que « le fascisme est un système d’autorité et d’encadrement qui, dans la représentation qu’il fait de lui-même, promet de renforcer l’unité, l’énergie et la pureté d’une communauté moderne, c’est-à-dire déjà consciente d’elle-même en face d’autres communautés et déjà capable d’exprimer une opinion publique ». Et d’ajouter : « un fascisme authentique aux Etats-Unis serait pieux et anti-Noirs ; en Europe occidentale, laïque et antisémite, voire antimusulman ; et en Europe de l’Est clérical et slavophile ». Quinze ans plus tard, il est permis d’écrire qu’en France, le nouveau fascisme serait laïc et antimusulman. Comme l’ancien, il rallierait donc beaucoup de gens de gauche."

Le blog de Bertrand Renouvin